dans

Nous venons de détecter “sans équivoque” de l’eau sur la Lune et 40 000 km2 où la chercher

Nous venons de détecter "sans équivoque" de l'eau sur la Lune et 40 000 km2 où la chercher

On nous avait promis une “nouvelle découverte passionnante sur la Lune” et cette fois la NASA n’a pas déçu: Non seulement nous venons de découvrir sans équivoque de l’eau (H2O) à la surface de la Lune, mais nous avons également identifié des zones du satellite capables de la piéger de manière stable.. Ce sont deux découvertes distinctes, mais elles s’articulent parfaitement afin de réfléchir attentivement à la manière dont nous affronterons les prochaines missions (qui, nous le savons bien, sont déjà en préparation).


De l’eau sur la lune!

Valery Sysoev

Mais ne savions-nous pas déjà qu’il y avait de l’eau sur la Lune? Oui c’est vrai. Ce qui se passe, c’est que, jusqu’à présent, les recherches qui avaient trouvé des signes d’eau étaient basées sur une forme spectrale spécifique (à 3 µm) qui ne peut pas distinguer de manière fiable l’eau des autres composés du groupe hydroxyle.

Qu’ont-ils fait maintenant? Dans un premier article, Casey Honniball et son équipe ont utilisé l’Observatoire stratosphérique pour l’astronomie infrarouge (SOFIA) pour observer la Lune à 6 µm. À cette longueur d’onde, une signature spectrale de H2O peut être détectée qui n’est pas compatible avec d’autres composés. De plus, l’équipe a constaté que dans les hautes latitudes de l’hémisphère sud, il y avait beaucoup d’eau – 100 à 400 parties par million. Selon ces auteurs, il est probable que l’eau détectée soit stockée dans des structures qui la protègent de l’environnement hostile.

Par curiosité, SOFIA est un instrument très particulier: il s’agit un Boeing 747 modifié avec un trou auquel est fixé le plus grand télescope à réflecteur que nous ayons jamais installé jamais dans un avion. Cela évite jusqu’à 99% de distorsion atmosphérique et permet des observations beaucoup plus précises.

A lire :  Ubisofts "Dieux et monstres" a un nouveau nom plutôt médiocre

Où l’eau se cache-t-elle pour résister là-haut? Paul Hayne et ses collègues essaient de répondre à cette question. Cette équipe de recherche a tenté de prouver l’existence de ce que nous appelons un «piège froid» sur la Lune. Le concept, proposé par K. Watson, BC Murray et H. Brown en 1961, suggérait qu’il pourrait y avoir des cratères situés près des pôles lunaires où il pourrait être maintenu dans une obscurité pratiquement perpétuelle. Cela pourrait leur faire conserver “tout élément volatil qui […] il serait tombé dans la région. “Et surtout de l’eau,” l’élément volatil le plus fréquent du système solaire “.

Les auteurs se sont penchés sur un type très spécifique de «pièges froids»: un centimètre de diamètre. Et ils ont constaté que ces «microtraps» sont des centaines ou des milliers de fois plus nombreux que les plus grands pièges froids (et peuvent être trouvés aux deux pôles). Pour le dire en chiffres: les auteurs suggèrent que environ 40000 km2 de la surface lunaire ont la capacité de piéger l’eau.

Et maintenant quoi? Nous devons maintenant comprendre en détail comment l’eau naît et s’accumule sur notre satellite. Grâce à cela, nous pouvons commencer à réfléchir à la manière d’adapter nos missions à une énorme quantité d’eau qui peut tout changer. Astronomiquement parlant.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

Ps Store: La Révision Provoque Déjà Le Mécontentement Et La

PS Store: la révision provoque déjà le mécontentement et la confusion

Le Millionnaire Félicien Kabuga, Considéré Comme Un Financier Du Génocide

Le millionnaire Félicien Kabuga, considéré comme un financier du génocide au Rwanda, transféré à La Haye