dans

La Chine signale le premier cas humain connu de grippe aviaire H10N3

Un homme en Chine a attrapé le premier cas de grippe aviaire H10N3 jamais signalé chez un humain, Annonce de la Commission nationale chinoise de la santé (NHC) Mardi (1er juin).

La souche H10N3 des oiseaux grippe provoque normalement une maladie bénigne chez les oiseaux et, jusqu’à présent, aucun cas d’infection virale n’a été signalé chez l’homme, selon une déclaration sur le site NHC, tel que traduit par .. Mais le 23 avril, un homme de 41 ans de la ville de Zhenjiang a développé une fièvre qui a progressé au cours des jours suivants, et le 28 avril, il s’est rendu dans un hôpital local pour se faire soigner.

(Bien que H10N3 ne provoque une maladie bénigne que chez ses hôtes naturels, cela peut ne pas être vrai lorsque la souche atteint les humains.)

Le 28 mai, le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CCDC) a effectué une analyse génétique sur des échantillons de l’homme infecté et a déterminé qu’il était infecté par le H10N3, selon le communiqué. Le CCDC a ensuite surveillé la province environnante du Jiangsu à la recherche de cas supplémentaires d’infection et a spécifiquement recherché les contacts étroits de l’homme, mais ils n’ont découvert aucun cas supplémentaire. L’homme est maintenant dans un état stable et prêt à quitter l’hôpital, note le communiqué.

En rapport: 11 maladies (parfois) mortelles qui ont sauté à travers les espèces

Les scientifiques devront examiner en profondeur le matériel génétique de la souche qui a infecté l’homme pour voir en quoi il diffère des échantillons H10N3 prélevés dans le passé, Filip Claes, coordinateur régional du laboratoire du Centre d’urgence des Nations Unies pour les maladies animales transfrontières au Bureau régional pour l’Asie et le Pacifique, qui fait partie de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, a déclaré à ..

En général, le H10N3 n’apparaît pas très souvent chez ses hôtes naturels, les oiseaux, a noté Claes. De la fin des années 1970 à 2018, les scientifiques ont isolé environ 160 échantillons de la souche virale d’animaux infectés, principalement d’oiseaux sauvages et d’oiseaux aquatiques, et la souche n’a pas été détectée chez les poulets, a-t-il déclaré.

Le CCDC n’a pas précisé comment ni quand l’homme infecté avait pu attraper le virus d’un oiseau, a noté .. Mais sur la base des évaluations du CCDC jusqu’à présent, il y a peu de risque que le virus se propage à grande échelle, a déclaré l’agence. Lorsque les virus de la grippe aviaire passent des oiseaux aux humains, ils ne se propagent généralement pas entre les humains et, lorsqu’ils le font, leur transmission est généralement «limitée, inefficace et non soutenue». selon les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis.

Cependant, dans de rares cas, la grippe aviaire peut en effet déclencher des épidémies majeures chez les personnes, de sorte que la surveillance des nouveaux cas d’infection reste très importante pour la santé publique, selon le CDC. Par exemple, la dernière grippe aviaire à avoir provoqué des flambées importantes chez les humains a été le H7N9, qui a tué plus de 300 personnes en 2016 et 2017, Magazine scientifique a rapporté. Cette souche de virus a un taux de létalité d’environ 40%, selon un numéro de 2016 du journal CDC Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité.

Et en 1957, le virus de la grippe aviaire H2N2 a échangé des gènes avec des virus de la grippe humaine et a déclenché une pandémie à part entière, Gizmodo a rapporté. Les preuves suggèrent que la souche de grippe qui a causé la pandémie de 1918, H1N1, provenait également d’oiseaux, réfutant certaines études plus anciennes qui suggéraient qu’elle provenait d’un mélange de virus humains et porcins, Nature rapportée en 2014.

Plus tôt cette année, les autorités russes ont signalé les premiers cas connus d’un virus de la grippe aviaire appelé H5N8 passant de la volaille à l’homme, 45Secondes.fr précédemment rapporté. Sept travailleurs d’une usine de volaille ont attrapé cette souche, mais il n’y avait aucune preuve de transmission interhumaine, ce qui signifie que le virus s’est propagé directement des oiseaux aux travailleurs et ne s’est pas propagé des travailleurs à d’autres humains.

Publié à l’origine sur 45Secondes.fr.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂