dans

Kingdoms of Amalur: Re-Reckoning Review (PS4)

Comme les lecteurs réguliers de Push Square le savent peut-être déjà, nous avons décidé de suspendre notre examen de Kingdoms of Amalur: Re-Reckoning lorsque l’embargo a été levé. C’était grâce à un bug révolutionnaire que nous avons rencontré sur trois sauvegardes de personnages distinctes, ce qui nous a empêché de voir la plupart de ce que le remaster a à offrir. Heureusement, ce bogue a été corrigé avec la dernière mise à jour du jeu (au moment de la rédaction, en tout cas), et nous avons donc enfin l’impression que nous pouvons donner à Re-Reckoning un examen complet.

Commençons par le haut: Kingdoms of Amalur était l’un de nos jeux de rôle d’action préférés de la génération précédente. Il avait certainement ses défauts, mais c’était vraiment amusant de jouer. Toute l’expérience a été étayée par un système de combat lisse et satisfaisant – et la bonne nouvelle est que ce système tient toujours le coup aujourd’hui.

Effectuer des combos avec diverses armes, déclencher de puissantes attaques magiques et réaliser des parades parfaites – c’est ce que Kingdoms of Amalur propose. Nous sommes près d’une décennie plus tard, mais ce système de combat est toujours l’un des meilleurs que le genre a à offrir. C’est lourd, percutant et vraiment gratifiant une fois que vous maîtrisez les fondamentaux.

Donc, claquer des monstres est toujours une joie, mais on ne peut pas en dire autant du reste de cette aventure de haute fantaisie. En termes de narration, de structure et de présentation, Kingdoms of Amalur n’a pas particulièrement bien vieilli. Même avec ses retouches graphiques sur PS4, Re-Reckoning est difficile sur les bords. Les modèles de personnages sont carrément laids, l’interface utilisateur est sérieusement maladroite et une grande partie du doublage est décidément douteuse.

A lire :  "Call of Duty: Cold War Black Ops" révélé: Toutes les informations sur le jeu

Pourtant, il y a un certain charme à Amalur malgré sa grosseur. Son monde semi-ouvert, avec ses forêts pittoresques, ses plaines vallonnées et ses marécages inquiétants, est amusant à explorer. On a l’impression qu’un secret ou deux se cachent sur chaque chemin envahi, et les quêtes vous mènent souvent vers de nouveaux domaines frais et passionnants. C’est un gros jeu, et ne suivre que l’histoire principale signifie que vous manquez certaines des attractions les plus intrigantes d’Amalur.

En parlant de l’histoire principale, il y a toujours eu des concepts sympas à la base. Votre personnage personnalisé n’est pas lié par le destin dans un monde où tout est prédéterminé et prédit. Vous et vous seul avez la capacité de modifier le destin et, en tant que tel, vos actions envoient des ondes de choc à travers l’histoire. Inutile de dire que votre héros a un rôle à jouer dans la guerre en cours qui engloutit le monde – une bataille que les mortels ne peuvent gagner sans votre aide.

C’est une intrigue intéressante sur papier, mais elle est surtout racontée à travers un dialogue morne de personnages secondaires dont vous ne vous souciez pas vraiment. De même, les quêtes secondaires sont souvent assez ennuyeuses. Tuer un monstre spécifique, collecter un certain nombre d’objets – vous connaissez l’exercice. Il y a beaucoup de travail à accomplir si vous le cherchez, mais encore une fois, c’est la promesse de plus de combat qui vous tient accro.

La progression du personnage est également un facteur. Développer votre héros sans fatalité est passionnant, car vous mélangez et associez les capacités de trois arbres de compétences différents: Puissance, Finesse et Sorcellerie. Vous pouvez dépenser tous vos points de compétence pour maximiser un seul arbre, ou vous pouvez essayer un peu de tout. En fonction de vos choix, votre style de jeu peut changer radicalement lorsque vous commencez à privilégier des types d’armes spécifiques et des synergies de compétences. Il y a tellement de place pour l’expérimentation ici, et c’est un autre domaine dans lequel Amalur excelle toujours.

A lire :  C'est ce que la PS5 et la Xbox Series X occuperont dans votre salon lorsque vous les placerez à côté de votre téléviseur

Cependant, en tant que remaster, Re-Reckoning peut être très aléatoire. Cela ajoute des éléments bienvenus, comme des options de distance de la caméra et un réglage de difficulté très difficile, mais visuellement, ce n’est pas une énorme amélioration. Mis à part une augmentation évidente de la résolution, peu de choses ont changé, et le remaster a même réussi à introduire un certain nombre de problèmes graphiques qui n’étaient pas présents dans la version originale.

Heureusement, si vous pouvez regarder au-delà des graphiques, Re-Reckoning apporte des changements indispensables aux systèmes sous-jacents du jeu. La plupart de ces modifications ne signifieront rien à moins que vous ne soyez déjà familier avec Amalur, mais elles font une énorme différence dans la façon dont tout cela fonctionne. Par exemple, les zones ne sont plus verrouillées au niveau de votre personnage à l’entrée. Au lieu de cela, ils évoluent avec vous tout au long du jeu, ce qui se traduit par une expérience beaucoup plus cohérente, à la fois en termes de difficulté de l’ennemi et de butin. De plus, le butin aléatoire est désormais adapté au type de personnage que vous jouez.

Conclusion

Re-Reckoning n’est pas un excellent remaster, mais on ne peut nier que Kingdoms of Amalur est toujours très amusant à jouer. Son combat basé sur l’action a résisté à l’épreuve du temps et l’exploration de son monde souvent fantaisiste est agréable. Si vous pouvez regarder au-delà de la présentation maladroite et des bugs assez fréquents, vous trouverez une vaste aventure de haute fantaisie.

A lire :  Mettre à jour les paramètres de l'identifiant Apple: vous pouvez le faire si vous rencontrez des problèmes

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • activision Call of Duty : Black Ops Cold War - PS4 -
    L’emblématique série Black Ops est de retour avec Call of Duty® : Black Ops Cold War, la suite directe du Call of Duty® original et bien-aimé : Black Ops.Campaign : Black Ops Cold War lance les fans dans le combat le plus chaud du conflit géopolitique pendant la Guerre Froide au début des années 1980. Tout
  • activision Call of Duty : Modern Warfare - PS4 -
    Préparez-vous au retour de Modern Warfare® Kruip dans la peau d’opérateurs Tier One mortels dans une histoire qui glace le sang et infléchira les rapports de force internationaux. Jamais il n’y a eu autant de choses en jeu ! Infinity Ward, le studio avec lequel tout a commencé, se trouve dans Call of Duty :
  • SQUARE ENIX Trials Of Mana PS4 Game
    Trials Of Mana PS4 Game