in

Il n’y aura plus de Twitter pour Donald Trump: le réseau social confirme qu’il est banni à jamais

Il y a environ un mois, Twitter a bloqué indéfiniment le compte de Donald Trump. Le désormais ancien président des États-Unis, face à un second mise en accusation, est verrouillé à vie et vous ne pourrez en aucun cas revenir sur Twitter.

Cela a été confirmé par Ned Segal, directeur financier de Twitter, dans un entretien avec CNBC. Dans ce document, Negal a expliqué que « pendant que nos politiques fonctionnent, quand on est retiré de la plate-forme, il est retiré de la plate-formeque ce soit un commentateur, un directeur financier ou un ancien ou actuel agent public. « 

En outre, Negal a ajouté que «nos politiques sont conçues pour garantir que les gens n’incitent pas à la violence. Et si quelqu’un le fait, nous devons le retirer du service. Et nos politiques ne laissent pas les gens revenirEn d’autres termes, et toujours selon Negal, cela signifie que même si Trump était réélu lors d’une prochaine élection, il ne pourrait pas revenir sur Twitter.

Pour le PDG de Twitter « c’était la bonne décision »

Après que Twitter a bloqué indéfiniment le compte de Donald Trump, Jack Dorsey, PDG du réseau social, en a parlé. Dorsey a justifié le blocus et a assuré que « c’était la bonne décision ». Le PDG de Twitter a expliqué qu’ils avaient pris la décision avec les meilleures informations dont ils disposaient, en fonction des risques et de la sécurité sur et hors de Twitter.

Cependant, Dorsey a estimé que le blocage avait des implications « réelles et significatives » et que, au niveau des réseaux sociaux, c’était un « notre incapacité à promouvoir une conversation saine« Il a également avoué que cela créait » un précédent que je considère dangereux: le pouvoir qu’un individu ou une société a sur une partie de la conversation publique mondiale.

Face au blocage de Twitter, de nombreux adeptes de Donald Trump se sont déplacés vers Parler, qui a fini par perdre le support d’Amazon, Apple et Google, ainsi que leurs applications et les serveurs de la plateforme, qui à l’époque utilisaient AWS (Amazon). Le 21 janvier, Parler a cessé de travailler. Telegram était également le protagoniste, qui a affirmé avoir bloqué « des dizaines de chaînes publiques avec des appels à la violence pour des milliers d’abonnés ».

Via | CNBC

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂