in

Les données satellitaires montrent que la mésosphère se contracte jusqu’à 650 pieds par décennie : étude

Dans une étude récente, des scientifiques ont découvert que les parties de la haute atmosphère se contractent progressivement en raison des émissions de gaz à effet de serre et du changement climatique. Publié dans la revue à comité de lecture journal appelé Journal de physique atmosphérique et solaire-terrestre, la recherche est basée sur les données collectées par trois satellites de la National Aeronautics and Space Administration (NASA).

L'astronaute de la NASA Reid Wiseman a tweeté cette photo depuis la Station spatiale internationale le mardi matin 2 septembre 2014. Crédit d'image : NASA/Reid Wiseman

L’astronaute de la NASA Reid Wiseman a tweeté cette photo depuis la Station spatiale internationale le mardi matin 2 septembre 2014. Crédit d’image : NASA/Reid Wiseman

Parlant de leurs conclusions, l’auteur principal de l’étude, Scott Bailey, scientifique de l’atmosphère à Virginia Tech, a déclaré qu’il fallait examiner plusieurs décennies de données pour comprendre les effets des émissions de gaz à effet de serre et des changements du cycle solaire.

Les données recueillies à partir de trois satellites sur 30 ans montrent que la mésosphère estivale au-dessus des pôles terrestres se contracte à un rythme de 500 à 650 pieds par décennie et qu’elle se refroidit de quatre à cinq degrés Fahrenheit.

Auparavant, les chercheurs avaient pu déterminer que la mésosphère se refroidissait, cependant, c’est pour la première fois que la contraction de la haute atmosphère a été observée à l’aide de données collectées sur des périodes plus longues.

Selon un Blog sur la NASA, les effets sur la mésosphère n’impactent pas directement les êtres humains. Cependant, c’est une région d’importance car les températures atmosphériques les plus froides se trouvent dans cette couche. La transition de l’atmosphère neutre dans l’ionosphère est également observée dans cette région.

Alors que l’impact des gaz à effet de serre dans notre couche de l’atmosphère, la troposphère, est que nous subissons un réchauffement, la mésosphère est plus mince et réagit donc différemment à l’augmentation des gaz à effet de serre.

Commentant la différence, le co-auteur et scientifique de l’atmosphère James Russell de l’Université Hampton en Virginie a déclaré que l’atmosphère près de la surface de la Terre est épaisse et que le dioxyde de carbone piège la chaleur, de la même manière qu’une courtepointe enveloppe la chaleur autour du corps.

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂