dans

Macron accuse le « séparatisme » islamiste et défend le « droit au blasphème »

, 4 sept. () –

Le président de la France, Emmanuel Macron, a accusé ce vendredi contre le «séparatisme» islamiste et a défendu les valeurs sur lesquelles pivote la République française, parmi lesquelles «une liberté d’expression qui s’étend au droit au blasphème».

Deux jours après le début du procès contre les complices présumés de l’attentat de 2015 contre le magazine ‘Charlie Hebdo’, Macron a souligné qu ‘ »il n’y a pas de place en France pour ceux qui, au nom d’un dieu (…), tentent d’imposer le loi d’un groupe « .

« La République, qui est indivisible, n’admet aucune aventure séparatiste », a déclaré le président français, qui a prononcé un discours solennel depuis le Panthéon à l’occasion du 150e anniversaire de la proclamation de la République française. En ce sens, il a appelé à ne pas prendre l’état actuel pour acquis, «fragile» et «précaire» selon lui, selon «Le Monde».

Pour cette raison, il a annoncé «un projet de loi de lutte contre le séparatisme» qui sera présenté cet automne et a proclamé que «la liberté est un bloc». Cela va du droit de vote à la liberté de conscience ou de croyance, a ajouté Macron, qui a de nouveau évoqué le « droit de blasphémer » après la publication par « Charlie Hebdo » de caricatures de Muhammad.

Des gouvernements comme ceux de la Turquie et de l’Iran se sont à nouveau prononcés contre la diffusion de ces caricatures. «Charlie Hebdo» les a mis en couverture coïncidant avec le début du procès contre 14 personnes soupçonnées d’avoir aidé les terroristes qui ont fait irruption dans le magazine et assassiné 17 personnes.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂