in

« On ne réagit pas de la même façon avec une femme qu’avec un homme »: Hari Sama, réalisateur de ‘Volver a caer’, série VIX+

Ce 20 janvier, la série a été créée Tomber à nouveau dans Vix Plus. Il est produit par et met en vedette Kate del Castillo, qui joue Anna Montes de Oca, un héros sportif national en tant que plongeur olympique et médaillé d’or. Sa vie bascule lorsqu’elle a une liaison avec le musicien Vico (Maxi Iglesias). En tant que personnage public qu’il est, il devra faire face au jugement de la société et de son entourage.

La série est basée sur le roman Anna Karénine, écrit par Léon Tolstoï. Il est également influencé par la série australienne Le beau mensonge (2015), réalisé par Glendyn Ivin et Peter Salmon. La version mexicaine est réalisée par Hari Sama, directeur de le rêve de lu (2011) et ce n’est pas berlin (2019).

Nous avons discuté avec lui dans Spoiler à propos de ce travail, sa relation avec l’écriture originale et la collaboration avec Kate del Castillo dans son intention de générer de nouveaux contenus en tant qu’actrice et productrice.

Entretien avec Hari Sama, réalisateur de Tomber à nouveau

Avec quel type d’adaptation ? Anna Karénine Vous êtes-vous retrouvé dans cette version du roman ?

Cela remonte à l’adaptation qui a été faite en Australie avec la série Le beau mensonge, Avec Sarah Snook. C’est quelque chose qui m’a vraiment attiré quand j’ai été invité à ce projet parce que j’ai vu la série. C’était un contenu que j’aimais beaucoup car il a une excellente gestion, une gestion de production, et je voulais relever le défi en me basant sur cette série, mais en tenant toujours compte du texte original de Léon Tolstoï.

Bien sûr, comme toute adaptation, je voulais lui donner une personnalité avec mon style et basée sur une actrice comme Kate del Castillo, qui en est la protagoniste. Avec elle, il voulait aboutir à une version plus profonde et qu’un travail différent de sa part se remarque par rapport à ce qu’il a fait auparavant.

Vous avez eu le défi de diriger Kate del Castillo, une actrice qui est encore la reine du sud pour beaucoup de gens. Ici, il s’agissait de l’emmener sur un autre plan émotionnel et avec un caractère un peu plus commun. Comment était-ce de le diriger?

Dans son souci de produire et de chercher des projets qui impliquent de se remettre en question, elle a eu le bon sens de choisir une pièce très sensible, délicate et très profonde pour en faire un personnage qui doit pénétrer dans les territoires sombres de sa psyché. Il devait craquer, casser. Elle a dû faire face à des dragons externes et internes qui la rendaient vulnérable, se sentir confuse de ne pas pouvoir discerner la réalité et se demander où elle se situait dans son côté le plus humain.

Kate est une femme qui a souffert et survécu à des situations très difficiles dans sa vie, des situations qu’elle a affrontées avec beaucoup de courage. Il sait ce que c’est que d’être dans l’obscurité que toute personne vit et souffre pour des raisons denses. Nous avons dû transférer cela à la figure d’une plongeuse olympique, c’est-à-dire une athlète qui, dans son processus sportif, a également dû faire face à diverses choses. Tout le monde ne gagne pas une médaille d’or, mais qu’y a-t-il derrière ?

Le titre de la série est en soi un affront contre une pensée qui se veut imposée en ces temps. Qui? Être heureux 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, vibrer haut sans permission de s’effondrer et ne pas faire d’erreurs. Il est valide de tomber, d’entrer en collision avec nos démons. Comment abordez-vous ces thèmes de mélodrame en tant que réalisateur?

Sur les réseaux sociaux, par exemple, on a vu des lynchages terribles et les gens ne prennent pas la responsabilité de ce qu’ils disent. En l’absence de cette responsabilité, il y a des choses qui peuvent très mal finir. Je dis cela par rapport à ces personnes qui expriment se sentir mal pour une raison ou une autre et sont immédiatement attaquées comme s’il était interdit de se sentir ainsi. Dans cet aspect, je présente cette série comme si elle était un miroir de ces maux que nous avons en tant que société par rapport à l’autre.

Je voulais poser le dilemme du public qui se demande si elle (le personnage de Kate del Castillo) a tort ou si nous sommes vraiment ceux qui vivons dans une erreur en jugeant une personnalité publique dans les décisions qu’elle prend pour sa vie. Un autre aspect que je voulais aborder est le préjugé qui peut exister par rapport au genre, c’est-à-dire parce que nous ne réagissons pas de la même manière quand un homme fait quelque chose que quand c’est fait par une femme. Nous agissons différemment. D’une manière ou d’une autre, Tolstoï le soulève dans son roman, mais il est trop triste qu’au XXIe siècle nous continuions à nous comporter ainsi.

Un élément intéressant pour moi en tant que réalisateur est la convergence du traumatisme du personnage avec le traumatisme de l’acteur, en l’occurrence l’actrice. L’idée est qu’ils profitent l’un de l’autre puis le fictionnalisent. Ce ne sera jamais une raison pour les acteurs de se blesser. Au contraire, ils transfèrent cette douleur à leur rôle afin qu’ils puissent aider à guérir, à enlever ces fardeaux de leurs épaules. Avec Kate on a fait un travail très profond avec lequel elle a beaucoup coopéré, et c’est appréciable car ce n’est pas si facile pour une comédienne ou un acteur de s’ouvrir à des exercices comme ça.

À votre avis, à quel point est-il actuel et universel Anna Karénine Actuellement? Comment cela s’intègre-t-il avec nous en tant que Latinos?

Quand on fait notre traduction dans l’univers mexicain, il me semble que c’est encore très universel. C’est une série qui peut être identifiée à n’importe quel autre pays car elle maintient l’essence du roman. Le livre continue d’être pertinent du fait que nous nous voyons dans un miroir qui reflète nos querelles de famille, notre position face à l’infidélité, au malheur, à l’amour.

Si nous le ramenons à nos jours, nous pourrions bien nous demander si le mariage est aussi faisable qu’avant. Sommes-nous faits pour vivre avec la même personne pendant plus de 15 ans ? Se pourrait-il que les nouvelles générations aient raison d’établir des liens affectifs avec d’autres formes d’union ? Anna Karénine il peut aussi être discuté dans notre modernité.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. ?