dans

La curieuse histoire du premier ransomware au monde, de son inventeur et de la victime qui a réussi à l’échapper

Eddy Willems, employé d’une compagnie d’assurance en Belgique, est l’une des premières victimes de ransomware dans l’histoire de l’informatique. En 1989 son patron lui a demandé de vérifier ce qu’il y avait sur une disquette qu’il avait reçue de l’OMS. Une enquête médicale sur le sida était attendue, il est tombé sur un hack lui demandant 189 €.


Quand Eddy Williems a inséré la disquette dans son ordinateur, ce n’était pas la recherche médicale d’une récente conférence qui a été chargée, mais plutôt ce qu’on appelle le premier ransomware au monde. Il y a trois décennies le ransomware était beaucoup plus simple et naïf qu’il ne l’est aujourd’hui.

189 dollars vers Panama

Voici ce que l’acteur du ransomware demandait aux victimes comme rançon : 189 € à envoyer à une adresse au Panama. Eddy Willems est tombé sur ce message en chargeant la disquette dans son ordinateur, qui avait été verrouillé. Cependant, il dit qu’il n’a pas payé la rançon ni perdu les données car il était relativement facile de renverser la situation.

Mais Eddy Willems n’était pas la seule victime. Environ 20 000 disquettes ont été expédiées par courrier (mail !) dans le monde entier. Tous sont allés avec ce qui est devenu plus tard connu sous le nom de cheval de Troie du SIDA. L’incident a causé pas mal de dégâts pour être une nouveauté totale, même s’il était relativement facile de l’éviter.

Les forces de l’ordre ont commencé à rechercher d’où venait cette attaque pour déterminer qui était derrière elle. Finalement ils sont même allés voir un biologiste de l’évolution à Harvard. Il s’appelait Joseph Popp et il était l’un de ceux impliqués dans la recherche sur le SIDA à l’époque. À ce jour, on ignore encore pourquoi il a décidé de le faire.

s

Il a été arrêté et inculpé de plusieurs chefs d’accusation, de même, est crédité d’être l’inventeur du ransomware. Joseph Popp a déclaré aux autorités qu’il avait créé le ransomware dans le but de donner de l’argent pour la recherche sur le sida. Vrai ou non, c’est quelque chose que nous ne saurons jamais, il est décédé en 2007.

Aujourd’hui, les attaques de ransomware sont bien pires. Ils sont envoyés sur Internet et en vrac. De plus, les rançons sont souvent demandées dans les crypto-monnaies, ce qui rend beaucoup plus difficile la traque des attaquants. Et, bien sûr, de vrais pirates et experts en sécurité sont derrière tout cela, pas des biologistes qui attaquent seuls.

Via | Vice
Plus d’informations | Bulletin de virus

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂