dans

«  Le dilemme des réseaux sociaux  »: un bon documentaire Netflix sur les dangers d’Internet qui tombe parfois dans les pièges qu’il dénonce

`` Le dilemme des réseaux sociaux '': un bon documentaire Netflix sur les dangers d'Internet qui tombe parfois dans les pièges qu'il dénonce

Il n’y a jamais assez de documentaires qui mettent en garde contre les dangers d’Internet: pratiquement chaque saison, il y a un nouvel événement aux accents tragiques que l’utilisation abusive des réseaux sociaux aggrave ou déclenche directement. L’année 2020 est particulièrement tumultueuse en ce sens: des incendies comme la pandémie mondiale ou des pays aux situations sociales et politiques particulièrement tendues sont arrosés d’essence fausses nouvelles, la polarisation des opinions et le soupçon que nous sommes des cobayes de sociétés technologiques dont nous ne pouvons pas comprendre les véritables intentions.

Ce nouveau documentaire Netflix parle un peu de tout cela, picorant légèrement. Absolument toutes les voix qui y parlent le font à partir d’une connaissance approfondie du sujet: des psychologues experts en addiction, des essayistes experts en déconnexion numérique et, surtout, ex-employés de Google, Facebook, Twitter ou Instagram qui connaissent de première main le fonctionnement des mécaniciens de ces réseaux. Après tout, ils les ont créés.

Il est certainement impressionnant de voir une foule de génies de la technologie, certains créateurs d’ingrédients ayant un tel impact sur notre vie quotidienne comme le bouton « J’aime » ou la version originale d’Instagram, reconnaissez qu’ils ont mis leur grain de sable dans la création d’un monstre. Dans la dernière section du documentaire, l’un d’eux déclare n’avoir jamais cru que quelque chose qui était conçu pour véhiculer de la positivité et de bonnes vibrations, comme le bouton « J’aime » susmentionné, allait servir exactement le contraire: créer des accros à l’acceptation des autres , à utiliser comme arme de lancement et comme raccourci pour la division politique.

A lire :  "Godfall" ressemble enfin à un spectacle coloré dans la nouvelle bande-annonce

D’autres invités sont fascinants pour leur implication dans quelque chose d’ouvertement diabolique de par sa définition même: par exemple, des experts en «  growth hacking  », une discipline qu’ils définissent littéralement comme « le piratage de la psychologie des gens » pour obtenir plus d’interactions et que vous invitez plus d’utilisateurs. C’est-à-dire responsables d’une soif de croissance disproportionnée … mais ces ingénieurs semblent s’excuser et s’excuser sur la déconnexion numérique et mettre en garde contre les dangers de leur propre labyrinthique et des IA incontrôlables. Et leur position était juste un cran en dessous de « Lord of Evil »!

Un documentaire irrégulier mais nécessaire

Ensemble – les convaincus, les repentants et les éclairés – constituent le large spectre des personnes interrogées par le réalisateur du documentaire, Jeff Orlowski. Ce sont des gens comme Tim Kendall, ancien directeur de la monétisation chez Facebook; Jeff Seibert, ancien responsable des produits de consommation chez Twitter; Justin Rosenstein, co-inventeur des pages Facebook, et beaucoup plus. Le projet est né quand Orlowski a fait face à la réalité des négateurs du changement climatique. Pourquoi y en avait-il autant et pourquoi étaient-ils si convaincus?

Le documentaire tente d’y répondre en expliquant les mécanismes sophistiqués de persuasion des réseaux sociaux et pourquoi nous pensons que l’algorithme nous montre des choses qui nous intéressent, mais ce n’est pas tout à fait vrai. Au contraire, les plateformes nous manipulent pour que nous nous intéressions à ce qu’elles nous apprennent à travers des contenus connexes, ce qui nous polarise et nous fait croire aux vérités absolues et à la possibilité de relativisation.

A lire :  `` Parmi nous '', chutes de dopamine et dose de trahison

Le documentaire fait un excellent travail d’exposition. Des concepts abstraits ou faisant référence à des processus informatiques complexes sont effectivement ancrés grâce aux déclarations instructives des responsables des réseaux sociaux et d’autres professionnels impliqués latéralement dans la question des dommages qu’internet fait à la société. Le problème est que parfois le documentaire se réduit à faire ce qu’il dénonce.

Pour que tout ne parle pas de bustes en production, Orlowski tire une série d’épisodes fictifs dans lesquels on voit l’impact sur une famille de la mauvaise utilisation des réseaux sociaux. Parfois, c’est instructif: on comprend facilement, par exemple, comment même dans les moments où nous n’avons pas de mobile à portée de main, le système gère à travers notre réseau de contacts pour attirer l’attention. Le problème, c’est quand il décide de faire un pas de plus et de conduire les personnages sur une voie autodestructrice crédible et possible, mais qui ne contribue guère à donner de la crédibilité au message d’avertissement de «  Le dilemme des réseaux sociaux  », péchant d’une certaine simplicité .

La même chose se produit avec certaines pièces inspirées de ‘Inside Out’, le film Pixar, où l’on voit les processus des réseaux sociaux anthropomorphisés pour garder leurs utilisateurs accro. C’est mignon et l’intention est bonne, mais cela fait retomber le documentaire dans son propre piège: il prétend que les informations qui nous parviennent via Facebook sont simplistes et polarisées, et Orlowski utilise des dessins animés grotesques pour symboliser le pouvoir des médias sociaux. Ces caricatures sont sans aucun doute pédagogiques et sont là avec les meilleures intentions, mais un sujet aussi grave et menaçant appelle un traitement plus sobre.

A lire :  Les risques corona sont trop importants: NRW annule largement le carnaval

Le résultat est cependant intéressant, notamment en raison de la qualité des invités qui viennent raconter leur expérience avec les tripes de la bête. Bien que dans la dernière section, le documentaire se concentre sur des aspects moins intéressants que le tour de passe-passe psychologique qui fait de Facebook ou Instagram de tels engins infectieux, et qu’ils refusent avec insistance de désigner les coupables avec des noms et des prénoms, Cette production est une excellente première étape avant de plonger plus profondément dans le sujet.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Larcier Eds Les réseaux sociaux sur internet et le droit au respect de la vie privée - broché
    Ludovic Pailler (Auteur) - Paru le 31/05/2012 chez Larcier Eds
  • Internet marketing 2012 : mobile et réseaux sociaux, on ne pense qu'à ça ! - Julia Jouffroy - Livre
    Marketing & Publicité - Occasion - Très Bon Etat - EBG GF - 2011 - Grand Format - Société coopérative d\'insertion à but non lucratif.
  • Internet sans danger. Le guide du bon sens numérique - Virginie Serrière - Livre
    Internet - Occasion - Bon Etat - Version 1 livre offert/publicitaire - Bayard Culture - 2013 - Poche - Société coopérative d\'insertion à but non lucratif.

Votre abonnement EA Play actif deviendra Xbox Game Pass Ultimate

L’application Téléphone de Google bénéficie d’une fonction d’appels vérifiés qui expliquera aux utilisateurs pourquoi les entreprises appellent