dans

La Cour constitutionnelle rejette la candidature du principal leader de l’opposition du Niger, Hama Amadou

La Cour Constitutionnelle Rejette La Candidature Du Principal Leader De

, 14 novembre () –

La Cour constitutionnelle du Niger a rejeté la candidature du principal candidat de l’opposition du pays, Hama Amadou, aux élections présidentielles du mois prochain en raison de son casier judiciaire dans une affaire controversée de traite des êtres humains, selon la décision rendue ce samedi. par Radio France International.

Amadou a été condamné par contumace à un an de prison en mars 2017 pour traite d’êtres humains. Lui et son épouse ont nié à plusieurs reprises les accusations du gouvernement, qui garantit que tous deux faisaient partie d’un réseau de traite de mineurs.

Le code électoral du pays stipule qu’aucune personne condamnée à un an ou plus de prison ne peut être candidate.

L’opposant, revenu fin 2019 après trois ans d’exil, avait demandé que cette condamnation, dont il a fait appel, soit retirée de son casier judiciaire. Cependant, cette semaine, le président de la cour d’appel de Niamey lui a adressé une lettre l’informant que ce n’est pas possible et que la condamnation est “définitive”.

Son avocat, Daouda Samna, avait défendu dans des déclarations à la radio RFI que cette lettre n’est pas de nature légale puisqu’il n’appartient pas au président du tribunal de “accepter ou rejeter” la demande d’Amadou. L’avocat a expliqué que la législation exige que le président du tribunal “communique l’appel au parquet, au ministère public et nomme un rapporteur”.

UNE TRENTE CANDIDATURES VALIDES

La Cour constitutionnelle nigériane a validé un total de 30 des 41 candidatures pour le premier tour de l’élection présidentielle du 27 décembre.

Parmi ceux validés, selon la liste à laquelle Radio France International a eu accès, se détache celui de Mohamed Bazoum, considéré comme le “ dauphin ” du président du Niger, Mahamadou Issofou, qui a également fait face à des problèmes juridiques après un groupe d’opposants. Ils ont déposé une plainte auprès du tribunal de grande instance de Diffa (est) pour contester la légalité du certificat de nationalité de Bazoum.

A lire :  Condamné à 28 ans de prison pour avoir agressé un policier devant Notre-Dame en 2017

Selon les requérants, le certificat de nationalité de l’ancien ministre de l’Intérieur et des Affaires étrangères, indiquant qu’il est né à Bilabrine, dans la région de Diffa, a été obtenu frauduleusement, puisqu’il a été obtenu le lendemain de son acte de naissance. .

En ce sens, ils ont demandé au tribunal de vérifier ce fait et donc d’annuler le certificat de nationalité. Selon le média ActuNiger, une audience est prévue le 19 novembre.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

Shenzhen, le port d'attache de Huawei

qui serait derrière le prétendu achat d’Honneur

Vous Rappelez Vous Cela? Peugeot 405 T16, L'homologation Spéciale (apparemment)

Vous rappelez-vous cela? Peugeot 405 T16, l’homologation spéciale (apparemment)