dans

Non, Facebook et Instagram ne quitteront pas l’Europe – voici pourquoi

Dans ces heures, il discute d’une déclaration mal interprétée mise en noir et blanc par Facebook, en la personne de la responsable de la vie privée Yvonne Cunnane. Le chef du groupe sur la protection des données personnelles a déclaré que si les autorités irlandaises n’accordent pas à Facebook la possibilité de transférer les données des utilisateurs d’Europe vers les États-Unis, la société devra quitter le vieux continent et ses 410 millions d’utilisateurs. Le groupe est ensuite revenu sur ses pas avec une correction partielle, mais entre-temps, les observateurs extérieurs et les utilisateurs eux-mêmes ont commencé à s’interroger sur ce qui se passe entre le réseau social et l’Union européenne.

L’introduction

L’histoire découle d’un arrêt de la Cour européenne de justice en juillet, dans lequel il reconnu l’insuffisance d’un outil jusqu’ici universellement utilisé pour transférer les données personnelles des utilisateurs européens vers des entreprises situées aux États-Unis: le soi-disant Bouclier de protection des données UE-États-Unis, un ensemble de mesures qui ont donné à l’Union la certitude que la vie privée de ses citoyens en ligne serait également respectée à l’étranger. Les entreprises américaines intéressées à travailler avec les données des utilisateurs européens – sont les implications de la décision – auraient dû commencer travailler sur des solutions de sécurité plus efficaces garantir le respect de la vie privée des citoyens de l’UE, et en particulier le fait que leurs données sont protégées contre les actions des les entreprises externes et les agences gouvernementales qui souhaitent le racheter.

A lire :  Les appels vidéo de Zoom arrivent sur des écrans intelligents de Google, Amazon et Facebook

Les déclarations de Facebook

Les activités de Facebook font partie des nombreuses activités qui impliquent le passage de données personnelles d’utilisateurs européens aux États-Unis, et subissent à ce titre les conséquences de ce nouvel état de fait. L’autorité de confidentialité de Dublin – où Facebook est basé en Europe – s’est en effet imposée sur le réseau social mettre fin au transfert de données d’utilisateurs européens sur des serveurs américains, décision à laquelle Facebook s’oppose. La déclaration qui est discutée pendant ces heures fait partie de la stratégie mise en œuvre par le réseau social pour faire comprendre à l’autorité de confidentialité de Dublin que le transfert des données des utilisateurs de l’UE aux États-Unis vitale pour les opérations du groupe.

Pourquoi Facebook veut les données des Européens aux États-Unis

La déclaration officielle de Cunnane indique que « si la société est contrainte de suspendre les transferts de données, on ne sait pas comment elle pourrait continuer à fournir des services connexes à Facebook et Instagram dans l’Union ». Facebook est alors intervenu directement pour nier que la déclaration représentait une menace, mais pour le moment bloquer cette option représente un pas de dommages économiques indifférents.

L’activité de Facebook repose entièrement sur la manipulation des données de ses utilisateurs: les informations personnelles de des centaines de millions de personnes sont combinés avec leurs goûts, interactions et comportements dans les applications du groupe pour déduire les préférences commerciales de chacun. Les profils ainsi construits sont utilisés pour vendre à des millions d’annonceurs la possibilité d’envoyer des publicités directement sur les pages des personnes les plus susceptibles de céder à ce type de communication. Si Facebook ne peut pas mettre la main sur certaines de ces données, il ne peut pas faire ce qui fait fonctionner le groupe.

A lire :  "Fortnite" sur Switch: déconnectez-vous et changez de compte - c'est ainsi que cela fonctionne

Dans le même temps, cependant, l’entreprise ne peut pas abandonner plus de 400 millions d’utilisateurs: s’il quittait l’Europe, même temporairement, des dizaines d’autres réalités seraient prêtes à tenter de combler le vide en quelques mois. L’hypothèse la plus probable est que le groupe tente de gagner du temps avec le garant irlandais de la vie privée pour concevoir de nouveaux accords au niveau européen pour l’échange de données ou une solution de stockage adaptée au nouveau paysage UE-États-Unis en matière de confidentialité. .

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Pourquoi détruire la France afin de construire l'Europe ? - Guy Sabatier - Livre
    Internationale - Occasion - Bon Etat - Grancher GF - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • NEDIS Caméra Embarquée Véritable Ultra HD 4K Wi-Fi Boîtier Étanche
  • Pourquoi ? n°53 : L'affiche que vous ne verrez pas... - Collectif - Livre
    Information / Culture - Occasion - Bon Etat - Pourquoi ? - Revue - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.

C’est officiel: la Renault Arkana arrive en Europe

Pourquoi nous ne pouvons plus rire des graphiques intégrés aux ordinateurs portables