in

Le PDG de TikTok, Shou Zi Chew, rencontre des responsables de l’UE dans un contexte d’examen croissant de la confidentialité des données et de la cybersécurité

Le PDG de TikTok a rencontré mardi plusieurs responsables de l’Union européenne au sujet de leurs nouvelles réglementations numériques strictes dans le bloc des 27 pays alors que l’application de médias sociaux appartenant à la Chine fait l’objet d’un examen croissant de la part des autorités occidentales sur la confidentialité des données, la cybersécurité et la propagation de la désinformation.

Le PDG de TikTok, Shou Zi Chew, rencontre des responsables de l'UE dans un contexte d'examen croissant de la confidentialité des données et de la cybersécurité

TikTok risque d’être interdit dans l’UE ainsi qu’aux États-Unis en raison de préoccupations concernant la confidentialité des données et la cybersécurité. Le PDG de TikTok, Shou Zi Chew, a tenté d’assurer aux responsables de l’UE que TikTok prend la confidentialité au sérieux et travaillera en étroite collaboration avec les responsables pour protéger les utilisateurs.

Dans plusieurs réunions à Bruxelles, Shou Zi Chew, PDG de TikTok et quatre responsables de la Commission exécutive de l’UE ont discuté de préoccupations allant de la sécurité des enfants aux enquêtes sur les données des utilisateurs circulant vers la Chine, selon les lectures européennes de deux des réunions et les tweets d’une troisième.

TikTok est extrêmement populaire auprès des jeunes, mais sa propriété chinoise a fait craindre que Pékin ne l’utilise pour récupérer les données des utilisateurs ou pousser des récits pro-chinois ou de la désinformation. TikTok appartient à ByteDance, une société chinoise qui a déménagé son siège social à Singapour en 2020.

États américains y compris le Kansas, le Wisconsin, la Louisiane et la Virginie ont décidé d’interdire l’application de partage de vidéos des appareils émis par l’État pour les employés du gouvernementet il serait également interdit sur la plupart des appareils du gouvernement américain en vertu d’un projet de loi sur les dépenses du Congrès.

Les craintes ont été attisées par des reportages l’année dernière selon lesquels une équipe basée en Chine aurait accédé de manière inappropriée aux données des utilisateurs américains de TikTok, dont deux journalistes, dans le cadre d’un programme de surveillance secrète visant à découvrir la source des fuites dans la presse.

On craint également que la société n’envoie des masses de données d’utilisateurs en Chine, en violation des règles européennes strictes en matière de confidentialité. Les autorités de surveillance de la protection des données de l’UE en Irlande ont ouvert deux enquêtes sur TikTok, dont une sur son transfert de données personnelles vers la Chine.

« Je compte sur TikTok pour exécuter pleinement ses engagements à faire un effort supplémentaire pour respecter le droit de l’UE et regagner la confiance des régulateurs européens », a déclaré Vera Jourova, la commissaire aux valeurs et à la transparence, après sa rencontre avec Chew. « Il ne fait aucun doute que les données des utilisateurs en Europe sont en sécurité et ne sont pas exposées à un accès illégal des autorités de pays tiers. »

Caroline Greer, directrice des politiques publiques et des relations gouvernementales de TikTok, a déclaré sur Twitter qu’il s’agissait d’une « réunion constructive et utile ».

« La sécurité en ligne et le renforcement de la confiance sont notre priorité numéro un », a tweeté Greer.

La société a déclaré qu’elle prenait la sécurité des données « incroyablement au sérieux » et licencié les employés de ByteDance impliqués dans l’accès abusif aux données des utilisateurs.

Jourova a déclaré qu’elle avait également interrogé Chew sur la sécurité des enfants, la diffusion de la désinformation russe sur la plateforme et la transparence du contenu politique payant.

La vice-présidente exécutive Margrethe Vestager, qui est en charge des questions de concurrence et antitrust, a rencontré Chew pour « examiner comment l’entreprise se prépare à se conformer à ses obligations en vertu du règlement de la Commission européenne, à savoir la loi sur les services numériques et éventuellement la loi sur les marchés numériques. ”

La loi sur les services numériques vise à nettoyer les contenus toxiques des plateformes en ligne et la loi sur les marchés numériques est conçue pour limiter le pouvoir des grandes entreprises numériques.

Ils ont également discuté des obligations en matière de confidentialité et de transfert de données en référence aux récents reportages sur « la collecte et la surveillance agressives de données aux États-Unis », selon la lecture.

Chew a également rencontré le commissaire à la justice Didier Reynders et la commissaire aux affaires intérieures Ylva Johansson.

Reynders a tweeté qu’il « insistait sur l’importance » que TikTok se conforme pleinement aux règles de confidentialité de l’UE et coopère avec le chien de garde irlandais.

« Nous avons également fait le point sur les engagements de l’entreprise pour lutter contre les discours de haine en ligne et garantir la protection de tous les consommateurs, y compris les enfants », a-t-il déclaré.

Chew doit tenir un chat vidéo avec Thierry Breton, le commissaire à la politique numérique, le 19 janvier.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. ?