in

La Chine aura bientôt le monopole des stations spatiales alors qu’elle commence la construction de Tiangong

La Chine a lancé Tianhe-1, le premier et principal module d’une station spatiale permanente en orbite appelée Tiangong (Heavenly Palace 天 宫), le 29 avril. Deux modules scientifiques supplémentaires (Wentian et Mengtian) suivront en 2022 dans une série de missions qui complèteront la station et lui permettront de démarrer ses opérations. Bien que la station ne soit pas la première de Chine, le pays a déjà lancé deux – la conception modulaire est nouvelle. Il reproduit la Station spatiale internationale (ISS), à partir de laquelle La Chine a été exclue.

Il y a de nombreuses raisons pour la Chine pour investir dans ce projet coûteux et exigeant sur le plan technologique. La première consiste à mener des recherches scientifiques et à faire des découvertes médicales, environnementales et technologiques. Mais il y a aussi d’autres motivations possibles, telles que gains commerciaux et prestige.

Cela dit, Tiangong ne vise pas à concurrencer avec l’ISS. La station chinoise sera plus petite et de conception et de taille similaires à l’ancienne Mir soviétique station spatiale, ce qui signifie qu’elle aura une capacité limitée pour les astronautes (trois contre six sur l’ISS).

Après tout, il n’a pas autant d’argent derrière lui que l’ISS et il n’y a pas autant de pays impliqués. Si quelque chose peut s’appeler l’ONU dans l’espace, c’est bien l’ISS, qui a pour collaborateurs d’anciens ennemis de la guerre froide (États-Unis et Russie) et de vieux amis (Japon, Canada et Europe). Au cours de ses deux décennies et compte tenu du service, le seul avant-poste humain permanent dans l’espace a accueilli environ 250 astronautes de 19 pays différents, effectuant des centaines de sorties dans l’espace et des milliers d’expériences scientifiques.

Mais l’ISS arrive à sa fin naturelle. Il est prévu d’être mis hors service après 2024 pour laisser place à til porte lunaire, un petit avant-poste en orbite autour de la Lune. Il s’agit d’une initiative internationale faisant partie de la Programme Artemis dirigé par les États-Unis cela voit encore une fois la Chine exclue.

Vers un monopole chinois?

Jusqu’à ce que la passerelle soit lancée, cependant, Tiangong – qui sera placée en orbite terrestre inférieure et aura une durée de vie prévue de 15 ans – restera probablement la seule station spatiale en état de fonctionner. Certains s’inquiètent, cela en fait un menace de sécurité, en faisant valoir son sles modules de science peuvent être facilement convertis à des fins militaires, comme l’espionnage de pays. Mais il ne doit pas en être ainsi et, si les choses se passent comme prévu, ce ne sera pas le cas.

La Chine peut profiter de cette opportunité pour regagner la confiance et attirer la collaboration internationale. Cela peut être particulièrement important compte tenu des critiques de la Nasa à la suite de la récente fusée incontrôlable qui a plongé dans l’océan Indien. Il y a des signes que le pays essaie d’être plus ouvert, ayant déjà déclaré la volonté de Tiangong être ouvert pour accueillir des équipages et des projets scientifiques non chinois. Les astronautes de l’agence spatiale européenne, Esa, ont en effet commencé la formation avec des «taïkonautes» chinois et des projets internationaux ont été inclus dans le premier lot approuvé d’expériences sélectionnées de la station.

Tiangong pourrait ne pas rester seul longtemps non plus. Soutenu par la NASA, des entreprises privées ont commencé à concevoir leurs propres modules orbitaux, de Bigelow Aerospace habitat gonflable B330 au laboratoire commercial et aux infrastructures résidentielles construit par Axiom. Même Origine bleue a manifesté son intérêt pour la construction d’une station spatiale. Les Russes semblent également aimer l’idée – ils ont déjà des plans pour un hôtel spatial de luxe.

De plus, la durée de vie déjà étendue de l’ISS peut être encore prolongée, bien qu’il y ait de nombreux problèmes entourant son date de fin.

La porte lunaire

Cependant, Tiangong ne sera peut-être pas seul longtemps, car la passerelle lunaire sera finalement lancée. Dans sa conception de base, la passerelle lunaire servira de laboratoire scientifique et de module d’habitation à court terme. Il servira ensuite de plaque tournante, permettant aux vaisseaux spatiaux et aux rovers de se réapprovisionner lors de leurs multiples voyages sur la Lune. Le premier lancement est prévu dès mai 2024 avec La fusée Falcon Heavy de SpaceX, en prenant les modules essentiels. Il devrait être opérationnel quelques années plus tard.

La passerelle lunaire.  Crédit d'image: NASA

La passerelle lunaire. Crédit d’image: NASA

Par rapport à l’ISS, la passerelle sera plus petite et plus agile. Parmi les membres originaux de l’ISS, seuls quatre (États-Unis, Europe, Japon et Canada) font partie de la passerelle.

Pour l’instant, la Russie n’a pas adhéré, en raison de les controverses entourant le programme Artemis, que de nombreux pays jugent trop centré sur les États-Unis.

C’est une autre opportunité pour la Chine. Il a déjà commencé à collaborer avec d’autres pays sur des projets spatiaux récents. Plus est à venir. En mars 2021, il a signé un accordt avec l’agence spatiale russe Roscosmos pour construire une installation de recherche conjointe russo-chinoise sur la Lune. Ayant perdu son monopole des vols habités vers l’ISS en raison du lancement réussi de SpaceX en 2020, la Russie semble soucieux de garder ses options ouvert pour ce qui concerne les projets lunaires.

En fin de compte, l’espace est à la fois difficile et coûteux. Si c’est un moyen pour de nombreux pays de montrer leur position dominante, la coopération s’est déjà avérée plus efficace que les efforts isolés: au contraire, l’ISS en est la meilleure preuve. Nous savons que l’exploration spatiale peut aussi désamorcer les tensions sur le terrain, comme il l’a fait pendant la guerre froide.

Le fait que la Chine joue un rôle de premier plan dans la nouvelle course à l’espace pourrait avoir un effet tout aussi positif – surtout si le pays fait preuve de bonne volonté en aidant à résoudre un problème de sécurité croissant en orbite terrestre basse: comment se débarrasser des déchets spatiaux.La conversation

Steffi Paladini, lecteur en économie et sécurité mondiale, Birmingham City University

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lisez l’article original.

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂