Néo-nazis et crypto-monnaies, éléments troublants

black
Temps de lecture : 2 mn

Le terroriste néo-nazi ayant assassiné plus de 50 personnes en Nouvelle Zélande explique, dans son manifeste, avoir spéculé et gagné beaucoup d’argent grâce à la crypto-monnaie Bitconnect.

Biconnect ? Une de ces pyramides de Ponzi ayant en fait ruiné les parieurs (et enrichis quelques escrocs). Gagné de l’argent ? C’est faux car le terrorisme explique qu’avec l’argent gagné il a pu voyager – notamment en France – en 2010. Or l’arnaque Bitconnect a eu lieu en 2016.

Mais, cette mention d’une crypto-monnaie par un membre des White Supremacists appelle quelques remarques.


Une monnaie alternative

Souvenez-vous. En août 2017 les néo-nazis nord-américains protestent à Charlottesville contre le retrait de la statue de Robert Lee. Une morte, plus de vingt blessés. A la suite de cet événement certains membres les plus influents de l’Alt-Rigth américaines sont virés de Paypal et de certaines banques US. C’est alors que les mouvements extrémistes de la droite US s’intéressent aux monnaies alternatives. D’autant plus attractives que nous sommes en pleine bulle du Bitcoin (20.000$ vs. 4.000$ aujourd’hui).


Une sous-culture complotiste

L’intérêt n’est pas que de se procurer des moyens de paiements ou de spéculer, il se renforce avec une partie de l’idéologie sous-jacente à certaines crypto-monnaies. Bien sûr les initiateurs de Bitcoin et autres crypto-monnaies ne sont pas des néo-nazis. Mais ces derniers peuvent se retrouver en partie dans la culture anarcho-libertaire de l’univers parallèle des monnaies émises et gérées hors système central et qui tentent d‘échapper au système bancaire ‘à la Rothschild’.

David Columbia a écrit un livre en 2016 The Politics of Bitcoin: Software as Right-Wing Extremism. Il document comment la sous-culture Bitcoin s’imprègne des théories complotistes antisémites.  


Un cyber-punk appelant au génocide

Plus troublant, le cas de Timothy C. May, anarcho-capitaliste ayant écris le ‘Manifeste Crypto-Anarchiste‘ en 1998. Ingénieur brillant chez Intel, il fut l’un des chantres de la culture cyber-punk. Mais il est un autre écrit de ce cryptographe qui éclaire le lien entre la sous-culture cyber-punk et les néo-nazis, c’est celui où il appelle à conduire (de force) les 35 millions de juifs, noirs et hispaniques américains vers des ‘cheminées’ (le texte ici mais ne vous forcez pas….). De quoi lui valoir un hommage post-mortem élogieux sur site white-extemist Daily Stormer

Nous le précisions dans le titre de cette chronique, troublant non ?

0