dans

Jusqu’à dix mois de prison pour les premiers prévenus des émeutes à Paris après la défaite du PSG

, 26 août () –

Les autorités françaises ont décrété jusqu’à dix mois de prison pour les premiers inculpés des émeutes et des pillages survenus à Paris après la défaite dimanche dernier du Paris Saint Germain (PSG) en finale de la Ligue des champions contre le Bayern Munich pour 0-1.

Les prévenus, rapporte le journal français «Le Figaro», ont été poursuivis pour des crimes de violence contre les autorités publiques et de vol aggravé, principalement.

La peine la plus sévère, dix mois de prison et incarcération immédiate, a été prononcée contre un homme qui avait auparavant un casier judiciaire pour un crime de vol et de cambriolage dans une pharmacie.

Une autre des personnes arrêtées cette nuit-là pour des affrontements avec la police autour des Champs-Elysées, a été condamnée à huit mois de prison pour avoir jeté une grosse pierre sur une police anti-émeute de la gendarmerie française.

Les autres accusés ont été condamnés à deux à cinq mois de prison, des amendes allant jusqu’à 300 euros, ou à des services communautaires, pour différents crimes de vol, lors de pillages, ou pour avoir jeté des pierres et des feux d’artifice sur les agents, sans causera des blessures.

La comparution de quinze autres accusés est attendue ce mercredi, en attendant le prononcé des charges contre treize autres. En revanche, 40 personnes ont été libérées, après avoir rejeté les charges retenues contre elles.

Au total, cette nuit-là, 152 personnes ont été arrêtées, dont 47 mineurs, lors des affrontements qui ont eu lieu, notamment à proximité du Parque de los Príncipes, le stade du PSG – qui a ouvert ses portes pour que les supporters puissent profitez de la réunion à l’intérieur des installations – et sur l’avenue de los Champs-Élysées, où des voitures ont pris feu et des pillages ont eu lieu.

Quelque 5000 fans ont défilé du Parc des Princes cette nuit-là vers les Champs-Elysées, malgré le fait que les autorités aient coupé les accès à l’avenue principale de la capitale française pour des raisons de sécurité et pour éviter les foules, en pleine crise de la coronavirus.

Sans aller plus loin, la police a imposé 404 sanctions administratives pour non-respect de l’obligation d’usage du masque.

Certains fans du PSG ont réagi aux contrôles de la police en lançant des fusées éclairantes et en érigeant des barricades improvisées, auxquelles la police anti-émeute a répondu en tirant des gaz lacrymogènes.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂