in

La Corée du Sud interdit les monopoles d’Apple et de Google et interdit aux géants de la technologie de forcer les développeurs d’applications à utiliser ses systèmes de paiement

Les députés sud-coréens ont adopté mardi une loi interdisant à Apple et à Google d’obliger les développeurs d’applications à utiliser les systèmes de paiement des géants de la technologie, déclarant ainsi illégaux leurs monopoles lucratifs sur l’App Store et le Play Store.

Le projet de loi a été approuvé par 180 voix contre zéro à l’Assemblée nationale, faisant de la Corée du Sud la première grande économie à adopter une législation sur la question, ce qui pourrait créer un précédent pour d’autres juridictions dans le monde.

Aux États-Unis, trois sénateurs ont présenté ce mois-ci un projet de loi visant à desserrer l’emprise des entreprises technologiques sur leurs magasins, tandis qu’en Europe, les législateurs débattent d’une législation qui pourrait obliger Apple à proposer des alternatives à l’App Store.

La mesure sud-coréenne intervient alors qu’Apple et Google font face à des critiques mondiales pour avoir facturé jusqu’à 30% de commission sur les ventes d’applications et exigé que leurs propres systèmes de paiement soient utilisés pour collecter une part des transactions.

La loi coréenne – surnommée localement la « loi anti-Google » – offrira aux utilisateurs un choix de fournisseurs de paiement d’applications, leur permettant de contourner les frais fixés par le propriétaire du magasin.

« Cette loi créera certainement un précédent pour d’autres pays, ainsi que pour les développeurs d’applications et les créateurs de contenu du monde entier », a déclaré à l’AFP Kang Ki-hwan de la Korea Mobile Internet Business Association.

Il devrait entrer en vigueur en septembre, selon des informations.

Plus tard cette année, Google prévoit d’imposer à l’échelle mondiale l’obligation pour les développeurs d’utiliser son système de paiement – avec sa commission de 30% au-dessus d’un certain seuil – pour les achats intégrés.

En Corée du Sud, il prévoit également de facturer des commissions sur tous les paiements de contenu à partir d’octobre, mettant fin à une exemption où les commissions n’étaient payables que pour les jeux en ligne.

Rémunération équitable

Cette annonce a suscité une réaction de colère des artistes et créateurs sud-coréens, des écrivains de fiction Web et des artistes de webtoons accusant Google d' »abus de pouvoir » et faisant campagne avec acharnement pour la nouvelle loi.

« Sans cette loi, notre environnement de travail – où les créateurs sont assurés d’être pleinement récompensés pour leurs efforts – aurait été détruit », a déclaré à l’AFP Seo Bum-gang, un artiste webtoon qui dirige la Korea Webtoon Industry Association.

« Nous avons besoin de cette loi pour protéger la diversité de notre industrie, où les artistes et créateurs de tous horizons économiques peuvent partager leur contenu sans avoir à se soucier des frais de commission.

Apple et Google ont maintenu que les commissions facturées sont standard dans l’industrie et une compensation équitable pour la création de marchés sûrs où les développeurs peuvent atteindre les gens du monde entier.

Avant le débat, Apple a déclaré à l’AFP que cela exposerait les acheteurs numériques à un risque de fraude, saperait la protection de leur vie privée et rendrait le contrôle parental moins efficace.

« Nous pensons que la confiance des utilisateurs dans les achats de l’App Store diminuera à la suite de cette proposition, ce qui entraînera moins d’opportunités pour les plus de 482 000 développeurs enregistrés en Corée qui ont gagné plus de 8 550 milliards de won à ce jour avec Apple », a-t-il déclaré dans un communiqué. .

Google Korea n’a pas répondu aux demandes de commentaires de l’AFP.

Les deux géants de la technologie dominent le marché des applications en ligne en Corée du Sud, la 12e économie mondiale connue pour ses prouesses technologiques.

Le Play Store de Google a réalisé un chiffre d’affaires de près de 6 000 milliards de won (5,2 milliards de dollars) en 2019, soit 63% du total du pays, selon les données du ministère des Sciences de Séoul.

L’App Store d’Apple détenait une part de 24,4% des ventes totales des magasins d’applications dans le pays la même année.

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂