in

Microsoft s’engage à stocker les données cloud européennes dans l’UE dans un contexte de malaise face à la portée de la législation américaine sur les données personnelles

Le géant américain de la technologie Microsoft s’est engagé jeudi à traiter et à stocker toutes les données des clients européens basés sur le cloud dans l’Union européenne au milieu du malaise dans la région face à la portée de la législation américaine sur la collecte de données personnelles. Les clients européens de Microsoft s’inquiètent depuis longtemps du statut juridique des données qu’ils stockent avec des entreprises américaines dans le cloud et de la mesure dans laquelle elles pourraient être examinées par les autorités américaines.

Ces inquiétudes ont atteint leur paroxysme en juillet dernier lorsque la Cour européenne de justice a annulé le bouclier de protection des données UE-États-Unis, un cadre permettant aux entreprises de transférer des données personnelles aux États-Unis conformément au règlement général sur la protection des données de Bruxelles.

Le tribunal a estimé que le mécanisme ne protégeait pas de manière adéquate les données de l’UE contre les autorités américaines sur lesquelles l’Europe n’a ni contrôle ni droit de recours.

Dans un article de blog Jeudi, le président de Microsoft, Brad Smith, a déclaré: «Si vous êtes un client commercial ou du secteur public dans l’UE, nous irons au-delà de nos engagements de stockage de données existants et vous permettront de traiter et de stocker toutes vos données dans l’UE.

« En d’autres termes, nous n’aurons pas besoin de déplacer vos données en dehors de l’UE. »

Logo Microsoft

Logo Microsoft

Smith a déclaré que cet engagement s’appliquerait à tous les services cloud de base de Microsoft – Azure, Microsoft 365 et Dynamics 365 – et prendrait effet d’ici la fin de l’année prochaine.

L’initiative est baptisée EU Data Boundary pour Microsoft Cloud.

Smith a déclaré que les services cloud de Microsoft « respectent ou dépassent déjà les directives de l’UE avant même le plan que nous annonçons aujourd’hui ».

« Nous défendons les données de nos clients contre tout accès abusif par n’importe quel gouvernement dans le monde », a-t-il ajouté.

«Nous espérons que la mise à jour d’aujourd’hui est une autre étape vers la réponse aux clients qui souhaitent des engagements encore plus importants en matière de résidence des données», a écrit Smith, s’engageant à continuer à consulter les clients et les régulateurs sur la question et à répondre à leurs commentaires.

Cloud dominé par les États-Unis

Il reste à voir, cependant, si l’annonce de Smith apaisera suffisamment les craintes persistantes des Européens sur la question.

«La localisation des données personnelles des Européens dans les centres de données européens des fournisseurs américains ne garantit pas toujours leur sécurité car elles peuvent encore être soumises à la loi américaine», en raison de la portée extraterritoriale de ces derniers, ont noté les auditeurs financiers KPMG dans un blanc article sur le marché européen du cloud réalisé avec des sociétés informatiques françaises dont le rival Microsoft OVHCloud.

Smith a souligné que Microsoft était attaché à la vision de l’UE pour une «Europe digne de l’ère numérique» et a promis une compensation aux clients si l’une de leurs données était divulguée en violation des règles européennes de protection des données.

Les services cloud permettent aux entreprises de stocker d’immenses quantités de données sur des serveurs distants en fonction de leurs besoins, mais le secteur est largement dominé par les fournisseurs américains – notamment Amazon Web Services, Microsoft et Google.

Le secteur connaît une croissance exponentielle.

Selon KPMG, le marché européen à lui seul, actuellement estimé à 53 milliards d’euros (63,8 milliards de dollars), pourrait être multiplié par cinq à dix d’ici 2030.

Le marché américain devrait passer de 76,4 milliards de dollars actuels à 390,3 milliards de dollars d’ici 2028, selon une étude de Fortune Business Insights.

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂