dans

Le financement du secteur de la recherche et du développement en Inde pour la science et la technologie stagne: Quō vādis?

Vers la fin de l’année, on parle généralement beaucoup de recherche et développement dans l’espace scientifique et technologique – à commencer par les annonces du prix Nobel en octobre. Aussi prestigieux et ambitieux que soient les prix Nobel, ils ne sont pas et ne doivent pas être considérés comme des reflets ou des indicateurs de recherche et développement (R&D) dans aucun pays. Cette année, le prix Nobel de chimie a vu la technologie d’édition de gènes être reconnue et a offert de bonnes leçons à la communauté R&D mondiale et indienne.

Dans une première, le Nobel est allé à deux femmes – Emmanuelle Charpentier de France et Jennifer Doudna des États-Unis.

Charpentier a déménagé dans plusieurs laboratoires aux États-Unis puis en Europe avant de finalement trouver un poste où elle pourrait avoir son propre technicien et son propre laboratoire, mais à ce moment-là, elle avait déjà publié son travail de pionnier sur CRISPR-Cas9. Elle avait également collaboré avec Doudna après une rencontre fortuite lors d’une conférence. Doudna est passée du milieu universitaire à l’industrie et est revenue au milieu universitaire avant de se lancer dans son travail sur le système CRISPR. Ensemble, ils ont publié leur travail fondateur sur CRISPR-Cas9 en 2012, dans lequel ils ont indiqué l’énorme potentiel de ce système pour l’édition généralisée des gènes. Peu de temps après, les deux ont créé des entreprises capables de faire progresser la partie applications de leur travail scientifique de base, tout en continuant à explorer et à concevoir le système plus avant dans leurs laboratoires universitaires.

  Le financement du secteur de la recherche et du développement en Inde pour la science, la technologie stagne: Quō vādis?

Le DIRD a augmenté au fil des ans, mais le ratio DIRD / PIB est inférieur à 0,8.

Il est même difficile d’imaginer ces dynamiques en Inde. La R&D liée aux sciences a besoin d’un environnement social et culturel en dehors du financement, ce qui est évidemment également très important. Les technologies CRISPR-Cas ont décollé en une courte durée de huit ans. Pour faire avancer les idées promises par ces technologies, de nombreuses entreprises ont vu le jour aux États-Unis, en Chine et dans de nombreuses régions du monde, mais pas en Inde. Comme BR Ambedkar l’a dit dans un contexte différent, « Une idée a besoin d’être propagée autant qu’une plante a besoin d’être arrosée. Sinon, les deux se faneront et mourront ».

A lire :  Réseaux sociaux où l'utilisateur choisit l'algorithme qui recommande le contenu: c'est ainsi que le PDG de Twitter voit l'avenir d'Internet

Le scénario de financement de la R&D en Inde

Les statistiques récentes publiées par le Département de la science et de la technologie (DST) nous donnent un aperçu du financement de la R&D en Inde. Les dépenses brutes de R&D (DIRD) ont augmenté au fil des ans. Cependant, le ratio DIRD / Produit intérieur brut (PIB) est resté inférieur à 0,8, alors qu’il était d’environ 0,6 dans les années 90. Cette métrique largement utilisée est passée à environ 0,8 en 2005, et stagne plus ou moins depuis cinq ans. En comparaison, les ratios DIRD / PIB pour les autres pays sont: Israël 4,9, Corée du Sud 4,3, Japon 3,2, États-Unis 2,7, Chine 2,2 et Royaume-Uni 1,7.

Le ratio n’est pas le seul problème, sans aucun doute. Mais cela aiderait grandement si l’Inde pouvait cibler et atteindre un ratio DIRD / PIB de 2,0 au cours des 10 prochaines années. Par exemple, la Chine, d’un ratio de 0,6 en 1996, est passée à 1,1 en 2002 et est devenue 2,0 en 2014. Le ratio cache les dépenses absolues réelles, étant donné que le PIB de la Chine en 2019 est 4,8 fois celui de l’Inde. Pourtant, investir plus d’argent peut être plus rentable, à condition que cela soit fait correctement, avec un plan à long terme et non soumis aux aléas du système sociopolitique.

Contributions de toutes les personnes impliquées

De 2017 à 2018, le DIRD était principalement tiré par le secteur public, comprenant le gouvernement central (qui a dépensé 45,4%), les entreprises commerciales (qui ont dépensé 36,8%), les gouvernements des États (qui ont dépensé 6,4%), l’enseignement supérieur (qui a dépensé 6,8%). pour cent) et l’industrie du secteur public (4,6 pour cent). Les contributions des entreprises commerciales et du secteur de l’enseignement supérieur au GERD ne représentent que la moitié de celles des États-Unis.

A lire :  En souvenir du Samsung Galaxy Alpha, quand Samsung voulait faire un iPhone

Comme le dit la chanson de 1965 de Seekers, « Ouvrez-leur les portes nacrées », car ces secteurs doivent participer davantage à l’expansion de la capacité de R&D de l’Inde.

Même dans la DIRD du gouvernement central, 93% de la contribution DIRD du gouvernement central a été supportée par 12 grandes agences scientifiques, dont l’Organisation de recherche et de développement pour la défense (DRDO) représentait le plus gros morceau. (31,6%). Cela a été suivi par:

  • Département de l’espace (DoS) représentant 19%
  • Conseil indien de la recherche agricole (ICAR), 11,1 pour cent
  • Département de l’énergie atomique (DAE), 10,8%
  • Conseil de la recherche scientifique et industrielle (CSIR), 9,5%
  • Département des sciences et technologies (DST), 7,3%
  • Département de biotechnologie (DBT), 3,7%
  • Conseil indien de la recherche médicale (ICMR), 3,1%
  • Ministère des sciences de la Terre (MoES), 2,3%
  • Ministère de l’électronique et des technologies de l’information (MEITY), 0,8%
  • Ministère de l’environnement, des forêts et du changement climatique (MoEFCC), 0,5 pour cent
  • Ministère des énergies nouvelles et renouvelables (MNRE), 0,1%.

Comme Marcellus le dit à Horatio dans Shakespeare Hamlet: « Quelque chose est pourri au Danemark ».

En examinant certains des défis modernes de l’Inde tels que la productivité agricole, la santé publique (qui a récemment été largement exposée par la pandémie), la demande croissante d’énergie renouvelable – en plus des dangers posés par le changement climatique – quelque chose ne va pas. à droite si les services concernés par ces questions ne contribuent qu’à un quart du DIRD déjà faible aux solutions. Les priorités et les priorités de l’Inde doivent changer avec l’évolution des scénarios.

Alors n’y a-t-il rien d’autre à faire que de se tourner les pouces et d’attendre? Pour paraphraser Mao d’une situation différente, « Qu’est-ce qui compte la couleur des chats tant qu’ils attrapent les souris? »

L’Inde pourrait s’inspirer du succès de l’industrie biotechnologique cubaine, qui jouit d’une réputation mondiale pour la production de produits biotechnologiques innovants pour son système de santé. Cuba a un ratio DIRD / PIB d’environ 0,8, comme l’Inde, mais jette de gros coups au niveau de plusieurs pays développés dont les États-Unis. Les analystes ont identifié trois facteurs principaux pour le développement d’une telle industrie de haute technologie qui produit à la fois innovation et développement économique:

  1. Engagement financier à long terme (avec l’État comme investisseur, comme à Cuba),
  2. Intégration organisationnelle, et
  3. Contrôle stratégique de l’allocation des ressources.
A lire :  Snapchat introduit une fonctionnalité de type TikTok appelée Spotlight: comment cela fonctionne

Les mêmes stratégies ont permis à la Corée de dominer le marché des semi-conducteurs.

Des approches similaires ont permis à l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO) de devenir compétitive au niveau mondial dans le domaine des technologies spatiales. Donc, si l’Inde joue le jeu correctement, il pourrait bien être possible d’en avoir plus pour son argent jusqu’à ce qu’il y ait une amélioration de l’environnement socio-économique du pays.

L’auteur est un professeur retraité de bioinformatique de la School of Biotechnology, Madurai Kamaraj University

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Perfex Sciences Loupe Binoculaire PERFEX 10x Longue Distance de Travail
    Cette loupe à longue distance de travail a été spécialement conçue pour l'utilisateur qui recherche un grand dégagement.Pour faciliter les soudures de composants CMS, l’observation des objets volumineux et pour effectuer des ...
  • Hill's Science Plan Canine Puppy Large +25kg Croquettes Poulet 16kg
    Les croquettes pour chiots Hill's Science Plan Canine Puppy Healthy Development ont été élaborées pour apporter à votre animal de compagnie l'ensemble de ses besoins nutritionnels. Proposées pour les chiots de grande race (plus de 25kg), ces croquettes contiennent : du calcium, pour un bon développement
  • Go Travel Adaptateur Go Travel Electrique Europe - Inde Blanc
    Adaptateur secteur de voyage, pour l'Inde, petit et pratique, compatible avec les prises de types D et M, bon rapport qualité/prix