in

Les hybrides rechargeables se vendent comme jamais auparavant, mais le nouveau Nissan Qashqai n’en aura pas. Parce que?

Récemment révélée, la troisième génération de Nissan Qashqai n’aura que des moteurs à essence électrifiés – il n’y aura pas de moteurs diesel – l’un d’eux sera hybride doux et l’autre, l’intrigant e-Power, sera vraiment hybride. Il s’agit cependant d’un hybride conventionnel et non d’un hybride brancher (charge externe).

Même en tenant compte de la croissance «explosive» des ventes hybrides brancher en Europe en 2020, selon Arnaud Charpentier, vice-président marketing produit de Nissan Europe, il n’y a aucune intention d’aller de l’avant avec un tel Qashqai.

Malgré la baisse générale du marché (-23,7%), les ventes d’hybrides brancher a fait un pas de géant de 210%, totalisant près de 620 000 unités. Et c’est le segment sur lequel le nouveau Nissan Qashqai est en concurrence qui contribue le plus à sa croissance sur le «vieux continent».

Pourquoi ne pas lancer un Qashqai hybride brancher?

C’était lors de la présentation de la nouvelle génération du populaire croisement qu’Arnaud Charpentier a justifié sa décision: « Nous avons fait de telles améliorations avec ce moteur que nous avons décidé qu’un PHEV n’apporterait pas un réel bénéfice au consommateur ». Il a conclu en disant qu’un PHEV serait «beaucoup plus cher».

N’oubliez pas que les hybrides brancher présentent plusieurs avantages, même s’ils sont plus chers par rapport aux hybrides conventionnels, à la fois en termes de réglementation en vigueur (ils bénéficient comme électriques dans les comptes d’émissions, s’ils sont inférieurs à 50 g / km), et en termes de fiscalité (il existe de nombreux pays qui leur en bénéficient sur le plan fiscal).

Nissan manque-t-il une opportunité? Les objectifs sont ambitieux pour la nouvelle génération de Qashqai. Nissan entend retrouver le leadership dans le segment qu’il a perdu face au Volkswagen Tiguan. Une proposition qui a un mélanger gamme de moteurs: en plus des moteurs essence et diesel, il a également remporté une version hybride brancher.

Et de nombreux rivaux Qashqai les ont déjà ou commenceront à les compter. Du leader des ventes PHEV, le Mitsubishi Outlander, aux Peugeot 3008, Citroën C5 Aircross, Opel Grandland X, Hyundai Tucson et Ford Kuga.

e-Power suffit

Cependant, Nissan a décidé de se concentrer uniquement sur la version hybride e-Power. C’est un hybride en série, une solution quelque peu inhabituelle non seulement dans le segment, mais dans l’industrie. En d’autres termes, c’est le moteur électrique qui est uniquement relié à l’essieu moteur, tandis que le moteur thermique – dans ce cas un 1,5 turbo sans précédent de 154 ch – ne sert que de générateur. Seul Honda dispose d’un système similaire dans le CR-V, bien que, dans un contexte spécifique (vitesse élevée), le moteur thermique puisse être connecté à l’essieu moteur.

Les autres concurrents hybrides potentiels tels que le Toyota RAV4, le Ford Kuga ou le nouveau Hyundai Tucson Hybrid sont, en revanche, des hybrides parallèles ou série-parallèle. Dans ce cas, le moteur à combustion interne et le moteur électrique sont tous deux reliés à l’arbre d’entraînement, les deux moteurs tournant en… parallèle.

Si l’absence d’un moteur hybride brancher (voire un Diesel) affectera la question de savoir si la carrière commerciale du nouveau Nissan Qashqai devra attendre sa future commercialisation, qui débutera cet été.

Nissan Ariya

Nissan Ariya

Cependant, l’offre crossover ou SUV électrifié ne se limitera pas au nouveau Qashqai. Nissan lancera également cette année l’Ariya, son nouveau SUV 100% électrique inédit pour lequel les ambitions ne manquent pas non plus: la marque japonaise espère devenir son best-seller électrique, surpassant même la Leaf.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂