in

Le cas de l’employé qui a programmé des bugs périodiques dans son logiciel pour s’assurer qu’il avait toujours un travail

David A. Tinley était un employé de Siemens âgé de 62 ans en Pennsylvanie, aux États-Unis, qui, face à la vague croissante de projets d’automatisation, a un jour décidé de trouver comment avoir toujours un emploi. Allez, fouillé le moyen d’être indispensable et de ne pas perdre sa source de revenus avant l’arrivée éventuelle d’un nouveau logiciel qui ferait son travail.

Depuis 2000, Tinley était responsable de la programmation de logiciels basés sur des tableurs, où Siemens était en charge de la gestion des commandes d’équipements électriques. Le détail est que dans ces feuilles de calcul, il y avait code qui était responsable de montrer un échec de temps en temps. Il a échoué que lui, et lui seul, sache résoudre parce que c’était son logiciel.

Des fautes que lui et lui seul savait résoudre

Et c’est ainsi que cela fonctionne depuis 2002 environ, selon le procès. Jusqu’à ce que tout s’effondre en mai 2016, lorsque le logiciel s’est à nouveau écrasé et que Siemens a appelé Tinley, qui n’était pas en Pennsylvanie, alors la société a insisté pour que Tinley leur donne le mot de passe parce qu’ils avaient une commande urgente.

Tinley a fini par donner son mot de passe et Siemens a trouvé des «  bombes logiques  » dans des scripts de feuilles de calcul. Compte tenu de cela, Siemens a demandé à plusieurs personnes d’analyser le logiciel, entre programmeurs et avocats, pour découvrir ce qu’il y avait dans le logiciel de Tinley. Une tâche qui, selon Siemens, lui a coûté 42 000 € plus 5 000 autres en «dommages-intérêts».

Avec toutes ces preuves, Siemens a intenté une action en justice contre Tinley, qu’il a accusé de fraude, en résolvant des problèmes inexistants dans son logiciel et en le facturant, et en ajoutant du code à des feuilles de calcul complexes qui « il n’avait aucune valeur fonctionnelle, autre que de planter le programme au hasard ».

Siemens a prouvé tout ce qu’il payait à Tinley pendant ces années, tandis que Tinley vient juste de réinitialiser une montre et de facturer son temps, jusqu’à la prochaine fois que vous avez été rappelé lors du prochain échec.

Déjà devant le tribunal, Tinley a d’abord tout nié et s’est défendu en disant qu’il n’avait pas mis de «  bombes logiques  » dans le code pour inciter Siemens à le recruter à nouveau pour résoudre le problème, mais pour protéger votre code propriétaire. « Mes motivations étaient honorables. » Il a même osé dire que l’échec était dû aux mises à jour envoyées par Microsoft pour Excel.

Après quelques audiences, Tinley a admis le fait et a plaidé coupable de dommages intentionnels à un ordinateur Siemens protégé. Tinley encourt jusqu’à 10 ans de prison et une amende de 250 000 €. Sa sentence a finalement été prononcée, et Tinley a dû passer six mois en prison et payer une amende de 7500 dollars, environ 6 700 euros.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂