dans

Le «fruit défendu» du jardin d’Eden était-il vraiment une pomme?

Quelle est l’identité probable du «fruit défendu» décrit dans le jardin d’Éden de la Bible, qu’Eve aurait mangé puis partagé avec Adam?

Si votre estimation est « Pomme, « vous vous trompez probablement.

La Bible hébraïque ne précise pas réellement quel type de fruit Adam et Eve ont mangé. « Nous ne savons pas ce que c’était. Rien n’indique que c’était une pomme », a déclaré le rabbin Ari Zivotofsky, professeur de sciences du cerveau à l’Université israélienne de Bar-Ilan, à 45Secondes.fr.

En rapport: Qu’est-ce qui a conduit à l’émergence du monothéisme?

La scène charnière est décrite dans la Genèse, le premier livre de la Bible hébraïque, peu de temps après que Dieu ait averti Adam de ne pas manger de «l’arbre de la connaissance». Un serpent dans le jardin, cependant, dit à Eve d’aller de l’avant et de prendre une bouchée.

«Quand la femme a vu que l’arbre était bon à manger et un délice pour les yeux, et que l’arbre était désirable comme source de sagesse, elle a pris de son fruit et a mangé. Elle en a aussi donné à son mari, et il a mangé « (Genèse 3: 6), selon la traduction de la Jewish Publication Society à Sefaria.org.

Quant au type de fruit, il est décrit comme «juste le« fruit de l’arbre »», a déclaré Zivotofsky. « C’est tout ce qu’il dit. Aucune identification. Nous ne savons pas quel genre d’arbre, nous ne savons pas quel fruit. »

Le mot hébreu utilisé dans ce verset est «peri», un mot générique pour fruit en hébreu biblique et moderne, selon Zivotofsky. Le mot hébreu moderne pour pomme, « tapuach », par contre, n’apparaît nulle part dans la Genèse ou dans les cinq premiers livres de la Bible hébraïque, a déclaré Zivotofsky. (Il apparaît dans d’autres textes bibliques ultérieurs.) À l’époque biblique, «tapuach» était un mot désignant un fruit générique.

Alors, si le fruit défendu n’était pas une pomme, qu’est-ce que c’était?

Les rabbins commentant la Bible hébraïque dans le Talmud, un recueil d’enseignements rabbiniques et de loi biblique, et d’autres écrits complétés par vers 500 AD, ont noté plusieurs idées sur l’identité du fruit mystérieux, mais – alerte spoiler – apple n’en fait pas partie, a déclaré Zivotofsky.

A lire :  Le grand requin blanc Unama'ki repéré au sud de Miami

Au fil des ans, les rabbins ont écrit que le fruit aurait pu être une figue, car dans la Bible hébraïque, Adam et Eve ont réalisé qu’ils étaient nus après avoir mangé de l’arbre de la connaissance, puis ont utilisé des feuilles de figuier pour se couvrir. Ou peut-être, ont écrit certains rabbins, que c’était du blé, parce que le mot hébreu pour blé, « chitah », est similaire au mot pour péché, « cheit », a déclaré Zivotofsky. Les raisins, ou le vin à base de raisins, sont une autre possibilité. Enfin, les rabbins ont écrit que cela aurait pu être un citron, ou «etrog» en hébreu – un fruit doux-amer, semblable à du citron, utilisé pendant le festival d’automne juif de Souccot, une célébration de la récolte au cours de laquelle les Juifs érigent des habitations temporaires.

Un citron, également connu sous le nom d'etrog

Le fruit de cédrat ressemblant à du citron est appelé un «etrog» en hébreu. (Crédit d’image: edelmar via Getty Images)

Compte tenu de tous ces fruits potentiellement interdits, comment les pommes – qui ne sont même pas du Moyen-Orient, mais du Kazakhstan en Asie centrale, selon une étude de 2017 de la revue Nature Communications – sont-elles devenues l’interprétation prédominante?

Il s’avère que cette interprétation n’est probablement pas issue de la tradition juive, a déclaré Zibotofsky. « Je ne pense pas que dans la tradition juive, elle soit jamais devenue la pomme, ce qui signifie que dans l’art juif, vous ne trouvez pas cela », a déclaré Zivotofsky.

Au lieu de cela, le chemin possible du fruit à la pomme a commencé à Rome en 382 après JC, lorsque le pape Damase j’ai demandé à un érudit nommé Jérôme de traduire la Bible en latin, selon l’Encyclopedia Britannica. Dans le cadre de ce projet, Jérôme a traduit l’hébreu «peri» en latin «malum», selon Robert Appelbaum, professeur émérite de littérature anglaise à l’Université d’Uppsala en Suède et auteur de «Aguecheek’s Beef, Belch’s Hiccup, and Other Gastronomic Interjections « (University of Chicago Press, 2006).

A lire :  La roche spatiale tuant les dinosaures pourrait avoir pris naissance au bord du système solaire

« Le mot [« malum »] en latin se traduit par un mot en anglais, pomme, qui représentait également n’importe quel fruit … avec un noyau de graines au milieu et de la chair autour de lui. Mais c’était un terme générique [for fruit] ainsi « , a déclaré Appelbaum à 45Secondes.fr. Apple avait cette signification générique jusqu’au 17ème siècle, selon le Dictionnaire étymologique en ligne. Jérôme a probablement choisi le mot » malum « pour signifier fruit, car le même mot peut aussi signifier le mal, a déclaré Appelbaum C’est donc un jeu de mots, se référant au fruit associé à la première grosse erreur des humains avec un mot qui signifie aussi essentiellement cela.

Pendant ce temps, les peintures et autres recréations artistiques du jardin d’Eden ont contribué à solidifier la pomme en tant que fruit défendu. Dans l’art, contrairement à l’écriture, un fruit ne peut pas être purement générique, a déclaré Appelbaum. «Les artistes, plus que les écrivains, devaient montrer quelque chose», a-t-il déclaré. Ils ne montraient pas toujours une pomme: les rendus artistiques de la « Chute d’Eden » représentaient le fruit comme un cédrat (« Retable de Gand«  par Hubert et Jan van Eyck, 1432), comme un abricot (« Eve tentée par le serpent« par Defendente Ferrari, 1520-25), et comme une grenade (« La chute de l’homme« par Peter Paul Rubens, 1628-29), selon Appelbaum.

Le XVe siècle

Le tableau « Retable de Gand » du XVe siècle montre Eve (à droite) avec un cédrat. (Crédit d’image: DIRK WAEM / Contributeur via Getty Images)

Pourtant, au 16ème siècle, la pomme était également entrée dans le bol de fruits proverbiale. En 1504, un gravure par le peintre allemand Albrecht Dürer et un 1533 La peinture par le peintre allemand, Lucas Cranach l’Ancien, a dépeint le fruit comme une pomme, selon Radio Nationale Publique. Toujours selon NPR, dans le poème épique «Paradise Lost», publié pour la première fois en 1667, le poète anglais John Milton utilise le mot «pomme» à deux reprises pour désigner le fruit défendu.

A lire :  Les origines des coronavirus seront étudiées par l'équipe de l'OMS arrivant en Chine cette semaine

Mais la pomme de « Paradise Lost » était-elle vraiment la pomme à laquelle nous pensons aujourd’hui, ou était-ce un fruit charnu générique avec des graines au milieu? Il y a au moins une place pour le doute à ce sujet, selon Appelbaum. Milton décrit la « pomme » une fois qu’Eve a pris une bouchée, « comme étant floue à l’extérieur, et extrêmement juteuse et douce et ambreuse. Tous les mots qui sont attachés aux pêches », a déclaré Appelbaum.

La dite Franken-arbre, un arbre greffé moderne portant 40 types de fruits, n’existait pas à l’époque biblique, mais s’il existait, il pourrait bien éclaircir ce mystère.

Publié à l’origine sur 45Secondes.fr.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Babybio Mes Fruits Pot Pomme Châtaigne +6m Bio 2 x 130g
    Babybio Mes Fruits Pots Pomme Châtaigne dès 6 mois 2 x 130g est composé de délicieuses Pommes d'Aquitaine et de Châtaignes d'Ardèche pour régaler les papilles de votre enfant. Des pommes d'Aquitaine juteuses et de délicieuses châtaignes d'Ardèche : il n'en fallait pas moins pour que ce petit pot devienne le
  • Benecos Gel Douche Plaisir du Jardin Pomme Raisin 950ml
    Benecos Gel Douche Plaisir du Jardin Pomme Raisin 950ml est le shampooing idéal pour toute la famille ! Composé d'extrait de pommes et d'huile de pépins de raisin, il soigne et protège la peau des agressions extérieures. Son conditionnement avec un accessoire distributeur de pompe rend l'utilisation très
  • TALENTI lit de repos d'extérieur EDEN Collection Icon (White / Natural mélange - Tissu et aluminium peint)
    Il semble suspendu dans le vide, le daybed pour le jardin de la collection Eden Talenti. Le raffinement et l'élégance de cet élément de la collection invitent à agréables moments à passer en plein air. La couverture en tissu s'ouvre et se ferme par un système de pistons hydrauliques. Les coussins sont en