in

L’Inde demande de la patience pour délivrer des vaccins

Le Serum Institute of India (STI), le plus grand fabricant mondial de vaccins, a demandé aux pays en attente de vaccination contre le covid-19 d’être des «patients» après avoir reçu l’ordre de donner la priorité aux «énormes besoins de l’Inde».

STI «avait pour objectif de prioriser les énormes besoins de l’Inde et, avec cet équilibre, les besoins du reste du monde», a écrit le représentant de l’institut Adar Poonawalla, ce dimanche (21), sur le réseau social Twitter. Il n’a pas précisé d’où venait l’ordre ni si ces instructions étaient nouvelles.

Responsable de 60% des vaccins mondiaux avant la pandémie, STI produit des centaines de millions de doses du vaccin anglo-suédois AstraZeneca, connu localement sous le nom de Covishield, dans ses installations de Pune, dans l’ouest de l’Inde, et a déjà envoyé des millions à l’étranger, dont Brésil.

Le fabricant indien, qui a reçu des commandes de plusieurs pays, dont le Canada, prévoit également de fournir 200 millions de doses dans le cadre de la plateforme Covax, une initiative de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour garantir l’accès aux vaccins dans les pays les plus pauvres.

L’Inde a lancé une campagne de vaccination massive le 16 janvier, après avoir vacciné jusqu’à présent environ 11 millions de personnes, selon le ministère de la Santé.

Le gouvernement indien s’était fixé comme objectif de vacciner environ 300 millions de personnes d’ici juillet, dans un pays de 1,3 milliard d’habitants, mais la campagne a subi des retards importants, non pas en raison d’un manque de vaccins, mais en raison d’un manque de candidats.

Selon le Hindustan Times, seuls 4% des quelque 191 000 agents de santé ont reçu la deuxième dose du vaccin un mois après la première, période recommandée par le fabricant pour la deuxième vaccination, bien qu’elle puisse être prolongée à six semaines.

La méfiance à l’égard des vaccins et l’énorme diminution du nombre de cas dans le pays peuvent expliquer le manque d’intérêt de la population, selon des experts interrogés par le magazine Time.

Le pays a considérablement réduit la progression de la maladie ces derniers mois, après avoir atteint le taux d’infection le plus élevé à la mi-septembre 2020, avec 97 894 contagions en une seule journée.

Dans le dernier bilan quotidien, l’Inde n’a enregistré que 14 199 cas, en plus de 83 décès, selon les données du ministère indien de la Santé, ayant enregistré en moyenne 13 000 cas par jour la semaine dernière.

Malgré cela, au cours des deux dernières semaines, le nombre de cas a augmenté dans le Maharashtra, l’État indien le plus touché par la pandémie, qui a vu le nombre d’infections quotidiennes doubler, atteignant désormais en moyenne plus de 5 000 infections.

Le dernier jour, l’État indien a enregistré près de 7 000 nouvelles infections, soit près de la moitié du total du pays.

Pourtant, moins de 36% des personnes enregistrées pour se faire vacciner le 11 février dans la capitale de l’État, Nagpur, se sont produites dans des centres de santé, selon le quotidien Times of India.

Depuis le début de la pandémie, l’Inde a dénombré plus de 11 millions de cas du nouveau coronavirus, restant le deuxième avec plus d’infections, derrière les États-Unis, qui au dernier bilan en comptaient plus de 28,1 millions.

Avec un total de 156 385 décès, l’Inde est le quatrième pays au monde avec le plus de décès, derrière les États-Unis, le Brésil et le Mexique, selon le décompte indépendant de l’Université nord-américaine Johns Hopkins. Le pays compte actuellement 150 055 cas actifs de la maladie.

La pandémie de covid-19 a causé au moins 2 461 254 décès dans le monde, résultant de plus de 111 millions de cas d’infection, selon un bilan réalisé par l’agence française AFP.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂