dans

Les bureaux de crédit ont un devoir: le scoring fournit des informations sur la solvabilité

Les agences de crédit telles que Schufa and Co. évaluent la solvabilité des consommateurs. Les données transmises aux bureaux de crédit ne sont pas toujours correctes – les consommateurs devraient demander des corrections.

Avant que les entreprises n’accordent un prêt, ne livrent des biens à votre domicile ou n’attribuent un contrat de smartphone, elles veulent généralement savoir à qui elles traitent. Vous pouvez généralement obtenir des informations sur la solvabilité de vos clients auprès d’agences de crédit telles que Schufa, Creditreform ou Bürgel.

Ces entreprises rassemblent de nombreuses données consommateurs. Les informations leur sont fournies par des entreprises qui ont conclu des contrats avec des consommateurs. Sur cette base, la solvabilité des consommateurs est déterminée et indiquée dans un soi-disant score.

Avec cette valeur, les partenaires contractuels décident s’ils considèrent que le client concerné est solvable. Les détaillants en ligne utilisent ces informations pour décider, par exemple, du mode de paiement qu’ils proposent au client concerné. «Si vous obtenez un mauvais score, vous ne pouvez obtenir des biens que contre remboursement anticipé ou des prêts uniquement avec de mauvais taux d’intérêt», explique Matthias Spielkamp, ​​co-fondateur de l’organisation non gouvernementale Algorithmwatch.

Le scoring permet de différencier les clients

Le scoring est jugé nécessaire car il permet de distinguer les payeurs défaillants des clients sans problème de paiement, facilitant ainsi les affaires. «Vous ne devriez pas avoir à joindre votre bulletin de paie à chaque commande», déclare Marit Hansen, responsable de la protection des données pour le Schleswig-Holstein.

Les données collectées peuvent différer selon l’agence de crédit. «Cela utilise non seulement les données que les entreprises reçoivent de leurs partenaires commerciaux par le biais de systèmes de rapports automatisés, mais également des informations généralement disponibles», déclare Spielkamp.

Par exemple, Schufa déclare qu’elle recueille la date de naissance, le sexe, le nombre d’adresses utilisées dans les transactions commerciales, les informations sur les prêts déjà contractés et les problèmes de paiement antérieurs des personnes enregistrées auprès d’elle. En revanche, aucune information sur la profession, le revenu ou l’état matrimonial n’est stockée.

Les défenseurs des consommateurs critiquent la pratique

Selon le centre de conseil aux consommateurs de Rhénanie du Nord-Westphalie, des caractéristiques telles que la fréquence des délocalisations, la durée de résidence et le cadre de vie se retrouvent également dans le traitement des données de certaines agences de crédit. Les informations sur les arriérés de paiement ne peuvent être incluses dans la cote de crédit que si des limites strictes de protection des données sont respectées.

Entre autres, cela n’est autorisé qu’après que les payeurs défaillants ont reçu deux rappels écrits et qu’il s’écoule quatre semaines entre le premier avertissement et le transfert des données. Les parties concernées doivent avoir été informées du rapport prévu et ne pas s’opposer à la réclamation.

Le travail avec des variables dites proxy est également considéré de manière critique. On en parle lorsque, sur la base des données collectées dans une zone résidentielle, des conclusions peuvent être tirées sur le comportement de paiement de toutes les personnes qui y vivent. « Le géoscoring, qui ne crée qu’un score basé sur l’adresse, n’est pas autorisé », a déclaré le délégué à la protection des données Hansen.

Cependant, Schufa déclare qu’il ne fonctionne qu’avec des données d’adresse dans une faible mesure, à savoir lorsqu’il n’y a pas d’informations disponibles sur une personne qui a été demandée. Parce que si une personne n’est pas connue de Schufa, la société requérante considère souvent que le prêt est trop risqué.

Les réseaux sociaux peuvent ne pas être évalués

L’évaluation secrète des données des réseaux sociaux, la soi-disant scoring sociale, n’est pas conforme à la loi sur la protection des données. «Mais si cela arrive, vous pouvez difficilement vous défendre», dit Hansen. « La jurisprudence antérieure n’est pas toujours favorable à la protection des données. » Les personnes concernées ne savent souvent pas lesquelles de leurs données sont utilisées et si les informations utilisées sont correctes.

La façon dont le score est calculé dans des cas individuels est également traitée comme un secret d’affaires par les bureaux de crédit. «Si les citoyens ne peuvent pas voir quelles actions influencent le score, ils n’ont aucun moyen d’améliorer leur note par leur propre comportement», déclare Spielkamp.

Des problèmes surviennent avec des données incorrectes

Des difficultés surviennent toujours lorsque les données sont incorrectes ou lorsque les données collectées sont liées de manière incorrecte. «Le mécanisme non transparent est difficile à attaquer», déclare Hansen.

Parfois, il y a des problèmes lorsque les dettes sont finalement réglées, rapporte Spielkamp: « Le règlement doit également être signalé, mais il peut arriver que le score ne soit toujours pas corrigé. » Même si un contrat avec des demandes de paiement non fondées est imposé aux personnes concernées, un tel processus injustifié peut aboutir avec les agences de crédit et conduire à un score plus faible dans leur évaluation.

Le centre de consommation de Rhénanie du Nord-Westphalie recommande donc de se renseigner auprès des agences d’évaluation du crédit au moins une fois par an sur les données personnelles qui y sont stockées, dans quel but, d’où elles proviennent et à qui elles sont transmises. Les bureaux de crédit doivent corriger, supprimer ou bloquer les données qui sont vraisemblablement incorrectes ou stockées de manière inadmissible.

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Kosmeo B Kosmeo Complexe Bach Devoirs Examens Bio 130 granules
    Complexe Bach Devoirs Examens Bio 130 granules est un complément alimentaire du laboratoire Kosmeo à base de Cassonade brune, infusion aqueuse de fleurs (Hornbeam, Larch, Gentian, Aspen, Olive). La législation ne nous autorisant pas à communiquer sur les propriétés de certaines plantes et de certains actifs, nous vous conseillons de consulter la littérature existante pour plus d'informations. Pour toute demande de conseil, contactez notre service client Santédiscount .
  • Biofloral Ecole et Devoirs 34 Granules 10ml
    Ecole et Devoirs 34 de Biofloral c'est une synergie d'élixirs floraux sous forme de granules. Spécialement formulé pour les enfants, ce complexe sans alcool agit favorablement sur la rigueur et la concentration de votre enfant. Il améliore la capacité de mémoire et d'apprentissage tout en permettant d'avoir confiance en ses capacités. Ces granules aideront votre enfant à ne pas se disperser pour réussir à l'école.
  • Grand bureau pliable 'FLEXO' blanc sur roulettes - 160x80 cm
    Ce bureau dispose dun avantage sur tous les autres bureaux design , à savoir une fonction pliable ultra fonctionnelle ! Vous êtes par exemple indépendant et disposez de peu de place ? Cette grande table de travail vous garantira tout lespace dont vous aurez besoin pour la gestion administrative mais se rangera en toute discrétion et avec facilité pour laisser place à votre activité. De plus, le bureau FLEXO est équipé dun plateau en bois mélaminé blanc pour un design moderne.