in

Le duc de Bretagne a caché l’image de sa femme décédée dans un livre de prières du XVe siècle

Une image cachée dans un livre de prières richement illustré du XVe siècle révèle que le duc de Bretagne à l’époque avait peint une image de sa femme décédée avec son épouse alors actuelle, ont découvert des chercheurs. L’histoire derrière «l’échange d’épouse» médiéval est quelque peu tragique.

Ce «Livre d’heures» particulier, comme on appelait ces livres de dévotion chrétienne, fut commandé en 1431 par Yolande d’Aragon (1381-1442), qui était la duchesse d’Anjou, en France. Elle l’a donné à sa fille Yolande d’Anjou (1412-1440) lorsque la fille a épousé le duc François Ier de Bretagne en 1431. Le couple a eu un fils mort dans l’enfance, et Yolande elle-même est décédée en 1440.

En rapport: Cracking Codices: 10 des manuscrits anciens les plus mystérieux

Une page du livre présente une zone qui semble plus sombre et les scientifiques du Fitzwilliam Museum de Cambridge au Royaume-Uni, propriétaire du manuscrit, ont utilisé l’imagerie dans le proche infrarouge (NIR) pour imager la tache sombre. Cette imagerie a révélé que le livre comprenait autrefois une image montrant Yolande d’Anjou agenouillée en prière devant la Vierge Marie. Cependant, cette image avait été repeinte et remplacée par celle montrant la deuxième épouse du duc, Isabella Stewart d’Ecosse (1427-1494), qui est également représentée agenouillée en prière devant la Vierge Marie. Une image de Sainte Catherine d’Alexandrie, une femme qui a été tuée au quatrième siècle, est montrée à côté d’Isabella Stewart.

Cette image montre Isabella Stewart d'Ecosse agenouillée et priant devant la Vierge Marie.  Sainte Catherine se tient à côté d'Isabella Stewart.  Cette page fait partie d'un

Isabella Stewart, d’Écosse, s’agenouille et prie devant la Vierge Marie, alors que Sainte Catherine se tient à ses côtés. Cette page fait partie d’un «Livre d’heures», un livre de prières populaire au Moyen Âge. (Crédit d’image: Musée Fitzwilliam)

«À la mort de sa première femme, François a peut-être pris le contrôle du livre de prières et ordonné qu’il soit personnalisé pour mieux convenir à Isabella», a déclaré Suzanne Reynolds, conservatrice des manuscrits et des livres imprimés au Fitzwilliam Museum de l’Université de Cambridge. . « Il est possible qu’Isabella ait eu une contribution. Par exemple, l’inclusion de Sainte Catherine qui n’était pas là auparavant indique qu’Isabella a peut-être eu une dévotion particulière à ce saint », a déclaré Reynolds à 45Secondes.fr. Les armoiries d’Isabella ont également été peintes sur de nombreuses pages du livre.

Ces «livres d’heures» étaient populaires au Moyen Âge, mais c’est le seul exemple dont Reynolds a connaissance dans lequel une image d’une nouvelle épouse a été peinte sur une épouse décédée. Reynolds a dit que nous en savons peu sur la relation entre le duc et Yolande d’Anjou.

« Nous n’avons aucune information à ce sujet. Yolande est décédée jeune », a déclaré Reynolds, qui a noté qu’ils n’étaient pas divorcés. «Même s’il est« d’occasion », il s’agit toujours d’un cadeau spectaculaire, l’un des« livres d’heures »les plus richement décorés du moyen âge», a déclaré Reynolds. « Les modifications visent à personnaliser et à personnaliser le livre pour Isabella et à reconnaître également l’importante famille royale d’Écosse dont elle faisait partie, en ajoutant ses armoiries sur la décoration de la frontière d’origine. »

Le livre est maintenant présenté dans le cadre de l’exposition du musée Fitzwilliam « La touche humaine», qui se déroule du 18 mai au 1er août 2021. Reynolds est co-commissaire de l’exposition.

Publié à l’origine sur 45Secondes.fr.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂