dans

L’examen de la Xbox Series S, la console petite et bon marché (mais la prochaine génération est autre chose)

L'examen De La Xbox Series S, La Console Petite Et

Seuls quelques jours nous séparent du début de la nouvelle génération de consoles: à partir du 10 novembre, le secteur du jeu vidéo entrera officiellement dans une nouvelle ère avec l’arrivée de Xbox Series S et Series X, accompagné le 12 novembre (mais en Italie le 19 novembre) de PlayStation 5. Deux consoles Microsoft différentes et deux consoles Sony pratiquement identiques, avec une double approche physique et numérique qui accompagne pourtant les deux sociétés. Il y a peu de choses pour la prochaine génération, mais l’enthousiasme est clairement moins évident que les années précédentes. Ce sera la période particulière dans laquelle les nouvelles consoles sortiront, ce seront les innovations très “techniques” qui les accompagneront, ce sera que Microsoft a spécifiquement opté pour un choix qui chevauche effectivement la Xbox One à la Xbox Series. Mettre la main sur la Xbox Series S ne vous donne pas l’impression d’être dans la prochaine génération, mais uniquement sur une autre des plates-formes Microsoft qui ont envahi le marché du jeu vidéo ces dernières années. Sera-ce bon ou mauvais pour les joueurs?

D’abord Xbox One, puis Xbox One S et, enfin, Xbox One X: avec ses consoles, Microsoft a fait un choix très particulier, celui de viser du matériel ultra-compatible afin de diffuser ses services (notamment le Game Pass ) sur autant d’appareils que possible. Et il en sera de même avec les Xbox Series S et X. D’une part cela vous permet d’augmenter considérablement le nombre de joueurs qui ne sont pas “laissés pour compte”, alors que d’autre part cela a pour effet secondaire que les sensations, une fois allumées sur le nouveau console, sont beaucoup moins excitants. La série S présente la même interface graphique de la ligne One, une résolution de 1440p (donc inférieure à One X) et une puissance en terme de téraflops inférieure au produit phare de la dernière génération. Bien sûr, il prend en charge des technologies comme le Ray Tracing matériel et des vitesses de lecture plus rapides, mais le sentiment initial est très fade: vous débranchez une console, branchez la nouvelle, et c’est identique.

Maintenant, nous devons clarifier une chose: la Xbox Series S est le choix économique et pour cette raison, elle comporte plusieurs compromis. Côte 299 euros, n’a pas de compartiment pour le disque et se caractérise par un design extrêmement classique. Il lui manque donc l’ingénierie qui fait de la Xbox Series X une console intéressante dont il faut parler, avec sa carte mère cassée en deux et le système de refroidissement particulier. Sans parler des formes qui frappent dans la série X, tandis que dans la série S, elles se souviennent… d’une simple console. Un élément futile? Peut-être, mais cette génération, à la fois pour la série X susmentionnée et pour la PlayStation 4, a fait du design une pierre angulaire de l’expérience.

A lire :  iPhone 12 Mini: surprise à la Keynote d'Apple en octobre?

Bref, la Série S propose le salaire minimum pour se définir la prochaine génération: les jeux fonctionneront avec de meilleurs graphismes (mais à 1440p) et se chargeront plus rapidement grâce à Velocity Architecture (la vraie force de cette console). Tracé laser? Il y a. Ombrage à taux variable? Il y a. Prise en charge de tous les titres de nouvelle génération? Il y a. Espace? Pas de préjugés. Choisissez de lancer une console uniquement numérique avec un SSD de 512 Go est peut-être le choix le plus incompréhensible de Microsoft. Ou plutôt, c’est entendu: c’est pour maintenir le prix bas. Mais quel est le résultat? Cet espace se termine immédiatement. Lors de notre test, nous avons manqué d’espace disponible sur le SSD (évidemment, moins de ces 512 Go sont utilisables en raison de l’espace occupé par le système) 10 minutes après l’installation de la console. Le temps de télécharger une poignée de jeux, sans même penser à approcher Call of Duty, qui à ce moment-là occuperait plus de la moitié de l’espace disponible. La solution? Achetez une mémoire externe. À grand prix.

Sur la mémoire SSD propriétaire que Microsoft met à disposition pour étendre l’espace de la console (s’applique également à la série X), nous devons créer une excellente prémisse. Tout d’abord, le coût est élevé mais il est en ligne avec celui de ce type de mémoire. Deuxièmement, le processus de miniaturisation d’un SSD qui a en fait la taille d’une carte mémoire PlayStation 2 est en fait remarquable. Cela dit, le résultat pour les utilisateurs qui achètent la série S et qui souhaitent agrandir l’espace à leur disposition est de devoir payer 250 euros de plus pour 1 To de mémoire supplémentaire. En gros, dépensez ce que vous avez dépensé sur la console pour augmenter l’espace. Mais à ce stade, il vaut mieux se consacrer à la Xbox Series X: elle coûte 499 euros, 200 de plus que la série S mais 50 euros de moins que la mémoire externe. Une situation paradoxale qui vise clairement à intéresser ceux qui ne veulent pas dépenser plus de 300 euros, mais qui se retrouveront donc bloqués par l’espace. Bien sûr, vous pouvez connecter un disque dur externe à l’une des prises USB, mais cela perdra la vitesse de l’architecture.

A lire :  Space conçoit une fusée militaire pour transporter 80 tonnes partout dans le monde en moins d'une heure

Le contrôleur reste pratiquement inchangé par rapport à celui de la génération précédente. Il est légèrement plus petit (4%, pratiquement imperceptible) et dispose d’un bouton supplémentaire: dans la partie centrale, Microsoft a placé un bouton pour capturer des captures d’écran et enregistrer des vidéos de jeux. Utile, bien sûr, mais aussi dans ce cas l’entreprise a choisi (par volonté ou par nécessité) de ne pas s’écarter de la console précédente. Un autre élément qui fait bondir la génération moins excitant. Dans tous les cas, la manette Xbox est certainement l’une des meilleures du marché, le choix de Microsoft à cet égard est donc également compréhensible. Bien sûr, il faut dire qu’avec PlayStation 5 Sony a décidé de créer un contrôleur qui fait de l’expérience sensorielle le point fort, offrant des capteurs, un retour haptique et d’autres fonctions qui rendent son utilisation vraiment “next gen”. Le contrôleur Xbox, bien que remarquablement bon, reste «seulement» un contrôleur.

Le dernier point, mais non le moindre, est évidemment celui des jeux. Ici, la stratégie des deux sociétés diffère énormément, car si PlayStation reste traditionnellement ancrée dans l’idée de vendre des exemplaires uniques (à quelques exceptions près), Xbox a depuis longtemps décidé avec succès de surfer sur la vague des services. Game Pass c’est certainement une idée gagnante qui a apporté à Microsoft (et aux joueurs) des avantages significatifs. L’abonnement qui fournit non seulement des titres tiers pertinents mais aussi et surtout des titres propriétaires est une approche hautement compétitive car il garantit aux abonnés l’accès à tous les jeux haut de gamme de Microsoft. Et si dans la dernière génération Sony a absolument remporté le défi de la première partie, dans cette génération, nous pourrions également voir quelque chose de bien de la part de Microsoft grâce aux acquisitions réalisées ces derniers mois. Mais concrètement, lors du lancement de la Xbox Series S, à quoi pouvons-nous jouer?

A lire :  Le temps passe vite certains jours, rampe sur d'autres: une étude localise les neurones `` fatigués '' qui influencent notre perception du temps

Rien. Ou plutôt rien de nouveau conçu spécifiquement pour la Xbox Series X / S, qui après le report de Halo Infinite s’est littéralement retrouvée sans jeux. Un défaut très particulier, compte tenu également de l’approche précitée qui vise précisément les premières parties, et qui génère une situation où ce sont les tiers qui doivent supporter la pensée du lancement. Le premier jour, nous pourrons donc jouer aux versions de nouvelle génération de 30 titres tels que Watch Dogs: Legion, Assassin’s Creed Valhalla, Fortnite, Call of Duty Black Ops: Cold War et quelques titres Microsoft mis à jour tels que Gears 5 et Forza Motorsport 7. Certains seront compatibles avec le CV rapide, c’est-à-dire la possibilité de passer d’un jeu à un autre sans avoir à attendre que l’intégralité du titre se recharge. En général, outre les graphismes améliorés, ce qui fonctionne sur cette console, c’est la vitesse de l’architecture SSD, ce qui conduit à une réduction extrême des charges avant et pendant les jeux. C’est la chose la plus «nouvelle génération» de la série S, qui devra alors prouver qu’elle peut résister plus tard à sa sœur aînée en termes de performances graphiques. Dernière note sur les jeux: Microsoft a fait un excellent travail sur la compatibilité descendante, qui est presque complète avec les titres Xbox, Xbox 360 et Xbox One.

Alors, que reste-t-il de cette série S? Une console moins puissante que la Xbox One X mais plus rapide, avec un design minimal mais aussi “classique”. Il exécutera tous les jeux de la série X mais à une résolution maximale de 1440p et un maximum de 120 images par seconde. C’est pour qui? Pour ceux qui ne veulent pas dépenser beaucoup, à ceux qui savent qu’ils peuvent gérer 512 Go d’espace, à ceux qui ont peut-être une connexion rapide et peuvent éventuellement télécharger facilement les jeux désinstallés et à ceux qui, au final, sont satisfaits. Parce que la prochaine génération en est une autre à bien des égards. Peut-être Xbox Series X. Certainement PlayStation 5.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

Tenet Arrive En 4k Ultra Hd En Décembre Pour Que

Tenet arrive en 4K Ultra HD en décembre pour que nous puissions enfin le regarder

Ehu2f4ribt5gnjlwhq1uswk8aygdcyjr2uafpezknwz73ipjth6yiam Eabt Dgp7ewelfihrin5sgvn9h4ioxogk0ui7ncoqw1200 H630 Rj Pp E365.jpeg

Voici pourquoi Solar a un Unibrow dans le MV “AYA” de MAMAMOO