dans

Mini Review: Jay et Silent Bob: Mall Brawl (PS4) – Mallrats Brawler avec neuf chapitres NES Nootch

Un jeu rétro moderne peut-il être trop rétro pour son propre bien ? C’est une question que nous nous sommes posée en jouant à Jay and Silent Bob: Mall Brawl d’Interabang Entertainment en tant que beat-’em-up PS4 limité par les limitations de la sortie supplémentaire sur une cartouche pour le matériel NES d’origine.

Nous nous sommes également demandé si cela nous rendait si frustrés, nous amusions-nous même ? Pourtant, à la fin de son dernier chapitre 9 dans une partie droite et arrachée – qui prend au moins une heure en commençant par Jay et Silent Bob fuyant le garde de sécurité, LaFours, après leur mission de sabotage de jeu télévisé dans Mallrats, jusqu’à un retour plaisant aux fans des racines cinématographiques de Kevin Smith – il m’a semblé que c’était exactement ce que cela faisait de battre des jeux 8 bits obstinément impitoyables dans les années 1980.

Jay et Silent Bob : Mall Brawl n’est même pas si difficile, c’est juste compliqué en vous faisant affronter la possibilité d’un choc et de dommages. Le timing est essentiel en raison des hitbox maladroits, mélangés maladroitement avec la portée des bras trapus de Jay et Silent Bob, et des attaques de saut flottantes pour essayer d’éviter le moins cher des coups sournois, sans dernier mouvement de désespoir. En ce qui concerne les armes, frapper des ennemis avec une batte de baseball n’est malheureusement pas différent des nunchucks, ou les frapper avec un soutien-gorge, et aucune des armes ne tranche avec un shnickty shnickty shnoine.

Cela témoigne du talent chiptune de Toni Leys que même en répétant un chapitre pendant d’innombrables essais à travers un nombre illimité de continus, les airs accrocheurs ne grincent pas. Étant donné qu’il n’a pas de graphismes 8 bits suralimentés comme Shovel Knight, son approche 8 bits authentique est impressionnante à la fois graphiquement et dans le gameplay envers les jeux de bagarreur NES de Technōs – en particulier Double Dragon, jusqu’à un bretzel enrobé de chocolat à tête version d’Abobo. Alors que Tomas Guinan capture l’apparence de River City Ransom, Mall Brawl manque du gameplay diversifié et de la variété des statistiques évolutives de ce jeu et de l’ensemble de mouvements achetables. Pourtant, il est unique en tant que l’un des rares jeux de bagarre à défilement latéral que nous avons le plus apprécié en basculant entre deux personnages principaux en tant que stratégie à un seul joueur pour gérer la régénération de la santé, par opposition au partage de collations dans l’aire de restauration avec un ami en coopération locale.

Sans surprise, il y a de l’humour partout, mis en évidence par un trophée vous chargeant de battre le lapin de Pâques pour venger Brodie. La route vers un Platinum via les cibles 21 Trophy semble également simple, mais une fois que vous vous rendez compte que 0,0% des joueurs ont pu « Terminer le mode difficile en une seule manche sans Game Over », vous reconnaîtrez que vous ne pourriez pas voir le voilier dont tout le monde parle. Peut-être que si vous souhaitiez que Double Dragon IV suive dans le style de présentation des deux premiers jeux d’arcade, alors l’approche de retour à 8 bits de Jay et Silent Bob: Mall Brawl n’est pas pour vous. Quoi qu’il en soit, pour ceux d’entre nous qui aspirent davantage à la même veine que les beat-’em-ups bickety bam de Technōs NES, jouer à Mall Brawl pourrait bien être votre style rétro Wolvie berserk. Qu’allons-nous faire d’autre ? Chaussons Snootchie !

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂