in

Intel, vous avez un autre problème: comment ARM, avec les processeurs mobiles, croît de 430% sur le marché des serveurs

Alors que de plus en plus d’ordinateurs portables et d’ordinateurs de bureau sont vendus, le marché des serveurs reste stable: bien que le chiffre d’affaires ait légèrement augmenté (2,2%), le nombre d’unités vendues était de 5453 serveurs de moins qu’à la même période en 2019.

Cependant, parmi tous les chiffres qu’IDC donne à propos du troisième trimestre de l’année, il y en a un qui se démarque plus que les autres: ceux qui vendent des serveurs basés sur des processeurs ARM ont connu une croissance de 430% de leur chiffre d’affaires.

Normalement, dans ce type d’étude, les consultants révèlent quels fabricants ont le plus vendu et leur position dans le classement mondial. Mais cette fois, par ailleurs, IDC met timidement en évidence certaines données sur les plateformes qui ont réalisé les meilleures performances au troisième trimestre de l’année.

Alors, les serveurs équipés d’AMD ont vu leur chiffre d’affaires augmenter de 112,4%, tandis que ceux qui sont basés sur ARM l’ont fait à 430,5%. Il est vrai que lorsque vous partez de chiffres plus petits, il est plus facile d’obtenir ces données de croissance allant jusqu’à trois chiffres (Intel est toujours derrière la grande majorité des serveurs du monde), mais il est toujours frappant que même IDC souligne la croissance d’AMD et d’ARM sur le marché des serveurs.

ARM: des mobiles aux serveurs

La domination d’Intel sur le marché a toujours été dans le domaine des PC et des serveurs, généralement également associés aux environnements Windows (le fameux binôme Wintel). Alors que, Les processeurs ARM ont toujours été puissants dans les téléphones et les tablettes ainsi que dans les appareils IoT. Leurs hautes performances par watt, peu coûteuses à concevoir, à produire et à mettre en œuvre ont été quelques-unes des raisons de leur succès.

De plus, l’une des grandes différences entre ARM et Intel est que si ce dernier conçoit et fabrique ses propres puces, ARM concède sa propriété intellectuelle afin que d’autres puissent créer leurs propres modèles. Autrement dit, les entreprises peuvent acheter les blocs de construction nécessaires et concevoir leurs propres processeurs ARMv7 ou ARMv8, en ajoutant d’autres composants en fonction de leurs besoins (modems haute vitesse et différents GPU, pour n’en nommer que quelques-uns).

Cela a conduit certains fabricants de puces à adopter une approche quelque peu différente et à concevoir leurs propres cœurs de processeur personnalisés. Qualcomm et Apple en faisaient partie. Les deux sociétés sont désormais des acteurs majeurs sur le marché des systèmes mobiles sur puce (SoC), dans lequel, en plus de la puce (ARM, dans ce cas), d’autres composants informatiques sont ajoutés.

De plus, le fait que ARM licencie ses conceptions permet, selon Adriano Galano, responsable de l’intelligence artificielle et du supercalcul pour l’Europe du Sud chez HPE, que de nombreuses entreprises (comme Marvell, Amper ou Fujitsu) concevoir des processeurs pour des tâches très spécifiques, dont beaucoup sont orientées vers de lourdes charges de travail. «Pour faire une comparaison, c’est comme si dans les véhicules on personnalisait les moteurs pour chaque type de voiture: citadine, tout-terrain …)», explique Galano.

Meilleure efficacité énergétique

ARM reconnaît que ses processeurs conventionnels ont, à bien des égards, meilleures performances et performances par watt que la concurrence. Par exemple, les technologies de traitement sont plus écoénergétiques dans les serveurs ARM. Celles-ci les serveurs consomment moins d’énergie et nécessitent moins de refroidissement pour fonctionner à son potentiel optimal. C’est une considération importante pour les centres de données d’entreprise qui doivent traiter et stocker des tonnes de données quotidiennement.

Galano explique aussi que si l’on compare les processeurs ARM avec x86 ou PowerPC en termes de Flpos (nombre d’opérations par virgule flottante par seconde), ceux d’ARM ont plus de performances que les équivalents dans les autres architectures. Ce responsable assure que la bande passante de la mémoire des processeurs ARM est un autre des grands avantages de ce type de puce. Il donne un exemple: le dernier processeur ARM développé par Fujitsu permet à des applications comme l’Apollo 80 de fonctionner en mémoire à 1 To par seconde de bande passante.

Est-il (vraiment) temps pour ARM sur les serveurs?

En septembre, nVidia a annoncé son intention d’acheter ARM pour 40 milliards de dollars. Récemment, Nvidia lui-même a déclaré que les prochains grands supercalculateurs européens seraient basés sur des serveurs utilisant ARM.

Sommes-nous confrontés au moment définitif d’ARM sur les serveurs? Adriano Galano assure que HPE a été la première entreprise à lancer il y a 4 ou 5 ans un serveur ARM, destiné précisément à ces supercalculateurs (il était inclus dans Astra, qui est devenu le plus puissant au monde). «Le gros inconvénient de l’architecture ARM est qu’elle est une technologie tellement innovante qu’il y a peu de connaissances à son sujet« , assure ce responsable.

Cependant, il croit que dans les années à venir l’écosystème continuera de croître, à la fois dans les processeurs (« je n’ai pas vu autant d’hétérogénéité sur le marché des semi-conducteurs en 20 ans que je le fais maintenant ») et dans les applications. Pour cette raison, et bien qu’actuellement la présence des processeurs ARM se situe davantage dans des serveurs destinés à la haute informatique, ce responsable n’exclut pas que, dans quelques années, ils puissent être vus dans des unités plus commerciales en fonction de la demande des entreprises et des disponibilité des applications.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂