dans

Immortals Fenyx Rising: The Lost Gods DLC Gameplay montre une perspective descendante, un peu comme Diablo ou Hadès

Immortals Fenyx Rising obtient sa troisième (et peut-être dernière) extension le 22 avril. Intitulé The Lost Gods, c’est en fait un peu un départ du jeu principal et de ses DLC précédents. Au lieu d’être un monde ouvert d’action-aventure avec libre mouvement, il s’agit davantage d’un RPG d’action traditionnel, avec une perspective descendante. Comme l’indique le titre, c’est un peu comme l’angle de caméra que vous trouverez dans Diablo ou, pour donner un exemple plus récent, Hadès.

Nous supposons que c’est une petite tournure assez intéressante sur la formule Immortals, et cela semble assez amusant dans la vidéo de gameplay que nous avons intégrée ci-dessus.

Allez-vous entreprendre cette quête? Alliez-vous aux dieux dans la section commentaires ci-dessous.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • ubisoft Immortals : Fenyx Rising (Xbox Series X/Xbox One) -
    Immortals Fenyx Rising™ vous emmène dans une grande aventure mythologique. Jouez comme Fenyx, un nouveau demi-dieu ailé qui doit sauver les dieux grecs d’une malédiction obscure. Affrontez les monstres mythologiques, gérez les pouvoirs légendaires des dieux et confrontez Typhon, le titan le plus meurtrier parmi les grecs, dans la bataille du siècle. Le sort du monde est en jeu, vous êtes le dernier espoir des dieux. Immortals Fenyx Rising apporte un vent de fraîcheur au genre action-aventure en monde ouvert, grâce à ses combats dynamiques, ses mystérieux puzzles et énigmes et ses histoires inspirées de la mythologie grecque. Parcourez librement un monde magnifique, aux inspirations picturales, et utilisez d’extraordinaires pouvoirs offerts par les dieux pour vaincre les redoutables monstres mythiques. Des épreuves périlleuses, des exploits héroïques et les Enfers eux-mêmes n’attendent plus que votre bravoure. Vivez un conte qui traverse le temps, de dieux et de