dans

«  J’oublie le monde  »: les jeunes afghans trouvent de plus en plus d’évasion dans les jeux vidéo

Coincé entre le régime taliban autrefois oppressif des années 1990 et la croissance d’Internet et des médias sociaux au 21e siècle, le gouvernement afghan a longtemps suivi une ligne mince

Kaboul: Tirs de fusil, pas précipités et explosions lointaines. Le rat-a-tat d’une fusillade. Voitures mutilées par des grenades. Le jeune homme était transpercé.

Cela aurait pu être n’importe quel jour à Kaboul, où les assassinats ciblés, les attaques terroristes et la violence gratuite sont devenus une routine, et la ville a souvent l’impression d’être assiégée. Mais pour Safiullah Sharifi, son derrière fermement planté sur un perron poussiéreux du quartier de Qala-e Fatullah, la mort et la destruction se sont déroulées sur son téléphone, tenu dans ses mains en mode paysage.

«Vendredi, je joue de tôt le matin à 16 heures environ», a déclaré Sharifi, 20 ans, avec un sourire narquois, comme s’il savait qu’il détaillait les contours d’une dépendance à un passant. Sa main gauche est tatouée avec un crâne dans un chapeau de bouffon, une image sombre compensée par son comportement dégingandé et pas assez vieux. «Presque tous les soirs, il est de 20 h 00 à 3 h 00.»

Le jeu s’appelle Champs de bataille de PlayerUnknown, mais pour ses millions de joueurs dans le monde, quelle que soit la langue, on l’appelle PUBG (prononcé pub-gee). C’est violent. Et cela devient largement diffusé à travers l’Afghanistan, presque comme une évasion de la réalité alors que la guerre de 19 ans se poursuit.

Dans le jeu, le joueur tombe sur un grand terrain, trouve des armes et de l’équipement et tue tout le monde, qui sont tous d’autres personnes jouant le jeu les uns contre les autres. La victoire se traduit par le fait d’être la dernière personne ou équipe debout. Ce qui rend sa popularité croissante en Afghanistan particulière, car cela peut presque décrire l’état de la guerre – malgré les négociations de paix en cours au Qatar.

Même si mettre fin à cette guerre semble de plus en plus insaisissable, les législateurs afghans tentent d’interdire PUBG, faisant valoir qu’elle favorise la violence et détourne les jeunes de leur travail scolaire.

Mais Sharifi a ri à la mention de l’interdiction proposée, sachant qu’il pourrait facilement la contourner avec un logiciel sur son téléphone.

Il a dit qu’il utilise le jeu pour communiquer avec des amis et parle parfois aux filles qui y jouent également. C’est un exploit remarquable en soi, car ce n’est qu’au cours des dernières années que les réseaux cellulaires afghans sont devenus capables de fournir le type de données nécessaires pour jouer à un jeu comme PUBG, et encore moins communiquer avec les gens simultanément.

A lire :  iOS 14.2 beta 2 apporte 58 nouvelles émoticônes, notamment du thé, des ninjas, des gens qui se serrent dans leurs bras, un chat noir et plus

Les centres de jeux sont devenus populaires à Kaboul dans les années qui ont suivi l’invasion américaine de 2001, qui a annulé l’interdiction des talibans sur les divertissements, y compris les jeux vidéo et la musique. Mais PUBG et d’autres jeux mobiles usurpent ces produits de base parce qu’ils sont téléchargeables sur un smartphone, et gratuits, dans un pays où 90 pour cent de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Parfois, les joueurs paient un fournisseur local pour télécharger le jeu, une solution de contournement pour éviter de taxer des forfaits de données limités et parfois coûteux pour les téléphones. Cela coûte aussi peu que 60 cents.

Abdul Habib, 27 ans, dirige une tanière de jeux vidéo dans l’ouest de Kaboul qui propose principalement des matchs de football. C’est une pièce de la taille d’un placard à l’étage inférieur d’un centre commercial, avec des télévisions, des canapés et des PlayStations.

J'oublie le monde que les jeunes afghans trouvent de plus en plus de s'échapper dans les jeux vidéo

Des enfants jouent au centre de jeux d’Abdullah Popalzai à Kaboul. Par Jim Huylebroek © 2020 The New York Times

Il y a d’autres tanières de jeux dans le centre commercial, séparées par des portes et différents propriétaires, mais reliées par des néons et un atrium faiblement éclairé où les jeunes se précipitent à la recherche d’un canapé et de contrôleurs. Un snack vend des sandwichs à la saucisse.

«Si vous ne pouvez pas combattre dans la vraie guerre, vous pouvez le faire virtuellement», a déclaré Habib à propos des jeux vidéo violents, y compris PUBG.

Habib a loué sa tanière pendant quatre ans; en général, environ 100 personnes passent par jour. Le mélange d’enfants, d’adolescents, de parents et d’adultes variés paient environ 65 cents pour jouer pendant une heure. Mais son entreprise a été durement touchée dans les premiers mois du coronavirus pandémie quand lui – et des dizaines d’autres tanières de jeux de Kaboul – ont fermé pendant deux mois. C’est alors que la fixation sur PUBG a décollé.

Maintenant, sa popularité coupe l’activité de Habib et celle des autres dans l’industrie.

Abdullah Popalzai, 20 ans, a ses propres centres de jeu en face de la maison de Sharifi. C’est un petit magasin, avec des portes de garage à enrouleur, un générateur, quatre téléviseurs, quatre PlayStations et un baby-foot vieillissant.

A lire :  Les meilleurs claviers pour PC: classement et guide d'achat

«Avant, je gagnais 800 afs par jour», a déclaré Popalzai. Cela représente environ 10 €. «Maintenant, j’ai à peine assez pour avoir du pain et de la nourriture pour la famille.»

Mohammad Ali voit PUBG comme une évasion. Penché devant la tanière d’Habib, Ali, 23 ans, a pointé du doigt les écouteurs autour de son cou, achetés spécifiquement pour jouer PUBG pour qu’il puisse disparaître dans le jeu avec ses amis.

«Je suis tellement occupé avec le jeu que j’oublie le monde», a-t-il déclaré. «Cela me distrait de la ville, des attaques, des vols, des voleurs et du crime.»

Le site Web PlayerCounter met PUBGAu total, environ 400 millions de joueurs dans le monde depuis sa sortie en 2017, sur téléphones, ordinateurs et consoles de jeux vidéo. Mais à part des preuves anecdotiques, il est difficile de dire combien d’Afghans jouent. Le développeur du jeu n’a pas répondu à une demande concernant le nombre de joueurs dans le pays.

Anticipant une éventuelle interdiction du jeu par le gouvernement afghan, un important fournisseur de téléphones portables a tenté de déterminer à quel point son réseau serait affecté.

La société, a déclaré un responsable, a restreint l’accès au jeu juste après minuit un jour, et a ensuite perdu 50% du trafic de données de son réseau. Le responsable a estimé que plus de 100 000 personnes jouaient au jeu à travers le pays à l’époque.

PUBG n’est pas la première forme de divertissement à susciter la colère du gouvernement afghan. En 2008, plusieurs feuilletons turcs ont été retirés parce qu’ils ne correspondaient pas à «la religion et la culture afghanes».

Coincé entre le régime taliban autrefois oppressif des années 1990 et la croissance d’Internet et des médias sociaux au 21e siècle, le gouvernement afghan a longtemps marché sur une mince ligne – en essayant d’équilibrer sa population religieusement conservatrice avec les libertés démocratiques.

Pour Mohammad Akbar Sultanzada, président de la Commission des transports et des télécommunications du Parlement afghan, le problème PUBG n’est pas seulement sa violence. Il a déclaré qu’il avait également envahi les salles de classe déjà tendues, souvent menacées et en sous-effectif du pays. PUBG a été interdit en Irak l’année dernière pour des raisons similaires.

«Cela peut être vraiment négatif pour la santé mentale des enfants», a déclaré Freshta Karim, directrice de Charmaghz, une organisation à but non lucratif de Kaboul et militante de l’éducation locale. «J’ai l’impression que cela encourage et normalise la violence et en fait partie.»

A lire :  La dernière mise à jour de l'application Immuni corrige le bogue iPhone qui bloquait les notifications

Les influences extérieures, y compris dans l’éducation, sont souvent décriées parmi les Afghans, mais des niveaux élevés d’analphabétisme ont rendu la population vulnérable à cela. Dans les années 1980, les États-Unis ont distribué des millions de manuels aux enfants afghans qui encourageaient la violence à travers des textes et des images qui présentaient des discussions sur le djihad et les armes de guerre comme moyens d’aider à apprendre l’alphabet et les mathématiques de base.

Mais PUBG n’est pas distribué dans les salles de classe; il se joue sous les bureaux et dans les cours et, lorsque certains enfants sautent l’école, au coin des rues. Si le jeu est interdit, disent beaucoup de gens, ils se tourneront simplement vers les réseaux privés virtuels et continueront à jouer.

« S’ils ne veulent pas que les gens soient violents », a déclaré Habib, le propriétaire de l’antre de jeux vidéo, « ils devraient arrêter la guerre sur le champ de bataille. »

Thomas Gibbons-Neff et Fatima Faizi vers 2020 The New York Times Company

Trouvez les gadgets technologiques les plus récents et à venir en ligne sur les gadgets Tech2. Recevez des actualités technologiques, des critiques de gadgets et des évaluations Gadgets populaires, y compris les spécifications, les fonctionnalités, les prix et la comparaison des ordinateurs portables, tablettes et mobiles.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • ART L'art de paraître plus jeune - J. Bedford Shelmire - Livre
    Beauté - Occasion - Bon Etat - Multiguide santé - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Super Diet Herbe d'Orge Bio 200 g - Sachet 200 g
    Super Diet Herbe d'Orge Bio 200 g est un complément alimentaire à base d'orge, une des premières céréales cultivées par l'Homme.L'orge a été domestiquée plus de 8000 ans avant J-C. La poudre d'herbe d'orge est issue de jeunes pousses fraîches en
  • Mas de Daumas Gassac Moulin de Gassac 100% Chardonnay - vin blanc IGP Pays d'Oc - 2019 - Bouteille 75cl
    Le Chardonnay est le cépage blanc le plus connu au monde. Il donne des vins très fins qui expriment des notes de fleurs blanches, des arômes d'agrumes et de noisettes lorsque le vin est encore jeune. Le Chardonnay du Moulin de Gassac est d'une grande élégance et sa palette aromatique variée vous permettra de
La Théorie Des Fans De Star Wars Croit Que Mace

La théorie des fans de Star Wars croit que Mace Windu et Luke Skywalker pourraient revenir dans The Mandalorian

Cast members Marcin Dorocinski as Vasily Borgov and Anya Taylor-Joy as Beth Harmon in The Queen

«  Le gambit de la reine  » qualifié de «  parodie de l’histoire  » au milieu de critiques élogieuses