in

Patina Miller, sur Raising Kanan : "Tous les personnages ont des secrets"

Livre de Pouvoir III : Élever Kanan a créé son premier chapitre dimanche dernier et a laissé les fans de l’univers produit par Starz. Le spin-off suit la vie d’adolescent de Kanan, ami puis rival de Fantôme, protagoniste de la série originale. Bien sûr, l’histoire de ce jeune homme du sud de la Jamaïque, dans le Queens, aux États-Unis, sera plus qu’intéressante et surtout à cause de ses liens familiaux, notamment avec sa mère, raquel thomas, magistralement interprété par Patine Miller.

« Raq », comme ses camarades de classe lui disent souvent, n’est pas n’importe quelle mère. C’est qu’en plus d’élever Kanan, elle est à la tête d’une organisation de trafic de drogue dans cette ville. L’introduction de ce personnage dans la série est l’un des nombreux succès de l’histoire, car grâce à elle, vous pouvez comprendre beaucoup plus qui sera Kanan à l’avenir, ou plutôt pourquoi il en est ainsi.



Miller entre dans ce rôle avec audace et engagement. Un personnage, d’ailleurs, très difficile à déchiffrer, puisqu’il a plusieurs bords en lui qui se contredisent même. De la froideur et du calcul avec lesquels il dirige sa bande à l’amour qu’il éprouve pour son fils. Au DivulgacherNous avons eu l’occasion de discuter en exclusivité avec l’actrice américaine et elle nous a parlé de la série et notamment de Raq.

Power Book III : Rainsing Kanan, selon Patina Miller

Patina Miller est née et a grandi dans la ville de Pageland, dans l’État de Caroline du Sud dans les années 1980. Dès son plus jeune âge, elle a eu des contacts avec la musique, à tel point qu’elle est devenue membre d’une chorale de l’Église. Au fil du temps, après avoir terminé ses études et ses études universitaires, il est devenu de plus en plus lié au théâtre jusqu’à ce qu’il joue dans Broadway. Son rôle principal dans l’œuvre musicale Pomme reinette lui a permis de remporter son premier Prix ​​Tony aile Meilleure actrice.

Parallèlement, il acquiert également de l’expérience dans le cinéma. En fait, il a participé à la saga de Les jeux de la faim comme la Commandant Paylor. En revanche, à la télévision, ses rôles dans la série se démarquent Madame la Secrétaire, où elle a donné vie à la coordinatrice de presse Marguerite Grant. Maintenant, elle fait face à l’un des plus grands défis de sa carrière en se mettant à la place de Raquel Thomas et nous raconte en profondeur comment s’est déroulé ce processus de composition du personnage, mais aussi ce qui l’a motivée à faire partie de Élever Kanan.



-Je voulais commencer par vous interroger sur la personnalité de votre personnage, Raq. Comment décririez-vous cette femme si particulière ?

-Eh bien, elle est beaucoup de choses. On pourrait dire qu’il fait froid, dur, à craindre. Cela en fait partie. Elle peut être froide et dure, parfois mortelle. Mais c’est une femme très forte, intelligente, passionnée, vous savez. Je dirais que c’est épique, pour être honnête. Cela et bien plus encore. C’est une rêveuse. Et en fin de compte, c’est une mère avant tout. Une mère aimante. C’est ce que je dirais d’elle.

-Et quels ont été les défis pour vous en tant qu’actrice de l’interpréter ?

-Je pense que les défis pour moi étaient de découvrir, pas la motivation, car je savais quelle était la motivation. Mais les défis consistaient à découvrir la dynamique mère-enfant et ce qu’elle fait en tant que profession et à essayer de trouver cet équilibre. Que fais-tu? Est-ce une bonne mère ou pas ? Et, pour moi… je me suis rendu compte qu’elle est une mère comme elle peut, comme elle le sait. Elle a eu Kanan à l’âge de 15 ans. Ils habitent au sud du Queens, elle a eu une vie difficile, elle a grandi d’une certaine manière. Elle élève Kanan comme elle sait le faire. Mais elle lui montre aussi que, tu sais, c’est une patronne. Elle a son truc. Nous avons également découvert son fils aujourd’hui âgé de 15 ans et elle doit être attentive à ce qu’il fait. Donc, vous savez, je devais trouver cet équilibre. Parmi ses métiers, celle d’être trafiquante de drogue, mais aussi d’être une mère aimante. Les deux peuvent-ils coexister ? Ils peuvent? Pour elle, oui. Nous sommes ici. Premier épisode de Raising Kanan. Nous verrons.

-En ce sens, comment décririez-vous la relation entre la mère et l’enfant ? Cette cravate très particulière.

-Ce lien particulier est très proche. C’est votre monde. Ils ont toujours été eux en tout. Elle existe pour prendre soin de lui. Il est une extension d’elle. Elle veut le meilleur pour lui. Il a des rêves pour lui. Il est votre bien le plus précieux. Ils sont comme ça. Jusqu’à… Eh bien, peut-être pas. Mais maintenant, ils essaient de se soutenir mutuellement pour faire face à ces situations complexes qui leur seront présentées.

Raquel Thomas est la mère de Kanan Stark (Photo : Starz)

-Et comment c’était de travailler avec Mekai Curtis sur cette connexion mère-fils ?

-Eh bien, l’une des premières choses auxquelles j’ai pensé quand j’ai eu le rôle était à ce sujet. Je me souviens avoir pensé à ce que serait cette relation. Comme il devrait être fort et important. Diverses choses devaient être travaillées de différentes manières. Autrement dit, il fallait travailler sur cette interprétation et j’étais sûr qu’ils voulaient qu’on travaille sur ce lien, c’est-à-dire que les acteurs avaient beaucoup de chimie. Donc j’étais sûr que nous devrions vraiment être comme ça, tu sais, bien ensemble.

Je me souviens quand j’ai eu le rôle, ils voulaient que je fasse un test d’écran avec Mekai. Ils se sont donc envolés pour New York. J’avais 79 pages de matériel d’audition. « C’est juste pour lui, c’est pour son test. » Et j’ai dit, dois-je le mémoriser ou non? Et puis j’ai dit ‘Je vais le mémoriser pour lui. Je veux être avec lui là-bas. Je veux voir comment il le joue sur la scène de répétition. Alors je l’ai mémorisé en allant là-bas, des monologues, je dois dire. Nous sommes donc entrés dans cette scène très intense dès le premier épisode. Vous savez certainement de quoi je parle. C’était la première scène. Alors on plonge là-dedans. Il y avait 50 Cent, les créateurs, tout le monde. Et nous étions là. Les caméras ont commencé à enregistrer et nous avons continué. C’est le rêve d’un acteur de pouvoir travailler avec quelqu’un qui donne tout ce que vous donnez. Et c’est un si bon partenaire et nous interprétons et nous avons passé un moment incroyable pendant cette période où nous étions ensemble jusqu’à ce que nous passions plus tard à la série. Cela a vraiment été un plaisir et je suis très heureux de travailler avec Mekai. Je suis très fier du travail que nous avons accompli. Il est fantastique.

Mekai Curtis joue Kanan (Photo: Starz)

-Il est très talentueux. Power : Raising Kanan est un spin-off. Avez-vous vu la série originale ? Ou avez-vous préféré vous concentrer sur celui-ci ?

-Ah oui oui. Il savait tout. Comment était ce monde. Je savais à quel point le fandom est intense avec ce monde. Je savais que les personnages allaient être incroyables. Et j’étais très excité d’avoir l’opportunité de jouer dans ce monde. Et je suis très fier de ce qu’elle a entrepris de faire.

-Et l’un des prémisses de cette série est ‘Faites attention à ceux qui vous entourent, car on ne sait jamais’ Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ? Que va-t-il se passer entre les personnages ?

-Rien ne semble ce que c’est. Vous devez déchirer ce que vous voyez. Dans ce spectacle, vous devez lire ce que vous voyez. Les choses que vous avez faites dans le passé vont revenir pour vous, d’une manière ou d’une autre. Et les secrets. Tous les personnages ont leurs secrets et essaient de travailler dessus et veulent désespérément s’occuper d’eux, y compris Raq et Kanan. Ils en ont tous. Il s’agit de naviguer là-dessus. Comment ils les affrontent ensemble. Ça va devenir très difficile, compliqué.

-Et qu’est-ce qui vous a motivé à faire partie de ce projet ?

-Immédiatement quand j’ai vu ce personnage. Quand j’ai lu la première page du script et vu clairement comment ce personnage allait être, sa motivation en tant que personne, en tant que mère. Et j’ai dit ‘Oh mon dieu’. Être une femme noire en ce moment, pouvoir participer à cette série en tant que protagoniste étant une femme noire et avoir la possibilité, de mon point de vue féminin, d’élever Kanan. Pouvoir être impliqué de cette façon. J’ai pensé, qui sait si je vais être capable de jouer à nouveau un rôle comme celui-ci ? Un personnage aux multiples dimensions. Il doit être fort, mortel, sexy, rêveur. Toutes ces choses étaient censées être en moi et elles sont à l’intérieur de beaucoup de femmes noires, mais vous ne les voyez pas toujours à la télévision. J’ai donc saisi l’opportunité. Et je me sens vraiment très chanceuse de pouvoir montrer cette femme à l’écran.

Raising Kanan peut être vu le dimanche par Starz (Photo: Starz)

-Tu as travaillé à Broadway, au cinéma et à la télévision aussi. Où vous sentez-vous le plus à l’aise ? Ou où aimez-vous le plus jouer ?

-Eh bien, je vous dirais que je me sens très à l’aise sur scène. Le théâtre est mon premier amour. C’est là que j’ai tout appris. Ma technique vient des scènes. Pouvoir être sur scène devant le public. Le théâtre, vous savez, vous oblige à montrer toutes ces choses à ce moment-là et cela n’arrive pas toujours à la télévision ou sur le plateau de tournage. Au théâtre, ce n’est pas comme ça. Vous n’attendez pas trois mois pour que le contenu s’affiche. Les gens attendent quelque chose de vous à ce moment-là. Cela vous apprend à être respectueux envers l’équipe, ce qui est l’effort de chacun et répondre à votre question est l’endroit où je me sens chez moi. Mais je dois vous dire qu’être sur un plateau de télévision, faire partie de cette émission avec ces stars, être sur Raising Kanan et être dans l’univers Power a été incroyable. Je me suis senti très bien. Tout ce dont j’avais besoin pour pouvoir montrer avec ce personnage, être entouré de gens, d’acteurs et de créateurs si talentueux devant et dans les coulisses. C’était très facile de faire mon travail. Je pourrais donc vous dire que le théâtre est l’endroit où je me sens le plus à l’aise, mais cette expérience me fait du bien depuis longtemps.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂