in

Les scientifiques pensent avoir repéré la galaxie la plus éloignée de l’univers

Les astronomes ont scruté la vaste étendue et repéré ce qu’ils pensent être la galaxie la plus éloignée (et la plus ancienne) jamais observée.

La galaxie GN-z11 n’a peut-être pas de nom flashy, mais elle semble être la galaxie la plus éloignée et la plus ancienne jamais détectée, ont découvert les scientifiques. Les astronomes dirigés par Nobunari Kashikawa, professeur au département d’astronomie de l’Université de Tokyo, se sont lancés dans une mission pour trouver la galaxie observable la plus éloignée de l’univers, pour en savoir plus sur sa formation et quand.

« D’après des études précédentes, la galaxie GN-z11 semble être la galaxie détectable la plus éloignée de nous, à 13,4 milliards d’années-lumière, soit 134 millions de kilomètres (soit 134 suivis de 30 zéros) », Kashikawa dit dans un communiqué. « Mais mesurer et vérifier une telle distance n’est pas une tâche facile. »

Images: Retour sur le Big Bang et l’univers primitif

Pour déterminer à quelle distance GN-z11 est de nous ici sur la planète Terre, l’équipe de Kashikawa a étudié le décalage vers le rouge de la galaxie – à quel point sa lumière s’est étirée ou s’est déplacée vers l’extrémité rouge du spectre. En général, plus un objet cosmique est éloigné de nous sur Terre, plus sa lumière sera décalée vers le rouge.

De plus, l’équipe a examiné les raies d’émission du GN-z11 – des signatures chimiques observables dans la lumière provenant d’objets cosmiques.

En étudiant de près ces signatures, l’équipe a pu déterminer la distance parcourue par la lumière provenant du GN-z11 pour nous atteindre, en leur donnant les outils pour estimer sa distance totale de la Terre.

« Nous avons examiné spécifiquement la lumière ultraviolette, car c’est la zone du spectre électromagnétique que nous nous attendions à trouver les signatures chimiques décalées vers le rouge », a déclaré Kashikawa. « Le télescope spatial Hubble a détecté la signature plusieurs fois dans le spectre du GN-z11. »

« Cependant », a-t-il ajouté, « même le Hubble ne peut pas résoudre les raies d’émission ultraviolette au degré dont nous avions besoin. Nous nous sommes donc tournés vers un spectrographe au sol plus récent, un instrument de mesure des raies d’émission, appelé MOSFIRE monté sur le télescope Keck I à Hawaï. « 

Grâce à MOSFIRE, l’équipe a pu observer et étudier en détail les raies d’émission provenant de la galaxie. Si d’autres observations confirment les nouvelles découvertes, le GN-z11 régnerait officiellement comme la galaxie la plus éloignée jamais vue.

La nouvelle étude a été publié le 14 décembre dans la revue Nature Astronomy.

Envoyez un courriel à Chelsea Gohd à [email protected] ou suivez-la sur Twitter @chelsea_gohd. Suivez-nous sur Twitter @Spacedotcom et sur Facebook.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂