in

Les 10 films de Wes Anderson, classés

La voix de Wes Anderson au cinéma est indéniable. Dès les premières images, vous savez ce qui vous attend dans l’un des films de Wes : des compositions géométriques parfaites, une narration d’anthologie, de magnifiques palettes de couleurs, un humour plein d’esprit, de sombres secrets de famille et des gouttes d’aiguilles tueuses. Sa troupe d’acteurs suit d’un film à l’autre, avec Owen et Luke Wilson, Adrien Brody, Jason Schwartzman et l’emblématique Bill Murray. Wes imprègne un sentiment de mélancolie dans son travail le plus fort tout en pivotant vers un humour burlesque qui allège la violence qui trouve toujours une place dans ses décors culminants.

De ses histoires d’amour aux récits animés de vol et d’aventure, voici notre classement définitif des films de Wes Anderson, dont aucun, nous ne le recommanderions.

dixFusée en bouteille

Fusée en bouteille

Le premier long métrage de Wes avec ses premiers collaborateurs clés, les frères Wilson, qui ont également co-écrit le scénario avec Anderson, présente de nombreux indicateurs clés indiquant le style de Wes. Les fous rires sont au rendez-vous lors de ce crime où les frères Wilson braquent une librairie. Mais aussi, présente une performance hilarante de Jimmy Caan où il fait du karaté (quelque chose qui rendrait n’importe quel film meilleur). TFusée en bouteille n’est pas mal du tout mais n’atteint pas tout à fait les sommets de ses autres travaux, comme vous pouvez le constater, Anderson affine toujours sa voix mais parvient à graviter vers la nature excentrique des Wilson alors qu’ils entrent dans le monde criminel et portent finalement le film alors que leur relation évolue dans le tumulte de la vie criminelle.

9L’île aux chiens

L'île aux chiens

Le deuxième des films d’animation de Wes Anderson, cependant, avec une intrigue beaucoup plus ambitieuse sur les dangers de la cupidité des entreprises, de la propagande et de l’importance de la presse. Les deux thèmes se croisent dans L’île aux chiens quand un garçon Atari (Koyu Rankin) perd son chien Chief (Bryan Cranston) et doit le sauver pour arrêter le méchant maire Kobayashi (Kunichi Nomura) qui souhaite exterminer tous les chiens. Drôle, incroyablement violent et hommage au cinéma japonais, Isle a vu Wes revenir avec bonheur à un mode de réalisation qui fait ressortir le meilleur de son étrangeté.

8Vie aquatique

Vie aquatique

La vie aquatique avec Steve Zissou Est-ce que Wes est le plus angoissé. Canalisant toute sa terreur existentielle, Anderson la canalise à travers son plus proche collaborateur Bill Murray, en tant que célèbre type de Jean Cocteau, parcourant le monde sur des mésaventures aquatiques. Avec une bande-son endiablée de David Bowie de la chanteuse brésilienne Seu Jorge, c’est la plus mémorable en termes de chutes d’aiguilles. Même si Life Aquatic contient un ensemble empilé et une tapisserie aux couleurs vives, le film est uniquement celui de Bill Murray. Alors qu’il navigue sur la mer et que les échos de sa vie refont surface lorsqu’il découvre qu’il a un fils (Owen Wilson), l’angoisse d’une longue vie vécue déboule. Bien que la résonance émotionnelle ne soit pas tout à fait là, c’est l’un de Wes ‘ plus amusant.

7Darjeeling Limitée

Darjeeling Limitée

Le Darjeeling Limité est sous-estimé dans le canon de Wes mais n’est toujours pas à la hauteur de son meilleur travail. L’un des films les plus déprimants de sa filmographie en fait également l’un de ses plus émouvants. À peine quelques années après qu’Owen Wilson a tenté de se suicider, le duo décide d’intégrer cela dans le scénario, dans une histoire de 3 frères et 3 des collaborateurs préférés de Wes. Adrien Brody, Jason Schwartzman et Owen Wilson ont pris la route dans cette histoire décalée d’amour fraternel et de guérison des blessures après le décès de leur père. Les confrontations avec la mort et la moralité remplacent la nature burlesque de la violence habituellement vue dans les films d’Anderson, mais elle est emmenée dans un nouvel endroit alors qu’ils voyagent au cœur de l’Inde à la recherche d’une catharsis spirituelle.

6Expédition française

Expédition française

Une ode juste et audacieuse à un style particulier de journalisme au long cours, illustrée dans une série de vignettes, La dépêche française montre formellement Wes à son plus libre. Même s’il n’a pas de personnage central, l’ensemble comprend son premier collaborateur Timothée Chalamet, qui incarne un prophète anarchiste profilé dans la ville fictive d’Ennui-sur-Blasé, et Benicio Del Toro en tant que peintre visionnaire condamné à mort. Il y a beaucoup de mouvements de caméra emblématiques de Wes, une magnifique cinématographie en noir et blanc parsemée de son sens caractéristique du tableau mélancolique, French Dispatch est un ajout approprié à la filmographie de l’auteur.

5Le Grand Hôtel Budapest

Le Grand Hôtel Budapest

L’humanité sous-jacente de Wes Anderson ne s’est jamais manifestée comme elle l’a fait avec Le Grand Hôtel Budapestt. Un film sur le coup écrasant du fascisme et ce qu’il peut faire à un pays. Mais aussi, un film sur la mémoire et la narration s’intègre parfaitement dans le moule Anderson. En tant qu’écrivain (Tom Wilkinson) réfléchit sur sa vie à lui-même plus jeune (Jude Law) sur le concierge excentrique Monsieur Gustave H. (Ralph Fiennes) et comment l’amour est la seule réponse à la guerre. C’est le film d’Oscar le plus décoré de Wes à ce jour.

4Les Tenenbaums royaux

Les Tenenbaums royaux

Anderson raconte souvent des histoires de familles dysfonctionnelles, mais aucune n’a atteint le cœur émotionnel de son horrible patriarche comme Gene Hackman l’a fait en tant que Royal Tenenbaum. Un père éloigné dont les années d’absence ont créé des dommages psychologiques que l’on voit tout au long du film à travers sa famille nombreuse. Rien de plus que Richie (Luke Wilson) dans l’un des décors les plus émouvants d’Anderson à ce jour, dans un superbe plan au ralenti et teinté de bleu où Richie tente de se suicider. Jamais les bouffonneries et l’humour sournois de Wes ne s’étaient arrêtés d’une manière aussi dérangeante que dans Les Tenenbaums royaux.

3Rushmore

Rushmore

Lorsque la production est réduite, Wes trouve le ton parfait entre émotion et esthétique. Le premier de ses films à raconter l’histoire en chapitres – qui allait devenir son incontournable – mais qui a également présenté au monde un favori de Wes, Jason Schwartzman. Rushmore est un film parfait sur un sociopathe authentique et surperformant. Interprété par Schwartzman jusqu’à ses limites nébuleuses de tolérance, alors qu’il se lie d’amitié avec le solitaire, amer et riche Herman Bult (Bill Murray). Une sorte de comédie entre copains mais aussi une romance tragique, Rushmore est aussi parfait qu’un deuxième long métrage peut l’être, celui qui montrait Anderson sur le point d’atteindre le sommet de ses pouvoirs de narrateur.

2Royaume du lever de lune

Royaume du lever de lune

Lorsque Wes peut travailler sur les traumatismes familiaux et les dysfonctionnements parentaux avec une mélancolie sincère au milieu d’une histoire d’amour, ses films frappent un crescendo. Tel est le cas pour Royaume du lever de lune, un conte merveilleusement idiot mais sombre d’un jeune amour fugueur. Avec une distribution largement jeune et amateur, Wes obtient des performances gagnantes et superposées de ses deux protagonistes romantiques Jared Gilman et Kara Hayward. Les deux jettent toute l’île dans une frénésie – y compris un riff hilarant sur les rôles de flic endurcis typiques de Bruce Willis (sa seule performance de Wes), et à la place, Willis joue un perdant solitaire dans l’espoir de rendre les enfants à leurs parents et d’apporter la folie de l’île à l’arrêt.

1Le fantastique M. Fox

Le fantastique M. Fox

L’animation stop-motion est le vaisseau parfait pour Wes Anderson. Tous ses films regorgent de compositions magnifiquement géométriques et de palettes de couleurs vives, mais aucun de ses films n’a reçu le même traitement que Le fantastique M. Fox avec Anderson contrôlant totalement les décors et les mouvements des personnages, c’est devenu une parfaite évocation du monde de Roald Dahl. Mais aussi, une façon d’utiliser George Clooney – qui a une histoire avec les films de câpres – en tant que M. Fox, pour animer et diriger certaines de ses séquences de casse les plus créatives à ce jour. Rempli de cœur, d’émotions émouvantes et du sens de l’humour loufoque de Wes, Fantastic est un chef-d’œuvre de style et de substance.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂