dans

Les grandes entreprises technologiques paieront 15% d’impôts dans les pays où elles génèrent des bénéfices : accord du G7 pour mettre fin à la délocalisation fiscale

Les pays membres du G7 – Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni – sont parvenus ce week-end à un accord pour que les grandes multinationales payer au moins 15 % de l’impôt sur les sociétés dans tous les pays où elles génèrent des bénéfices, au lieu de payer des impôts uniquement dans les territoires où elles ont établi leur siège ou celles de ses filiales, comme indiqué par le chancelier de l’Échiquier britannique, Rishi Sunak, via votre compte Twitter.

Cette technique, connue sous le nom de délocalisation fiscale, permet à des entreprises comme Facebook, Google ou Apple, entre autres, de imposés uniquement en Irlande pour tous les avantages qu’ils obtiennent dans l’Union européenne, un pays avec une charge fiscale plus faible que le reste des États membres, en allouant une partie de ses bénéfices à sa filiale sur ce territoire.

Cet accord a été conclu après plusieurs années de négociations au cours desquelles il y a eu des divergences importantes entre les différents pays. Le principal obstacle à la conclusion d’un pacte de ces caractéristiques a été les États-Unis, dont les entreprises sont les principales bénéficiaires de la délocalisation fiscale qui a lieu en Europe, notamment celles du secteur technologique.

Cependant, la pression depuis des années de ses alliés européens et la volonté d’accroître la coopération avec le Vieux Continent du nouveau président américain, Joe Biden, ont permis d’atteindre un consensus. En fait, le chiffre de 15 % a été proposé par les Américains eux-mêmes, puisque les pays européens ont demandé une taxe de 21 %, alors qu’ils ont considéré le taux proposé de l’autre côté de l’Atlantique comme bon après des années de blocus.

Les accords conclus par le G7 ne sont pas contraignants, mais que les sept pays occidentaux les plus puissants s’entendent sur une question internationale C’est la première étape pour que le reste des états de son orbite le rejoigne, on s’attend donc à ce que, une fois le pacte ratifié le week-end prochain lors d’une deuxième réunion, les négociations similaires qui se déroulent au sein du G20 et de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) connaissent un essor remarquable.

Cet accord intervient quelques jours seulement après que l’Union européenne a conclu un accord pour obliger les entreprises ou filiales qui opèrent sur le Vieux Continent et facturent plus de 750 millions d’euros par an pendant deux années consécutives de présenter un rapport public dans lequel ils déclarent, pays par pays, à la fois les avantages obtenus et les frais payés.

Grâce à la combinaison des deux initiatives, les administrations publiques européennes disposeront des informations nécessaires pour établir le montant exact des impôts que les multinationales doivent payer par rapport au revenu qu’ils obtiennent dans chaque pays.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂