dans

L’Alan Kurdi se rend en France avant le blocus du débarquement de plus de 120 migrants

, 23 sept. () –

Le navire de sauvetage «  Alan Kurdi  », de l’ONG allemande Sea-Eye, a mis le cap sur la ville française de Marseille après qu’il n’a pas reçu l’autorisation de Malte ou de l’Italie de débarquer les migrants et les réfugiés qu’il transporte à bord. Samedi, il en a sauvé 133, dont huit ont été évacués par les garde-côtes italiens.

L’organisation a assuré dans un communiqué que ces derniers jours, les différents pays ont repris leurs responsabilités. A cet égard, il a assuré que mardi ils ont contacté les centres de coordination de sauvetage maritime de l’Italie, de Malte, de l’Allemagne et de la France sans recevoir de réponse.

Le chef de Sea-Eye, Gorden Isler, a critiqué le manque de collaboration, qui a finalement conduit le «  Alan Kurdi  » à mettre le cap sur Marseille, le port où le navire prévoyait d’accoster prochainement pour changer d’équipage et préparer sa prochaine mission. .

Isler a souligné qu ‘«il y a des vies en jeu». « Sans aucun doute, le port d’escale peut aussi être un lieu sûr. L’inaction des autorités italiennes et allemandes nous a obligés à franchir cette étape », a-t-il ajouté, malgré le risque lié à la navigation vers un point plus éloigné que prévu.

Le responsable de l’ONG a également affirmé que ‘Alan Kurdi’ ne pouvait pas être pris dans une « situation incontrôlable » s’il accostait en Italie, avertissant qu’ils ne voulaient pas « un autre blocus » comme celui que d’autres navires d’organisations internationales ont récemment subi. ils opèrent en Méditerranée centrale.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂