vendredi, juillet 19, 2024
AccueilActualitéLes missiles chinois battent es croiseurs américains en Mer Rouge dans une...

Les missiles chinois battent es croiseurs américains en Mer Rouge dans une simulation plus vraie que nature

Dans une ère où les simulations de combat naval prennent de plus en plus d’importance, une étude récente réalisée par l’Armée de libération du peuple chinois (ALPC) révèle des résultats alarmants pour la marine américaine.

Utilisant des missiles tactiques balistiques Fire Dragon 480, ces simulations suggèrent une capacité destructrice significative contre les croiseurs de classe Ticonderoga. L’analyse qui suit plonge dans les détails de cette confrontation simulée.

Lire aussi :

L’arsenal chinois : une menace croissante ?

Le Fire Dragon 480, un missile balistique tactique produit par le groupe chinois Norinco, est au cœur de cette étude. Capable de transporter une charge utile de 480 kilogrammes et ayant une portée maximale de 360 kilomètres, ce missile représente une menace sérieuse pour les navires en patrouille. Adopté par l’ALPC en 2019, son potentiel destructeur a été minutieusement analysé lors des simulations, révélant une capacité à pénétrer les défenses des croiseurs américains avec une facilité déconcertante.

Insolite : On peut désormais se faire livrer une pizza au sommet du monde Everest par un drone

Une simulation détaillée

Les chercheurs de l’ALPC ont utilisé des images satellite pour localiser les croiseurs américains et ont simulé une attaque avec des missiles Fire Dragon 480. La simulation a impliqué des frappes multiples sur le USS Philippine Sea, un croiseur de la classe Ticonderoga actuellement déployé en mer Rouge. Selon les résultats, il faudrait seulement deux missiles pour anéantir un croiseur de 10 000 tonnes.

Le rôle des drones dans la stratégie offensive

Dans un scénario alternatif exploré par les chercheurs, les têtes de guerre des missiles étaient remplacées par des essaims de drones. Ces derniers, une fois libérés à proximité des navires, avaient pour mission de distraire les systèmes de défense aérienne, ouvrant ainsi la voie à une attaque de missiles subséquente. Cette méthode a montré une efficacité redoutable, laissant peu de chances de survie aux croiseurs ciblés.

Réponse de la défense américaine

Malgré une riposte robuste des systèmes de défense aérienne des croiseurs, avec des missiles de défense Standard 6 et Sea Sparrow tirés en réponse, l’efficacité de ces derniers n’a pas suffi à contrer la menace des Fire Dragon 480. Le taux de réussite de ces intercepteurs a été analysé, mais les résultats ont montré une vulnérabilité significative face à une attaque bien coordonnée.

Implications stratégiques

Cette simulation offre un aperçu précieux des capacités actuelles des missiles balistiques tactiques et leur impact potentiel sur les forces navales modernes. Elle soulève des questions stratégiques importantes pour la défense globale et la préparation au combat naval, surtout à un moment où la présence militaire en mer Rouge est cruciale pour de nombreux acteurs géopolitiques.

Perspectives futures

Alors que le commerce des armes continue d’évoluer, l’exportation de technologies telles que le Fire Dragon 480 pourrait redéfinir les équilibres de pouvoir régionaux. L’efficacité démontrée dans ces simulations pourrait inciter d’autres nations à acquérir des capacités similaires, modifiant ainsi la dynamique des forces armées dans des zones stratégiquement sensibles.

Insolite : Un robot capable de sauter plus haut que Big Ben !

Cet article explore la montée en puissance des capacités offensives chinoises à travers des simulations de combat naval mettant en scène les missiles Fire Dragon 480 contre des croiseurs américains. Les résultats montrent une vulnérabilité surprenante des navires américains, suggérant un potentiel changement dans les stratégies de défense et les ventes d’armements futures.

Source : South China Morning Post

Top Infos

Coups de cœur