in

La CIJ statue contre la Guinée équatoriale et la France ne sera pas obligée de restituer le manoir saisi à «  Teodorín  »

, 11 déc. () –

La Cour internationale de Justice (CIJ) a déterminé ce vendredi que la France n’est pas obligée de restituer à la Guinée équatoriale le manoir saisi à ‘Teodorín’ Nguema Obiang, fils du président équato-guinéen, Teodoro Obiang, comme le pays africain l’avait prévu.

Au début du processus, les représentants de Malabo ont fait valoir devant la CIJ que les autorités françaises avaient violé l’immunité diplomatique et la souveraineté de la Guinée équatoriale en saisissant la maison, située avenue Foch dans la capitale, Paris.

Dans sa décision, la CIJ explique que la France «n’a pas manqué» à ses obligations au titre de la Convention de Vienne et que le manoir en question n’a jamais acquis le statut de «local» pour la mission de Guinée équatoriale en France. Par conséquent, il a rejeté tous les arguments avancés par Malabo.

La maison fait partie de l’ensemble des biens saisis au fils de Teodoro Obiang lors d’une enquête lancée en 2012 pour blanchiment d’argent et détournement de fonds, qui a déjà conduit à une condamnation contre ‘Teodorín’, vice-président du pays africain.

Les autorités françaises soupçonnent que le manoir – évalué en 2012 à 107 millions d’euros – et d’autres biens saisis au fils d’Obiang, dont une collection de 7,5 millions d’euros de voitures de luxe, sont de provenance irrégulière.

Selon les données américaines citées dans la procédure judiciaire française, ‘Teodorín’, sur lequel pèse une peine de trois ans de prison exempte de respect – sauf en cas de récidive – en France, a un salaire d’environ 80000 euros par an.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂