in

Le satellite de chasse aux astéroïdes de la NASA franchit un obstacle sur la voie du lancement en 2026

Un satellite de la NASA conçu pour traquer les potentiellement dangereux astéroïdes et les comètes viennent de faire un grand pas vers la rampe de lancement.

La NASA a approuvé le télescope spatial Near-Earth Object (NEO) Surveyor pour passer à la « conception préliminaire », sa prochaine phase de développement sur la route d’un décollage prévu en 2026, ont annoncé des responsables de l’agence vendredi 11 juin.

« NEO Surveyor aura la capacité d’accélérer rapidement la vitesse à laquelle la NASA est capable de découvrir des astéroïdes et comètes qui pourraient constituer un danger pour la Terre, et il est conçu pour découvrir 90% des astéroïdes de 140 mètres [460 feet] de taille ou plus dans la décennie suivant son lancement », Mike Kelley, scientifique du programme NEO Surveyor au siège de la NASA à Washington, DC, dit dans un communiqué.

En rapport: Astéroïdes potentiellement dangereux (images)

La NASA travaille à atteindre cet objectif de 90 % de découvertes depuis 2005, en réponse à un mandat du Congrès. À ce jour, l’agence spatiale estime que les scientifiques ont trouvé environ 40% des objets géocroiseurs d’au moins 460 pieds de large, ce qui provoquerait une dévastation généralisée s’ils touchaient la Terre.

(Les scientifiques pensent qu’un impacteur devrait avoir au moins 0,6 mile, ou 1 kilomètre, de large pour menacer l’existence de la civilisation humaine. Plus de 90% de ces NEOS de la taille d’une montagne ont été trouvés, selon les responsables de la NASA, et aucun ne présente de risque dans un avenir prévisible.)

NEO Surveyor sera lancé vers la Terre-soleil Lagrange Point-1, un point gravitationnellement stable dans l’espace à environ 930 000 miles (1,5 million de km) de la Terre. Il utilisera ensuite un télescope de 1,6 pied de large (0,5 m) et une suite de capteurs pour rechercher des objets géocroiseurs potentiellement dangereux dans la lumière infrarouge – une stratégie de visualisation qui devrait aider les chercheurs à trouver un grand nombre d’objets zoomant dans le voisinage de la Terre qui sont difficiles pour instruments optiques à repérer.

« En recherchant des objets géocroiseurs plus proches de la direction du soleil, NEO Surveyor aiderait les astronomes à découvrir les risques d’impact qui pourraient s’approcher de la Terre depuis le ciel diurne », a déclaré la chercheuse principale de NEO Surveyor, Amy Mainzer, basée à l’Université d’Arizona, dans le même communiqué. déclaration.

« NEO Surveyor améliorerait également considérablement la capacité de la NASA à déterminer les tailles et les caractéristiques spécifiques des objets géocroiseurs nouvellement découverts en utilisant la lumière infrarouge, en complétant les observations en cours menées par les observatoires au sol et les radars », a déclaré Mainzer.

NEO Surveyor a eu une histoire de développement longue et mouvementée. Il est basé sur la mission Near-Earth Object Camera (NEOCam), qui a été proposée à plusieurs reprises à la NASA en tant que mission scientifique planétaire au cours des 15 dernières années mais n’a jamais été sélectionnée. (Mainzer était également la chercheuse principale du concept NEOCam. Et elle est la chercheuse principale de NEOWISE, la phase actuelle de chasse aux astéroïdes de la NASA Explorateur de relevés infrarouges à grand champ mission, qui scrute le ciel en lumière infrarouge. NEO Surveyor est envisagé comme un successeur de NEOWISE plus performant et plus ciblé sur les astéroïdes.)

Enfin, fin 2019, La NASA a annoncé que NEO Surveyor volerait – mais pas en tant que mission scientifique planétaire. NEO Surveyor coûtera entre 500 et 600 millions de dollars, les fonds provenant du programme de défense planétaire de la NASA, Nouvelles de l’espace rapporté.

Ce programme paie la facture d’une autre mission d’astéroïdes, appelée le Test de redirection double astéroïde (DARD). DART, dont le lancement est prévu en novembre, enfoncera une sonde dans la lune de l’astéroïde Didymos dans le cadre d’un test de la stratégie « d’impacteur cinétique » de déviation de l’astéroïde.

Les télescopes ici sur Terre mesureront à quel point l’impact a déplacé la roche spatiale. Et une petite sonde européenne nommée Hera, qui devrait être lancée sur le système Didymos en 2024, étudiera les effets de près.

Mike Wall est l’auteur de « Là-bas » (Grand Central Publishing, 2018 ; illustré par Karl Tate), un livre sur la recherche de la vie extraterrestre. Suivez-le sur Twitter @michaeldwall. Suivez-nous sur Twitter @Spacedotcom ou Facebook.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂