in

Kate Review: Mary Elizabeth Winstead devient sauvage dans un thriller d’action décevant

Mary Elizabeth Winstead fait apparaître des crânes de Yakuza comme du papier bulle dans un thriller bourré d’action mais décevant. Kate a un assassin d’élite qui laboure les méchants du crime organisé à Tokyo. Elle a été empoisonnée de manière irréversible, a vingt-quatre heures à vivre et veut se venger sérieusement dans ses moments de déclin. Les lames, le sang et les balles volent presque sans arrêt tout au long du film. Les accros à l’action pure auront certainement une solution. Des personnages de soutien par cœur et une intrigue d’une évidence flagrante prennent la chaleur de la puissance de feu. Franchement, j’en ai aussi marre de la bande originale pop rock japonaise. Cela colle au récit, mais devient lassant si vous n’êtes pas fan du genre.

Kate (Mary Elizabeth Winstead), et son mentor, Varrick (Woody Harrelson) alias « V », se sont mis en place pour tirer sur une cible de grande valeur à Osaka. Quand arrive le moment de tirer, un changement de circonstance donne Kate une légère pause. Son entraînement prend le relais et elle achève la tâche. Six mois plus tard à Tokyo, Kate est toujours hanté par ses actions. Elle dit à V que le travail a perdu de son éclat. Kate prévoit de prendre sa retraite après sa prochaine mission critique.

Le coup ne se passe pas comme prévu. Kate devient désorienté. Nausée et tremblante, elle s’en sort de justesse. Kate se réveille dans un hôpital avec une nouvelle tragique. Elle a été mortellement empoisonnée. Les médecins lui donnent au mieux une journée. Kate ne prend pas son diagnostic couché. Forte de stimulants, elle sillonne la pègre japonaise pour retrouver son tueur. Elle est stupéfaite de découvrir l’adolescente Ani (Miku Martineau) de ce jour fatidique, mêlée à un complot insidieux.

Nous avons vu d’innombrables films de l’agent féminin indomptable cherchant à se venger. Kate n’offre rien de nouveau. Cela dit, c’est un film d’action regardable. Mary Elizabeth Winstead se lance dans une frénésie de coups de couteau et de tranchage. Les appendices sont coupés en dés comme des tomates sous sa fureur. Elle prend un sacré coup dans sa quête. Son corps se décompose à cause des coupures, des coups de poing et des effets de l’empoisonnement. Winstead a une présence à l’écran et c’est évident. C’est une héroïne d’action capable. Mes problèmes se situent au niveau des personnages secondaires en carton.

Kate‘s a deux relations qui alimentent l’histoire. V est son professeur, son père et son meilleur ami ; qui l’a élevée depuis son enfance. Ani vénère Kate pour ses capacités, sa beauté et son attitude de premier plan. Ces deux intrigues secondaires sont trop vanillées. Il n’y a aucun mystère quant à leur développement, ni à une alchimie réaliste avec le protagoniste. Ils se présentent comme des accessoires de scène. Les scènes dramatiques sont forcées et incroyables. Le casting de soutien avait besoin de plus d’exposition pour être significatif. Woody Harrelson est sous-utilisé ici.

Kate plaira aux fans d’action hardcore. C’est incroyablement violent avec une chorégraphie de combat meilleure que la moyenne. Normalement, cela suffirait, mais honnêtement, je voulais plus de ces personnages. L’histoire est très courte dans son exécution. Mary Elizabeth Winstead et Woody Harrelson suscitent des attentes avec leur niveau de talent. Kate n’est tout simplement pas à la hauteur de ce niveau élevé. Kate est une production de 87North et Screen Arcade. Il sera diffusé en exclusivité le 10 septembre sur Netflix.

Sujets : Kate, Netflix, Streaming

Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de 45secondes.fr.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂