dans

« Justice League »: Le retour triomphant de Zack Snyder (Critique)

Les intérêts du public avant toute œuvre de fiction sont en constante évolution au fil des ans, mais une constante a toujours été la recherche d’histoires qui nous excitent, qui nous tiennent au bord du siège et surtout, qui nous font sentir que le le temps investi en valait la peine. « Justice League de Zack Snyder«Offre tout cela et plus encore.

Beaucoup a déjà été écrit sur cette page sur la façon dont les problèmes personnels de Snyder après la mort de sa fille en 2017 ont conduit à son départ du projet, alors Warner Bros il fallait embaucher Joss Whedon en remplacement immédiat. Et je pense que nous savons tous quel est le résultat final de cette action.

Vous pourriez aussi être intéressé par: « Justice League »: Zack Snyder n’a pas abandonné l’idée de suite

Mais que l’ombre de Whedon ne nous empêche pas de profiter d’un film qui, en quatre heures de tournage, résume tout ce que les fans de DC attendent depuis trois ans: voir la « Justice League » s’exhiber à l’écran avec le même splendeur avec laquelle ils l’ont fait dans leurs histoires imprimées.

La bande nous présente Homme chauve-souris (Ben Affleck) O Prince Diana (Gal Gadot) organisant la formation d’une nouvelle équipe de héros capables de défendre la Terre contre l’attaque imminente des forces venues de l’espace, qui profiteront de la mort de Superman pour récupérer trois objets d’une puissance incroyable connus sous le nom de «Mother Boxes».

Il est incroyable de voir à quel point la même prémisse varie en fonction de la vision de la personne qui la raconte. Bien sûr, Snyder a l’avantage de la durée, offrant la possibilité de restaurer une grande quantité d’informations qui ont été omises dans la coupe commerciale. Comme le fait d’établir Steppenwolf comme ce qu’il est, un simple serviteur de Darkseid, le vrai méchant de la bande ou tous les antécédents personnels de Pierre de Victor et sa transformation en Cyborg.

A lire :  Alexandria Ocasio-Cortez défend la couverture de Vogue de Harry Styles

En termes de portée de son récit, la façon dont elle est si complète dans le matériel qu’elle adapte est écrasante. Il aborde des éléments de l’univers de DC d’une manière aussi explosive, mais à aucun moment il ne parle avec condescendance au public. Montrez ces éléments de manière à ce que le fan le plus extrême au lecteur occasionnel puisse les comprendre et en profiter.

Même les séquences qui sont apparues dans la coupe commerciale se sentent différentes de la meilleure des manières. Les séquences d’action de cette coupe ont un sens de cohérence visuelle qui était absent de la vision de Whedon, qui se souciait de présenter des blagues au lieu d’ajouter quelque chose aux personnages, ils les ridiculisent.

Et oui, dans cette version Barry Allen C’est un personnage qui libère constamment des commentaires humoristiques ou déplacés, mais il est entendu que ce n’est qu’un système de défense pour faire face à une situation qui dépasse ses capacités telles qu’il les connaît jusqu’à ce moment.

À aucun moment, Snyder n’a envie d’essayer de gagner du temps pour présenter au spectateur la séquence passionnante suivante. Et est-ce que chacune de ses scènes, de la plus lente à son apogée, contribue quelque chose à sa grande mosaïque narrative. Il est même incroyable de voir comment certaines séquences qui s’étendent sur plus de quinze minutes parviennent à se sentir si rapides et fluides.

Cette section est peut-être favorisée grâce à la structure des chapitres, qui donne au lecteur régulier de bandes dessinées le sentiment de regarder l’un des grands événements de croisement communs à DC. Bien entendu, ces événements sont soutenus grâce à leurs personnages et à leur relation avec le lecteur. Et bien que le film ait servi d’introduction à beaucoup d’entre eux, il amène le spectateur à se connecter avec eux.

L’une des critiques récurrentes du cinéma de Snyder est le prétendu stoïcisme avec lequel il aborde habituellement ses personnages (comme l’éternelle solennité imposée au personnage de Superman). Mais malgré ce sérieux, on peut apprécier que le réalisateur éprouve une énorme affection à leur égard, les dotant d’un véritable charisme dans chacune de leurs interactions à partir du moment où l’équipe est déjà formée.

A lire :  Signes des temps. BMW cessera de produire des moteurs à combustion en Allemagne

Ce soin dans le traitement des personnages ne peut pas seulement être apprécié chez les héros. La manière dont ses méchants ont été présentés a un soin dans lequel il cherche à s’éloigner du stéréotype du «mauvais mauvais» pour présenter des êtres qui ne cherchent qu’à remplir leurs objectifs. Même Darkseid, dont les dialogues peuvent être racontés d’une seule main, a un poids considérable qui se ressent dans chacune de ses apparitions.

Les éléments habituels de la cinématographie de Snyder, tels que les environnements sombres ou ses séquences de ralenti traditionnelles sont toujours présents, mais avec un niveau d’élévation qui fait sentir au spectateur que le cinéaste a bien évolué dans son style de mise en scène, sans oublier le travail de Fabian. Wagner en tant que directeur de la photographie.

Le nouveau montage audio est étonnamment fondamental dans la façon dont la bande est perçue. La restauration de la bande originale composée par Junkie XL offre une énergie renouvelée à la manière dont ils sont présentés à l’écran Wonder Woman et Superman, en plus d’avoir des thèmes supplémentaires qui ébranleront n’importe qui.

« Zack Snyder’s Justice League » est une expérience qu’aucun autre film de super-héros ne peut offrir (du moins à court terme). Au début du générique final, cela laisse au spectateur le sentiment que des centaines de séries et de sagas entières ne peuvent que rêver d’essayer de générer car il s’agit d’un exercice de catharsis émotionnelle qui laisse au spectateur une sensation de chaleur sans précédent.

Au centre de tout cela, on se retrouve devant un film dont l’histoire est bien exécutée en rythme et en narration, dont l’influence est sûre à 100% qu’elle se reflétera tout au long de la décennie et qui se sent extrêmement intemporelle malgré le temps qui a passé. tournage. Zack Snyder l’a encore fait.

A lire :  Rita Ora perd plus de 300000 abonnés après avoir enfreint la règle de verrouillage

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • ONLY T-shirt 'JUSTICE LEAGUE' - Blanc - Taille: L - female
    L - Blanc - Matériau: Maillot; Col: Col rond; Motif: Imprimé à motifs; Design: Ourlet / bord surpiqué, Ourlet droit, Col côtelé; Extras: Coutures ton sur ton, Doux au toucher; Longueur des manches: Manches un-quart; Longueur: Longueur normale; Coupe: Coupe normale
  • ONLY T-shirt 'Justice League' - Noir - Taille: XS - female
    XS - Noir - Matériau: Maillot; Col: Col rond; Motif: Imprimé à motifs; Design: Ourlet droit, Ourlet / bord surpiqué; Extras: Doux au toucher, Coutures ton sur ton; Longueur des manches: Manches un-quart; Longueur: Longueur normale; Coupe: Coupe normale
  • ONLY T-shirt 'Justice League' - Rose - Taille: XL - female
    XL - Rose - Matériau: Maillot, Coton bio; Col: Col rond; Motif: Imprimé à motifs; Design: Ourlet / bord surpiqué, Ourlet droit, Col côtelé; Extras: Coutures ton sur ton, Doux au toucher; Longueur des manches: Manches un-quart; Longueur: Longueur normale; Coupe: Coupe normale