in

La puissante Victoria, une aventure cinéphile de pur divertissement

pas de spoilers

Un pur film mexicain de divertissement qui raconte l’histoire d’un train très spécial arrive au cinéma.

Luis Felipe Tovar fait partie de la distribution d'El podero Victoria (Photo : Cinépolis Dist)Luis Felipe Tovar fait partie de la distribution d’El podero Victoria (Photo : Cinépolis Dist)

Sortir de la salle en voulant parler du film que vous venez de voir est un acte conforme à l’expérience cinématographique. Aussi il est valable de quitter la chambre noire en silence pendant que les pensées, les réflexions et les sentiments sont accueillis tiré de ce qui a été vu. Dans n’importe lequel de ces scénarios, il convient La puissante Victoria, film réalisé, écrit et produit par Raúl Ramón.

C’est un travail qui remonte à l’action de s’asseoir devant la télévision un dimanche matin pour voir quelques-uns des premiers titres que la fonction de permanence volontaire de Channel 5 a diffusés.Ceci n’est pas un commentaire désobligeant. En fait, tout le contraire. S’il y a une chose pour laquelle nous devrions remercier ces séances du dimanche matin, c’est leur contribution à nous former en tant que cinéphiles. Et cela se ressent avec ce film mexicain, c’est-à-dire qu’il respire la créativité et la fabrication d’un cinéphile derrière lui.

la grande victoire est un film d’époque qui se déroule en 1936. C’est une histoire d’aventure dont l’intrigue est centrée sur l’annulation de la voie ferrée qui relie la ville de La Esperanza à la civilisation. Les habitants n’ont pas l’intention de rester les bras croisés face à la situation et entendent créer leur propre train à vapeur. Évidemment, il ne sera pas si facile de mettre votre plan en pratique car il y a des situations et des méchants qui gênent.

D’une qualité visuelle extraordinaire, le film n’a qu’un objectif : faire passer un bon moment au spectateur. Cherchez pas plus loin. Il n’en a pas besoin non plus. Il a un esprit de divertissement pur mais un excellent savoir-faire. En ce sens, une admiration particulière du réalisateur et scénariste Raúl Ramón pour des cinéastes tels que Steven Spielberg et Richard Donner, deux cinéastes qui ont su divertir les générations d’enfants, d’adolescents et d’adultes de différentes décennies avec des titres catalogués et vilipendés même comme « commerciaux ». le cinéma » est sniffé ». Cependant, une telle étiquette est vraiment inutile, surtout lorsque vous filmez en tant que Requin (1975), ET l’extraterrestre (1982), les goonies (1985), Le sort d’Aquila (1985) et Arme mortelle (1987) ont initié des milliers de personnes au goût d’approcher le cinéma et de vouloir voir plus de films de toutes sortes. Inutile de dire si l’on ajoute à cela qu’ils ont contribué à faire oublier la réalité pendant deux heures pour se laisser emporter par des fictions agréables à l’écran.

Cette touche d’approche de l’expérience de fantasmer et de divertir, et pas tant pour la nostalgie elle-même, est l’une des grandes qualités de La puissante Victoria, sinon le plus important. Raúl Ramón ne veut pas imposer un discours, ni motiver vers une réflexion. Il offre simplement la possibilité de s’asseoir pour manger du pop-corn, de se détendre avec l’histoire racontée et de revenir à la routine quotidienne avec une âme plus détendue.

Il y a une séquence dans laquelle une explosion transcendante est racontée. Si l’on s’en tient au « cinéma commercial » d’aujourd’hui, compte tenu de la valeur de production du film, n’importe quel réalisateur aurait eu recours à plus de 10 caméras pour capturer différents plans d’une explosion qui met en évidence et confirme que quelque chose brûle et vole en mille pièces. Mais Raúl Ramón évite cela pour opter pour la simplicité qu’offre le langage cinématographique à travers le montage.

Cette simplicité est une caractéristique de plus pour apprécier ce contenu. Des détails qui redirigent le spectateur vers L’humour de Buster Keaton le canalisant dans Don Edgar (Edgar Vivar) à l’examen d’objets pertinents tels qu’un crayon ou un télégraphe, tout comme Donner l’a fait avec des articles dans Mon jouet préféré (1982), ce qui est simple parle plus que ce qui est perçu.

Loin des comédies romantiques qui arrivent à l’affiche avec la prétention de divertir mais dont les récits traitent le public d’idiot, la grande victoire fait irruption dans l’offre de titres de divertissement dans le plus grand respect de ceux qui paient un billet, peut-être parce que le réalisateur comprend que celui qui est assis à un siège est un vrai cinéphile, ou est sur le point de le devenir.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂