dans

Les empreintes préhistoriques du désert sont les premières preuves pour les humains de la péninsule arabique

L’humanité est née sur le continent africain il y a au moins 300 000 ans. Nous savons par des preuves fossiles dans le sud de la Grèce et au Levant (Israël moderne) que certains des premiers membres de notre espèce se sont étendus au-delà de l’Afrique il y a environ 200 000 ans, et de nouveau entre 120 000 et 90 000 ans. Ils ont probablement traversé la péninsule du Sinaï, qui formait le seul pont terrestre reliant le continent africain au reste du monde, avant de se diriger vers le nord dans un paysage au climat méditerranéen.

Mais on ne savait pas à quel point les humains se sont tournés vers le sud après avoir traversé la péninsule du Sinaï, atteignant l’Arabie saoudite moderne. On suppose aussi souvent qu’ils ont emprunté une route côtière, évitant l’intérieur désertique actuellement rude. Les découvertes de fossiles précédentes montrent que ce n’était pas le cas, les humains se déplaçant au cœur de l’Arabie il y a au moins 85000 ans. Maintenant, de nouvelles recherches repoussent cette date encore plus loin.

Des collègues et moi-même avons découvert des empreintes humaines et animales incrustées sur une ancienne surface de lac dans le désert de Nefud en Arabie saoudite qui datent d’environ 120 000 ans. Ces résultats représentent les premières preuves de Homo sapiens dans la péninsule arabique, et démontre l’importance de l’Arabie pour comprendre la préhistoire humaine.

Le désert de Nefud en Arabie saoudite moderne se trouve à environ 500 km au sud-est de la péninsule du Sinaï. Aujourd’hui, les déserts arabes comptent parmi les environnements les plus inhospitaliers du monde. Ils formeraient une barrière infranchissable pour les humains préhistoriques ou les grands mammifères. Imaginez-vous debout au pied d’un désert hyper-aride équipé d’outils en pierre et pas grand-chose d’autre. Pourriez-vous passer? Probablement pas.

L’analyse scientifique montre que pendant la majeure partie de leur histoire récente, ils étaient climatiquement similaires à aujourd’hui: hyper-arides et infranchissables. Mais il y a aussi des preuves pour montrer qu’à certains moments dans le passé, les déserts se sont transformés en prairies de type savane jonchées de ressources en eau douce. Ces phases «vertes» étaient probablement courtes, ne durant probablement pas plus de quelques millénaires. Néanmoins, ils ont fourni des fenêtres d’opportunité pour les humains et autres animaux de se déplacer dans un nouveau paysage verdoyant.

A lire :  Dieux grecs et anciens mortels `` ressuscités '' dans des figurines en terre cuite découvertes en Turquie

Nous savons par les sédiments fossiles du lac que le désert de Nefud était l’un de ceux qui se sont périodiquement transformés en un paysage plus attrayant dans le passé, et les nouvelles empreintes de pas prouvent que les premiers humains ont profité d’une de ces fenêtres.

Il s’agit de la première empreinte humaine découverte à Alathar et de son modèle d’élévation numérique correspondant. (Crédit d’image: Stewart et al., 2020)

Nous avons pu dater les empreintes en utilisant une technique appelée luminescence datant d’une période de 102 à 132 000 ans. Sur la base de preuves régionales plus larges de l’augmentation des précipitations, nous suggérons qu’elles datent d’une période il y a environ 120 000 ans, appelée le dernier interglaciaire.

Nous savons qu’à cette époque, de vastes systèmes fluviaux se sont répandus dans le désert du Sahara, avec une archéologie du Paléolithique moyen dispersée le long d’eux. D’autres preuves d’une augmentation des précipitations à cette époque proviennent de stalagmites fossiles trouvées dans des grottes dans les régions désertiques d’Arabie et à environ 500 km au nord de Nefud dans le désert du Néguev. Ces caractéristiques ne se développent que dans des conditions où les précipitations sont supérieures à 300 mm par an; nettement plus que le montant (<90 mm par an) qu'ils reçoivent aujourd'hui.

Bien qu’il soit difficile de savoir avec certitude quelle espèce humaine a laissé ces empreintes, nous pensons qu’elles ont probablement été laissées par les nôtres, Homo sapiens. Ceci est basé sur le fait que Homo sapiens étaient présents dans le Levant, à 700 km au nord du désert de Nefud, à la même heure. Les Néandertaliens étaient absents du Levant pendant cette période et ne sont retournés dans la région que des milliers d’années plus tard, lorsque des conditions plus fraîches ont régné. Les estimations de la masse humaine et de la statue basées sur les empreintes de pas sont également plus cohérentes avec notre espèce que chez les Néandertaliens.

A lire :  'Farfarout' est officiellement l'objet le plus éloigné de notre système solaire

Histoire haute résolution

Des pistes d’éléphant (à gauche) et de chameau (à droite) ont également été trouvées sur le site. (Crédit d’image: Stewart et al., 2020)

En plus des empreintes humaines, des empreintes d’éléphants, de chevaux et de chameaux ont également été trouvées. Ces empreintes, étudiées en détail par Mathew Stewart à l’Institut Max Planck d’écologie chimique, fournissent une mine de nouvelles informations concernant les interactions préhistoriques entre les humains, les animaux et l’environnement.

Les empreintes de pas sont une forme unique de preuves fossiles car elles fournissent des instantanés précis dans le temps qui représentent généralement quelques heures ou quelques jours. C’est une résolution que nous n’obtenons pas d’autres enregistrements. Ils nous permettent également de comprendre le comportement de leurs fabricants, ce que nous ne pouvons pas obtenir des fossiles.

Cela nous permet de comprendre la relation entre les humains et les autres grands mammifères à un moment géologiquement précis dans le temps.

L’analyse environnementale des sédiments lacustres montre que le lac contenait de l’eau fraîche «potable», tandis que la variété des empreintes montre que les humains, les éléphants, les chameaux et les chevaux utilisaient cette ressource à un moment similaire. Les mouvements des humains et des grands mammifères auraient été étroitement liés à l’eau douce et le motif des empreintes de pas montre que les deux se nourrissaient sur le lit du lac lorsqu’il était temporairement exposé. Les humains ont peut-être été attirés par la région alors qu’ils suivaient de grands mammifères, qui pourraient potentiellement servir de proies.

Les enquêtes et analyses des fossiles récupérés sur le site montrent également qu’il n’y a pas d’outils en pierre ou de boucherie de fossiles. Cela indique que les fabricants d’empreintes n’ont visité le lac que très brièvement, à la recherche de ressources avant de poursuivre leur voyage.

A lire :  Une `` amibe mangeuse de cerveau '' mortelle a étendu son aire de répartition vers le nord

On ne sait pas ce qui est arrivé aux personnes qui ont laissé les empreintes de pas, mais les preuves suggèrent qu’elles, avec les autres Homo sapiens les explorateurs se sont soit éteints soit se sont retirés dans des environnements plus favorables lorsque l’aridité est revenue dans le désert.

Cet article a été initialement publié sur The Conversation. La publication a contribué à l’article à Expert Voices de 45secondes.fr: Op-Ed & Insights.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Pop! Vinyl Figurine Pop! Torche Humaine - Première Apparition Marvel
    Vos personnages préférés Marvel sont maintenant disponibles en Funko Pop ! Vinyl ! Cette figurine mesure environ 9 cm et elle est emballée en boîte-fenêtre.
  • Eyeslipsface "K Complex 60 gélules – BE-LIFE (270 13 020) 60"
    "BE-LIFE des compléments alimentaires naturels et de qualité supérieureLes compléments alimentaires Be-Life sont élaborés à partir d’éléments existants dans la nature ou dans le corps humain. Ses matières premières sont minutieusement sélectionnées auprès des fournisseurs privilégiés sur base de critères
  • France Herboristerie Tisane foie-vésicule paquet de 500g.
    TISANE FOIE-VESICULE Le foie et la vésicule biliaire sont de première importance dans le bon fonctionnement du corps humain. Les organes assurant le rôle d'assimilation et d'élimination sont lourdement mis à l'épreuve. Le foie, la vésicule biliaire, les reins et les intestins sont parmi les plus sollicités et