in

Les secrets de la scène majestueuse d’Al Pacino dans Le Parrain 3

Le parrain C’est l’une des trilogies les plus importantes de l’histoire du cinéma. Né du travail de Mario Puzo, devait Francis Ford Coppola comme celui responsable de porter leurs ficelles et Al Pacino et Marlon brando comme les deux figures emblématiques de la saga. La fin de l’histoire se termine par l’un des moments les plus crus de la vie de Michel Corléone (Pacino) qui se reflète dans l’un des cris les plus mémorables de l’industrie.



L’un des grands responsables de la charge épique au cri de Pacino au Le parrain il a été Walter Murch, l’un des trois monteurs du film avec Barry Malkin et Lisa Fruchtman, tous nominés pour leur travail sur ce film. Le réalisateur a déclaré dans une interview à Piscine Fiction qu’ils avaient partagé le travail de montage entre eux trois et que tous les jours dans le couloir j’entendais des cris Pacino.

« Après l’avoir écouté 100 fois, j’ai pensé : ‘Trop de cris.’ Pour moi, il était clair que cela ne fonctionnait pas de le faire crier « , il a souligné Murch. De ton point de vue, « Un cri est une libération de tension, une façon de gérer la douleur. Si quelqu’un crie, tu ne t’arrêtes pas pour le voir crier ». Puis il a eu l’idée de retirer le son de Michel Corléone: « C’est un moment de suspension, où la tension ne se relâche pas avec le cri, mais le temps s’arrête, en quelque sorte », a-t-il assuré.

francis gué coppola le parrain.jpg

Francis Ford Coppola a sorti une nouvelle coupe du réalisateur de ce film. (Getty)

Du poste de Murch, cette décision éditoriale fait que le public se demande « Ce qui se passe? ». Après un moment de douleur et de silence, la voix de Pacino se pose pour la première fois et « La tension se brise ». L’éditeur a expliqué : « C’était une idée qui est née de la chimie du montage des images et des besoins de ce que le film exigeait, si proche de la fin ».

L’Offre, la série qui dira tout sur Le Parrain

Pour les amoureux de Le parrain, primordial + Il a non seulement tous les films de la trilogie mais prépare également une série. Il s’agit de L’offre, qui dira comment il se fait que le roman de Mario Puzo c’est devenu une production cinématographique. Il sera basé sur les souvenirs de Al rouge, l’un des producteurs du film, et une partie de l’équipe qui a remporté l’Oscar du meilleur film en 1972 avec Le parrain.

Miles Teller sera chargé de donner vie à Rouge, dans cette mini-série qui se composera d’un total de dix épisodes. Le travail de tournage a déjà commencé et, bien qu’il n’y ait toujours pas de date confirmée, il devrait faire ses débuts sur la plate-forme à la mi-2022. Des chiffres tels que ceux de Temple Junon, Dan brumisateur (qui jouera Francis Ford Coppola), et Giovanni Ribisi. Antoine Ippolito sera celui qui incarne Al Pacino.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂