in

Oaxacalifornia, le retour, portrait d’une biculturalité acceptée et aimée

pas de spoilers

Un film nominé pour deux Ariel Awards dans les catégories Meilleure musique originale et Meilleur long métrage documentaire arrive en salles.

Oaxacalifornia, le retour, un constat de la biculturalité américano-mexicaine (Photo : Calouma)Oaxacalifornia, le retour, un constat de la biculturalité américano-mexicaine (Photo : Calouma)

« Mes enfants ne me parlent pas, ils ont appris une autre langue… », voir une ligne de La cage dorée, chanson de Los Tigres del Norte qui de 1984 à ce jour a été adopté comme une confession collective de milliers de Mexicains qui sont arrivés sans papiers aux États-Unis et dont la progéniture, née là-bas, a choisi l’anglais comme langue d’usage.

Et la langue fait mal. Il frappe avec force dans l’identité, dans le désir du pays abandonné, dans les racines. Des milliers de compatriotes entrent en conflit parce que leurs enfants ou petits-enfants communiquent avec eux à travers une langue qu’ils comprennent mais qui n’est pas la leur. Ils ressentent une sorte de trahison de leur origine, un enterrement de leur lien le plus étroit avec la patrie qui les a vu naître. Mais cela ne se produit pas avec la famille Mejía. Il s’agit d’une dynastie qui éclate avec ce profil mélancolique et inquiet du sentiment patriotique à l’égard de la langue. Au contraire, ils coexistent avec cet aspect biculturel en parfaite harmonie.

La langue de la Mejía va d’autre part, celle de l’amour. La réalisatrice Trisha Ziff s’attache à montrer la nature émotionnelle et lumineuse d’une famille américano-mexicaine avec laquelle elle renoue après un vieux documentaire. Il les a rencontrés pour la première fois dans les années 1990, une période où les trois enfants de Leo et Mercedes Mejía étaient encore jeunes. Tous nés à Fresno, en Californie, la ville où ils se sont installés pour en faire leur maison. De cette rencontre est né un film fait maison qui racontait la transition du départ du Mexique vers les États-Unis à la recherche d’une vie meilleure. Près de deux décennies plus tard, le réalisateur les a de nouveau rencontrés pour constater un changement radical : les petits-enfants.

La famille s’agrandit. Le nombre de descendants de sang mexicain mais anglophones a augmenté. Leo et Mercedes parlent espagnol, tandis que leurs enfants et petits-enfants parlent anglais. Cela n’a pas été un obstacle à la réalisation d’une coexistence harmonieuse, unie et aimante envers les deux cultures. Trisha Ziff prête son intérêt personnel à la façon dont ils célèbrent Halloween et le jour des morts, traditions qu’ils respectent également et qui illustrent parfaitement ce qu’ils signifient en tant que tribu reconnaissante envers leurs deux nations.

Contrairement aux histoires vraies sur un discours d’amour-haine ou de souffrance que les compatriotes migrants mexicains tiennent envers les États-Unis, les Mejías sont exempts de tout sentiment négatif envers ce pays. Une clé est -si vous voulez l’apprécier sous l’angle qui représente le début de tout- dans la relation entre Leo et Mercedes. Leur mariage, solide et renforcé dans le respect mutuel, est une fondation d’amour à bien des égards. Ils apprécient le passé et le présent, pour l’espagnol et l’anglais, pour leur pays d’origine et leur pays d’adoption, pour le travail et les loisirs. Ensemble, ils forment un équilibre qui soutient et guide une famille qui prolonge cet héritage à Fresno.

Un tel amour qui entoure les Mejías a une ampleur dans l’expérience d’emmener les petits-enfants en vacances dans la ville de Magdalena Jaltepec, Oaxaca, une terre où leur histoire a commencé à s’écrire lorsque l’arrière-grand-père, le père de Leo, est allé aux États-Unis. et retourné pour montrer que le bonheur peut se construire des deux côtés. Bien sûr, basé sur le travail et l’affection manifeste pour le leur. C’est dans cette région d’Oaxaca qu’a été semée la graine que la famille récolte à ce jour. Cependant, les petits-enfants avaient encore besoin de se connecter avec l’autre moitié de leur identité en connaissant le territoire de leurs ancêtres.

Oaxaca, le retour, est un documentaire dont l’histoire brise le schéma des récits oraux, littéraires, cinématographiques et musicaux qui abordent le multiculturalisme avec des événements tragiques et des rancunes. Voici les mots que M. Leo Mejía a déclarés à Spoiler dans une interview : « Les Mexicains comme nous, comme ma famille, nous existons aussi aux États-Unis. C’est une question d’être surveillé. » Trisha Ziff savait comment les regarder.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂