in

Le créateur de Pinky and the Brain nous a raconté comment est née la chanson de la série Warner Bros

En 1995, le département animation de Warner Bros. Il pensait qu’il était temps de donner vie à deux des personnages de l’une de ses séries les plus populaires. Animaniacs, créé par Tom RuggerC’était devenu une production de studio populaire grâce à ses protagonistes irrévérencieux, mais deux souris avaient attiré l’attention de beaucoup. Pinky et le cerveau est devenue une spin-off qui a duré trois ans, jusqu’en 1998.

Dans une interview avec Divulgacher, Ruegger Il a expliqué comment ces personnages sont devenus. Bien qu’ils aient été inspirés par deux animateurs de Warner Bros., Tom Minton et Eddie Fitzgerald, le scénariste a précisé qu’une fois qu’ils ont pris vie, « Ils ne sonnaient plus comme eux ». En ce sens, il a noté : « Tom Minton ne parlait pas comme Orson Welles et Edie Fitzgerald Je n’avais pas d’accent britannique, ils ne sonnaient plus comme eux, mais ils avaient leur essence ”. De plus, il a reconnu qu’aucun d’eux n’avait de problème à être à l’origine des personnages. « Ils pensaient que c’était amusant et ça allait », il a compté.

L’origine de la chanson Pinky and the Brain

Ruegger Il a dit qu’il avait peu de mal à lui vendre l’idée de Pinky et le cerveau à Steven Spielberg. Le réalisateur acclamé était le producteur exécutif des dessins animés de Warner Bros. Petits toons et avait demandé À M pensez à un nouveau produit. Comme rappelé Ruegger, à Spielberg Cela l’a convaincu très simplement : «Ce sont ces deux souris qui veulent conquérir le monde, celle-ci est un génie, c’est un idiot, c’est la chanson et je l’ai chantée. C’est ainsi que je l’ai présenté Stéphane et il a dit : ‘Vendu' ».

Puis, il a dévoilé l’un des plus grands mystères de sa création : la naissance de la fameuse ouverture que pratiquement tout le monde sait chanter par cœur. « Je prendrais une chanson que nous connaissions tous et je réécrirais ses paroles, alors j’ai réécrit ‘Singing in the rain' »Ruegger a révélé. En dessous de ces lignes, vous pouvez voir À M chanter la version qui a inspiré le ouverture.

Où Pinky et le Cerveau ont-ils trouvé les idées pour conquérir le monde ?

L’un des points les plus importants de l’intrigue de Pinky et le cerveau étaient les plans qui ont donné lieu à chaque épisode, à travers lesquels Cerveau il a cherché à conquérir le monde. Ce qui peut ressembler à un méchant de n’importe quel film de James Bond, pour Ruegger avait un autre fond : « Ils sont fous. Je ne sais pas comment ces deux souris pensent que ces plans peuvent fonctionner. Mais ils ont de bonnes intentions. Cerveau ce n’est pas une souris horrible. Il voit les défauts du monde et pense qu’il peut y remédier, et que tout le monde se met sur son chemin. ».

L’origine de chacun des projets de ces rongeurs trouve sa genèse dans les deux premiers épisodes avec lesquels ils définissent le concept et ses personnages. À M Il a dit que lorsqu’il a vendu l’idée à Steven Spielberg n’a pas donné trop de détails, et cela leur a permis « Amusez-vous bien pendant que nous les développons ». Pierre Hastings elle a co-écrit les deux premiers chapitres avec lui mais s’est rapidement épuisée et a failli faire un pas de côté.

« Je me souviens que Pierre Hastings Il est venu pour le deuxième épisode et a dit: « Je pense que j’en ai marre. » Je lui ai demandé ce qu’il voulait dire et il a répondu : ‘Je ne sais pas quoi faire d’autre avec eux. Ma suggestion à l’époque était de penser à quelque chose de visuel, visuellement amusant « , il a affirmé Ruegger. Ainsi il a donné en exemple les costumes géants d’où sortaient les petites têtes de souris et a défini le mantra de la série : « Pensons à des choses visuellement amusantes et que cela nous conduise dans ces aventures ». Deuxieme acte, Hastings imaginé Cerveau comme un petit jockey sur un grand cheval et, selon À M, cette « Allumé » et m’a donné envie de continuer.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂