dans

Le navire de 100000 tonnes qui a coulé en cherchant une couverture de téléphonie mobile

Le 25 juin, le Wakashio, un navire d’origine japonaise et pavillon panaméen, s’est échoué au large de l’île Maurice, à un kilomètre et demi de la pointe d’Esny, au sud-est de l’île. Heureusement, le vraquier déchargé était au milieu d’un voyage de Singapour au Brésil, où il se dirigeait pour récupérer la cargaison. En termes relatifs – c’est-à-dire si nous le comparons aux grands déversements d’hydrocarbures – le déversement était petit, à peine 1 000 tonnes.

Mais si l’on tient compte de son emplacement (à proximité de la réserve naturelle de l’île aux Aigrettes, dernière redoute de la forêt sèche côtière qui était abondante dans la majeure partie de l’île Maurice), la situation peut être beaucoup plus difficile. Cependant, et bien que le sujet soit suffisamment important pour l’aborder, peut-être la chose la plus curieuse à ce sujet est la raison de l’accident: recherche de couverture.

Un anniversaire qu’ils n’oublieront pas facilement

éclaboussure247

Comme Javier Peláez l’a rappelé, nous avons vu des épaves de toutes sortes et couleurs. Le Costa Concordia, un navire de croisière qui a fait naufrage en janvier 2012 au large de l’île de Giglio en Italie, causant 32 morts et 4197 évacués, a eu son accident du fait que le capitaine a détourné sa route pour avoir une meilleure vue sur le port. Mais il y en a beaucoup plus: ces dernières années, Ibiza et Minorque ont souffert d’une «épidémie» d’épaves de bateaux qui ne nécessitent pas de permis simplement parce que ceux qui les louent ne savent pas comment les conduire.

A lire :  Galaxy S21: toutes les rumeurs sur le téléphone portable de Samsung en un coup d'œil

L’affaire Wakashio est presque plus absurde car, selon ce que dit le rapport de l’Autorité maritime panaméenne sur l’accident, le capitaine s’est écarté du fait que l’un des passagers a fêté son anniversaire et ils ont décidé de s’approcher de la côte pour avoir une meilleure couverture.

Il est presque courant que « nous connaissons mieux la géographie de Mars ou la dynamique des systèmes stellaires à des dizaines d’années-lumière de la Terre que nos fonds marins« Mais la vérité est que les océans continuent de maintenir une complexité technique (et conservent encore une incertitude) qui les rend très dangereux. Surtout si nous ne suivons pas les itinéraires prédéterminés.

Et ces types d’accidents qui combinent le drame écologique avec le ridicule le plus absolu comme aucun autre nous rappellent cette complexité (qui, souvent, en raison des conditions de navigation en haute mer, nous ne partons pas).

image | Expédition Nagashiki

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Tribune FC C\'est du sang Havrais qui coule dans mes veines - Supporters Le Havre - Tribune FC
    C'est du sang Havrais qui coule dans mes veines. Disponible en t-shirt, veste, pull et débardeur.
  • BOSCH TKA3A031 Tout pour une bonne tasse de café - avec le confort en plus
    Tout pour une bonne tasse de café - avec le confort en plus
  • Tribune FC Sweat à capuche C\'est du sang troyen qui coule dans mes veines - Supporters Troyes - Tribune FC
    Sweat à capuche C'est du sang troyen qui coule dans mes veines.