dans

Le parquet recommande l’arrestation provisoire de trois des policiers qui ont tabassé le musicien noir Michel Zecler

, 29 nov. () –

Le procureur de Paris, Rémy Heitz, a recommandé ce dimanche que trois des quatre policiers impliqués dans le passage à tabac brutal du producteur de musique noire Michel Zecler se rendent en détention provisoire et qu’un quatrième agent impliqué reste sous contrôle judiciaire, ce qui l’empêchera également. continuer à exercer leurs fonctions.

Les images du passage à tabac de Zecler ont été publiées jeudi par le portail Loopsider, qui a rapporté que l’homme attaqué s’était heurté à la patrouille de police alors qu’il se trouvait à l’extérieur d’une étude sans masque. Les policiers sont venus à sa rencontre, ce qui a conduit à un passage à tabac au cours duquel, selon Zecler, des insultes racistes ont été proférées.

Les événements ont eu lieu samedi et ont dans un premier temps conduit à l’arrestation du producteur, mais la diffusion des images a renversé le discours et signifié non seulement la libération de Zecler et le retrait des charges, mais aussi la suspension des agents impliqués, critiqué publiquement par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

Selon le procureur, les policiers impliqués sont une brigade de 44 ans et trois membres du poste de police du 17e District, tous, selon Heitz, avaient un « très bon dossier de service » jusqu’à l’incident. Tous ont reconnu que le passage à tabac de Zecler était « injustifié ». Ils ont agi, disent-ils, par «crainte» de la résistance de Zecler et du lieu étroit où ils ont procédé à l’arrestation.

Le procureur a indiqué que l’un des agents, à un moment donné, avait reconnu avoir lancé une « grenade anti-émeute » sur Zecler. Selon Heitz, l’agent « justifiait son geste par son ignorance du contexte de l’intervention et par la confusion qui régnait sur le terrain », selon la conférence de presse recueillie par BFMTV.

Tous les policiers ont toutefois nié avoir crié des insultes racistes contre le producteur au moment du passage à tabac.

Désormais, le parquet a recommandé à l’enquête d’envisager une éventuelle imputation des trois agents en détention provisoire pour << violences intentionnelles d'un chef de l'autorité publique, cambriolage et dommages intentionnels à la propriété privée >>, tandis que le quatrième agent , responsable du lancement de la grenade, pourrait finir par être inculpé de «violence intentionnelle avec des armes».

L’attaque de Zecler, capturée par des caméras de surveillance, a contribué à la célébration ce samedi de la manifestation nationale massive contre la soi-disant loi de sécurité globale, qui limite, entre autres aspects, la collecte d’images des forces de sécurité de l’Etat.

Les émeutes et les affrontements lors des manifestations ont déjà fait 62 blessés et 81 autres arrêtés, selon un nouveau bilan publié ce dimanche par le ministère de l’Intérieur.

Au total, 23 officiers ont été blessés lors du principal rassemblement à Paris, qui a réuni quelque 46 000 personnes et a été le théâtre des pires émeutes.

Un groupe d’hommes cagoulés a incendié une succursale de la Banque de France et la police a dû intervenir à un moment donné avec des canons à eau pour disperser les manifestants. 39 autres agents ont été blessés dans le reste du pays, selon le solde collecté par le réseau BFMTV.

Pour le moment, seuls deux manifestants sont blessés lors des manifestations, dans l’attente d’une évaluation future à cet égard, et un photographe syrien, identifié comme étant Amir al Halbi, 24 ans et collaborateur de médias tels que l’AFP ou Polka Magazine. blessé à la tête par « un coup » de la police française, comme le rapporte le secrétaire général de Reporters sans frontières, Christophe Deloire.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂