dimanche, juillet 21, 2024
AccueilSérie TV / FilmLe roi de la fête, la fête de jouer qui tu n'es...

Le roi de la fête, la fête de jouer qui tu n’es pas

cinéma mexicain

Ce film mexicain qui a pu être vu en 2021 dans le cadre du Festival international du film de Morelia est arrivé en salles.

Elie Léonard Salazar

Le roi de la fête, un film de Solomon Ashkenazi.  (Photo : Le roi de la fête)Le roi de la fête, un film de Solomon Ashkenazi. (Photo : Le roi de la fête)Elie Léonard Salazar

À la fin du visionnage du film, le spectateur peut se demander à quel genre il appartient. C’est un drame ? Une farce ? Un thriller psychologique aux accents d’humour acidulé ? Ce doute ne rend pas nécessairement le contenu mauvais. Au contraire, il offre l’opportunité au public de s’embrouiller dans ce dilemme et d’en déduire lui-même une explication sur le ton de l’histoire en général, ainsi que sur son dénouement.

C’est l’un des aspects qui rend ce travail de réalisateur différent Salomon Ashkénaze par rapport à d’autres projets du cinéma national qui sont traités avec la combinaison des genres. Avec le roi de la fête il joue bien avec ce mélange et a beaucoup à voir avec le montage de Jimmy Cohen et la photographie de Nur Rubio Sherwell.

L’intrigue consiste en l’histoire d’un homme de 50 ans décadent qui traverse une crise émotionnelle et prend la décision d’usurper l’identité de son frère jumeau qu’il considère mort après un accident, mais la situation se complique lorsqu’il s’agit savoir qu’il est vivant et découvrir la supercherie. Il y a un point crucial entre les deux : ils sont complètement différents en termes de personnalité.

Sous cette prémisse, on peut bien supposer que le film se transformera en une comédie d’intrigues. Heureusement, il n’en est rien. Un conduit pour rompre avec cette voie probable est le personnage d’Héctor (Giancarlo Ruiz), un gars qui répond aux exigences imposées par les normes sociales : avoir une famille, un logement, un emploi et rien d’autre. Il précise que personne n’envierait sa vie, encore moins lorsqu’il a une mauvaise relation avec son père, un quotidien routinier et n’a aucune action sur le plan sexuel. Cet homme génère de la répulsion, pas de l’empathie. Cela devient plus perceptible grâce à l’appareil photo de Rubio Sherwell avec une palette de couleurs sans âme et un cadrage qui rend ce sujet frustré par son environnement.

En revanche, Rafa (Giancarlo Ruiz lui-même) est un quinquagénaire qui veut continuer à être une pierre qui roule, la vie de la fête. Sans retenue, sans grandes responsabilités et sans papitis, son but dans la vie est de passer un bon moment, surtout s’il y a des boissons et des « soupirs » devant ses yeux. Contrairement à Héctor, il l’aime bien, mais ce n’est pas pour cela qu’il est admirable, bien qu’il soit enviable par son frère. Ici, Rubio Sherwell est chargé de transmettre cette confiance en soi à travers les atmosphères et les couleurs qu’il représente avec son style visuel.

Le directeur de la photographie penche également vers les réflexions pour raconter la dualité, ou la duplication/usurpation des frères. Avec lui, le montage de Jimmy Cohen a un poids important pour soutenir l’histoire jusqu’au bout avec le bon sens d’accorder la liberté à l’interprétation de ce que le spectateur perçoit en fonction de ce qu’il considère identifiable dans les personnages.

Bien que le roi de la fête il peut avoir certains défauts, comme le manque de poids dramatique dans plusieurs séquences, ou la lourdeur de son récit dissonant pour certains, cette aventure de Solomon Ashkenazi a des qualités. L’une d’elles est son originalité et la non-imposition d’une métaphore.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. ?

Top Infos

Coups de cœur