in

Le film d’horreur sorti aux États-Unis et qui promet de devenir un succès mondial

Trois ans après la première du premier film de Halloween avec laquelle David gordon vert presque complètement redémarré la saga de Jean charpentier, vient un deuxième volet de ce qui sera une nouvelle trilogie. Presque comme s’il avait complètement rejeté tous les films qui ont suivi la production originale de Charpentier créé en 1978, l’histoire retrouvée Laurie marchait à grands pas et dans le long métrage de cette semaine, la graine a été plantée pour un éventuel changement de commandement.

Jamie Lee Curtis, l’actrice qui depuis quarante ans est aux manettes de la franchise de Halloween déjà laissé entendre que tout se terminera pour elle avec Halloween se termine, qui sortira en salles en 2022. Cette semaine la deuxième partie des films réalisés par Vert, Halloween tue, qui, malgré des critiques quelque peu inégales, a réussi à gagner le soutien du public.

Petite-fille et fille de Laurie auront plus de poids dans cette production que selon le décompte des Tomates pourries Il a une très faible approbation de 39% des critiques. Pourtant, avec plus de 2 500 avis, le public du site lui a donné un laissez-passer grâce à la note de 70 %. Aux États-Unis et sur certains marchés à travers le monde, le long métrage est sorti jeudi dernier et le film a déjà rapporté près de 300 millions de dollars au box-office, un chiffre plus qu’acceptable dans le contexte actuel.

L’héritage de Michael Myers selon Lee Curtis

Peu de sagas sont fières d’avoir un méchant aussi reconnu dans le monde entier par les cinéphiles. En cas de michael myers est incontestable, comme l’un des emblèmes de la terreur depuis son apparition en 1978. En effet, en Conducteur de bébé il a fait une blague avec son masque et le nom de l’acteur Mike myers (Pouvoirs d’Austin), avec la touche inimitable de Edgar Wright.

Dans une interview avec Le commerce, Jamie Lee Curtis a parlé de l’héritage de michael myers qui, à leur discrétion, « Représente une énigme ». Selon votre poste, le choix de Jean charpentier et Debra Hill (scénariste du film original), fait trouver à chacun des spectateurs un « Point de vue personnel sur le diable ». En ce sens, il a compté : « Ne pas pouvoir voir son expression nous invite à inventer son visage. Tous les réalisateurs impliqués dans la franchise ont voulu réinventer le masque dans chaque chapitre de la saga. C’est quelque chose pour lequel les studios ont dépensé d’énormes sommes d’argent, car ils savent que cela déshumanise le caractère de Myers« .

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂