dans

Le langage de la rhétorique de l’exploration spatiale peut affecter la perception du public des activités spatiales

Par Joelle Renstrom

Le mois dernier, le rover Perseverance de la NASA a atterri à la surface de Mars en grande pompe, quelques jours seulement après que des sondes des Émirats arabes unis et de la Chine sont entrées en orbite autour de la planète rouge. La montée en flèche du trafic martien symbolise des avancées majeures dans l’exploration spatiale. Il présente également un moment opportun pour prendre du recul et considérer non seulement ce que les humains font dans l’espace, mais aussi comment nous le faisons – y compris les mots que nous utilisons pour décrire les activités humaines dans l’espace.

La conversation autour du langage de l’exploration spatiale a déjà commencé. La NASA, par exemple, a éradiqué le langage sexiste qui sévit dans le programme spatial américain depuis des décennies. Au lieu d’utiliser «habité» pour décrire les missions spatiales humaines, il est passé à des termes non sexistes comme «piloté» ou «en équipage». Mais notre examen minutieux du langage ne doit pas s’arrêter là. D’autres mots et expressions, en particulier ceux qui invoquent le capitalisme ou le colonialisme, devraient recevoir le même traitement.

Dans une certaine mesure, la langue influence la façon dont nous pensons et comprenons le monde qui nous entoure. Un exemple dramatique vient de la tribu Pirahã de l’Amazonie brésilienne, dont la langue contient très peu de termes pour décrire les nombres ou le temps. Une culture capitaliste dans laquelle le temps équivaut à de l’argent n’aurait probablement pas de sens pour eux. De même, la langue affecte probablement les pensées et les croyances des humains sur l’espace extra-atmosphérique. Les mots que les scientifiques et les écrivains utilisent pour décrire l’exploration spatiale peuvent influencer qui se sent inclus dans ces efforts – à la fois en tant que participants directs et en tant que bienfaiteurs – et modifier la façon dont les gens interagissent avec le cosmos.

Prenons, par exemple, le Moon Speech de John F. Kennedy en 1962, dans lequel il a utilisé à trois reprises les mots «conquérir» et «conquérir». Alors que la rhétorique de Kennedy visait à renforcer le moral des États-Unis dans la course à l’espace contre l’URSS, la vision de l’espace extra-atmosphérique comme un lieu de conquête évoque l’assujettissement et l’exploitation et illustre une attitude qui a entraîné de nombreuses destructions sur Terre. Par définition, la conquête implique une affirmation de pouvoir et de maîtrise, souvent par la violence. De même, l’ancien président Donald Trump est le dernier président américain à utiliser le terme «Manifest Destiny» pour décrire ses motivations à explorer l’espace, puisant dans une philosophie qui suggère que le grand objectif de l’humanité est de s’étendre et de conquérir, indépendamment de qui ou de quoi le chemin.

A lire :  Couvertures de neige Volcans d'Hawaï en superbe image satellite

Dans un récent livre blanc, un groupe composé d’experts en la matière de la NASA et d’autres institutions a mis en garde contre les dangers de l’invocation du langage et de la pratique coloniaux dans l’exploration spatiale. «Le langage que nous utilisons autour de l’exploration peut vraiment guider ou nuire à ceux qui s’impliquent et pourquoi ils s’impliquent», m’a dit Natalie B. Treviño, l’une des coauteurs de l’article.

Treviño, qui a étudié la théorie décoloniale et l’exploration spatiale pour son doctorat. à l’Université Western au Canada, est membre d’un groupe de travail sur l’équité, la diversité et l’inclusion qui formule des recommandations liées à l’équité dans la communauté de recherche en science planétaire. Elle note que certains mots et certaines phrases peuvent être particulièrement aliénants pour les peuples autochtones. «Comment un enfant autochtone dans une réserve en Amérique du Nord est-il censé se connecter à l’exploration spatiale si la langue est la même langue qui a conduit au génocide de son peuple?»

  Le langage de la rhétorique de l'exploration spatiale peut affecter la perception du public des activités spatiales

MASTCAM-Z du rover Perseverance a capturé son premier panorama haute résolution de son site d’atterrissage dans le cratère Jezero sur Mars. L’image aidera l’équipe de la mission à réduire les roches d’intérêt pour retourner sur Terre pour étude. Image: NASA

Dans une perspective 2020 pour Astronomie de la nature, Aparna Venkatesan de l’Université de San Francisco, également co-auteur du récent livre blanc, a écrit avec des collègues que dans les dialectes des indigènes Lakota et Dakota, le concept de pensée enraciné dans la langue, l’espace et le lieu «est incarné par la phrase souvent utilisée mitakuye oyasin, expliquée par les anciens Lakota comme une philosophie qui rappelle à tous que nous venons tous d’une même source et que nous devons donc nous respecter les uns les autres pour maintenir Wolakota ou la paix. » Il est difficile, voire impossible, de concilier les idées de Wolakota et la conquête, compte tenu notamment de la militarisation croissante de l’espace.

Treviño soutient que le mot «frontière», la métaphore directrice de l’exploration spatiale américaine, est également problématique. Le franchissement de nouvelles frontières – parce que les frontières doivent toujours être repoussées ou franchies – est inévitablement «lié au nationalisme, et le nationalisme est lié à la conquête, et la conquête est liée à la mort», dit-elle. Lorsque les humains repoussent les frontières, ils le font souvent avec la conviction que c’est leur droit en tant qu’individus ou en tant que représentants d’un pays ou d’un État. Tout au long de l’histoire, ce sentiment de droit a été considéré comme un permis d’éliminer les peuples et la faune autochtones, de polluer les rivières et de démontrer autrement la propriété et la maîtrise.

A lire :  Un nouvel équipage arrive à Hawaï pour une mission simulée sur Mars - Rapport du commandant: sol 2

Des concepts fondamentaux tels que «conquête», «frontière» et «destin manifeste» peuvent affecter non seulement la façon dont les gens pensent à l’espace, mais aussi comment ils agissent à son égard. Dans leur article Nature Astronomy, Venkatesan et ses collègues soutiennent qu’en plus de promouvoir les idéaux colonialistes, ces concepts favorisent le capitalisme spatial et un manque de réglementation. Les plus de 3 000 satellites opérationnels actuellement en orbite autour de la Terre sont des symboles puissants de cette tendance, dont beaucoup appartiennent à des intérêts privés. Pour les personnes qui utilisent les étoiles pour naviguer ou qui intègrent des corps célestes dans des pratiques culturelles, spirituelles et religieuses, cette intrusion dans les cieux menace de compromettre un mode de vie. Et c’est un rappel qui donne à réfléchir que l’espace et le ciel n’appartiennent pas vraiment à tout le monde après tout. L’absence de protections et de réglementations pour le ciel nocturne – ainsi que les incitations financières pour les satellites commerciaux, qui représentent près de 80% des satellites américains – le rendent vulnérable aux plus offrants.

«Traiter l’espace comme la frontière du« Far West »qui exige la conquête continue d’inciter à revendiquer ceux qui ont les ressources nécessaires», écrit Venkatesan et ses collègues. En fait, le jalonnement des revendications dans l’espace a déjà commencé, avec le tourisme spatial qui devrait se développer en une industrie lucrative, et avec le gouvernement américain ouvrant les portes à des entreprises commerciales telles que l’extraction d’astéroïdes et la colonisation de Mars.

Alors que les scientifiques se consacrent souvent aux questions de faisabilité, d’évolutivité et de prix abordable, ils accordent rarement autant de réflexion et d’efforts aux questions d’inclusivité et de moralité. «Dans la communauté spatiale, lorsque l’éthique, les valeurs ou la protection planétaire apparaissent, elles sont immédiatement codées comme féminines et elles sont immédiatement codées comme moins importantes», m’a dit Treviño. Pour de nombreux scientifiques, dit-elle, «penser à l’éthique n’est pas aussi important que de construire les rovers qui iront sur la lune».

L’approche «agir d’abord, poser des questions plus tard» caractérise l’état d’esprit qui a conduit certains à soutenir que les humains ont besoin de coloniser l’espace pour survivre. Mais les attitudes et l’éthique ne peuvent être appliquées rétroactivement. La science pourrait amener les gens sur Mars, mais sans éthique, quelles sont les chances de survie?

A lire :  Nous nous demandons depuis des décennies pourquoi il y avait si peu d'espèces de dinosaures dans le Mésozoïque, et nous venons de découvrir que le Tyrannosaurus rex était à blâmer.

Selon Kennedy, l’exploration spatiale est la plus «dangereuse et la plus grande aventure de notre espèce». Il est logique d’aborder les facteurs qui influencent le comportement humain dans l’espace – et qui détermineront en fin de compte nos chances de succès là-bas – le plus tôt possible. Cela implique de demander à tout le monde, pas seulement à la NASA ou à Elon Musk, à quoi nous voulons ressembler à un avenir interplanétaire de l’humanité. Voudrait-on que les colonies futuristes de Mars fonctionnent comme des villes terrestres modernes, ou pourrions-nous faire mieux?

L’élaboration d’un code d’éthique pour l’exploration spatiale peut sembler intimidante, mais nos propos offrent un point de départ potentiel. L’espace est l’un des rares endroits où les humains sont allés qui jusqu’à présent reste paisible. Pourquoi, alors, utiliser le langage de la guerre, de l’impérialisme ou du colonialisme pour y décrire les actions humaines? Éliminer le langage du génocide et de la subordination du discours spatial est une étape facile que n’importe qui peut franchir pour encourager les grands sauts de l’humanité dont nous rêvons pour l’avenir, sur Terre et au-delà.

Joelle Renstrom est une écrivaine scientifique qui se concentre sur les robots, l’IA et l’exploration spatiale. Elle enseigne à l’Université de Boston.

Cet article a été initialement publié sur Undark. Lisez l’article original.

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Atlas for Men Lot de 2 Vestes Polaire Exploration L bordeaux
    bordeaux - Lot de 2 Vestes Polaire Exploration : Ultra-confortables, ces 2 vestes zippées en maille polaire douce et chaude (250 g/m² env.) vous accompagneront tout l’hiver. Pour une protection antifroid renforcée et une isolation parfaite, elles sont dotées d’un col montant zippé et de poignets élastiqués. 2 poches
  • Atlas for Men Veste en Jean Outdoor Exploration L bleu
    bleu - Veste en Jean Outdoor Exploration : Rien de tel qu’une veste en jean pour avoir un style authentique et décontracté. Taillée dans une toile Denim (12,25 oz) souple et résistante, elle se distingue par ses écussons brodés poitrine et manche qui lui donnent du caractère. Les détails sont bien pensés : 2 poches
  • CONVERSE T-shirt 'EXPLORATION TEAM' - Rose - Taille: L - female
    L - Rose - Matériau: Maillot; Col: Col rond; Motif: Imprimé logo; Design: Ourlet droit, Ourlet / bord surpiqué, Col côtelé, Tour de cou; Extras: Etiquette patch / étiquette flag, Doux au toucher, Coutures ton sur ton; Longueur des manches: Manches un-quart; Longueur: Longueur normale; Coupe: Coupe normale