in

L’objectif de l’ESA d’être plus diversifiée l’amène à embaucher plus de femmes et de personnes handicapées

L’Agence spatiale européenne a déclaré avoir été « époustouflée » par le nombre record de candidats – plus de 22 000 – dans l’espoir de devenir la prochaine génération de voyageurs spatiaux du continent, dont plus de femmes que jamais et quelque 200 personnes handicapées.

En publiant les résultats d’une nouvelle campagne de recrutement visant à accroître la diversité des astronautes, l’agence a reconnu mercredi qu’elle avait encore du travail à faire sur la parité hommes-femmes. Seulement 24 % des candidats étaient des femmes, contre 15 % lors de la dernière campagne d’embauche en 2008.

Classe d'astronautes de l'ESA de 2009 de gauche à droite : Tim Peake, Samantha Cristoforetti, Andreas Mogensen, Alexander Gerst (en haut), Thomas Pesquet, Luca Parmitano et Matthias Maurer.  Crédit image : ESA

Classe d’astronautes de l’ESA de 2009 de gauche à droite : Tim Peake, Samantha Cristoforetti, Andreas Mogensen, Alexander Gerst (en haut), Thomas Pesquet, Luca Parmitano et Matthias Maurer. Crédit image : ESA

La campagne d’embauche n’a pas spécifiquement abordé la diversité ethnique, mais a souligné l’importance de « représenter toutes les parties de notre société ». L’agence a reçu des candidatures de l’ensemble des 25 pays membres et membres associés, bien que la plupart émanent des poids lourds traditionnels de France, d’Allemagne, de Grande-Bretagne et d’Italie.

L’ESA a spécifiquement recherché des personnes handicapées physiques, pour un effort unique en son genre visant à déterminer quelles adaptations seraient nécessaires aux stations spatiales pour les accueillir.

La concurrence est féroce. Quatre à six personnes seulement seront choisies comme prochains astronautes européens, avec une équipe de réserve d’environ 20. Les candidats subiront un dépistage intensif au cours de l’année prochaine, avec une décision finale attendue fin 2022.

« Nous avons tous été étonnés » du nombre de candidats, a déclaré le directeur général de l’ESA, Josef Aschbacher, lors d’une conférence de presse. « C’est une très forte expression d’intérêt et d’enthousiasme que les gens ont à travers l’Europe pour l’espace. »

L’agence européenne n’a envoyé que deux femmes dans l’espace à ce jour – Claudie Haigneré et Samantha Cristoforetti – mais souhaite que ce nombre augmente.

Alors que 5 419 femmes ont postulé pour le nouveau programme de l’ESA, « les chiffres montrent également qu’il reste encore beaucoup à faire pour atteindre l’équilibre entre les sexes dans le secteur spatial », a déclaré David Parker, son directeur de l’exploration humaine et robotique.

À l’échelle mondiale, 65 des plus de 560 personnes qui ont exploré l’espace étaient des femmes, pour la plupart des Américaines.

L’ESA a signé cette semaine un accord avec l’Union européenne qui verra le bloc des 27 pays approfondir ses liens avec l’agence spatiale et augmenter son financement.

Dans le cadre de l’accord, l’UE investira près de 9 milliards d’euros (10,8 milliards de dollars) d’ici 2027 pour les programmes de l’ESA visant à stimuler la croissance économique, la numérisation et la protection de l’environnement.

Alors que de nombreux membres de l’ESA font également partie de l’UE, certains – comme la Grande-Bretagne – ne le sont pas.

Parmi les futurs programmes prévus, il y en a un qui testera l’utilisation d’un système de cryptage quantique par satellite pour des communications sécurisées, et un autre pour surveiller l’espace à la recherche de débris potentiellement dangereux.

Lire aussi : L’ESA cherche à recruter de nouveaux astronautes tout en étant plus diversifiée, inclusive après 11 ans

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂